Coup de vieux : ces jeux fêtant leurs anniversaires en juillet

Par - publié le 27 Juillet 2018 à 09h00
3
109

Juillet est un mois riche en anniversaires de jeux ! Nous vous avons préparé un petit cocktail de "Déjààààà" mélangé à des "Coups de vieux" et à des "C'était mieux avant".

 

Duke Nukem a 27 ans (01/07/1991)

Beaucoup de personnes ont connu Duke Nukem 3D, sorti en 1996 et célèbre pour son côté immoral, mais l'histoire du héros a pourtant commencé en 1991 dans un jeu en 2D ! Duke Nukem est donc né sur DOS le 1er juillet 1991, sous la forme d'un jeu de plateforme développé et édité par Apogee Software. Classique mais réussi pour l'époque, le héros blond bien connu grâce au succès des épisodes suivants doit faire face à une armée de cyber-robots contrôlée par le Dr. Proton. Dotée d'un humour caractéristique des bandes dessinées américaines des années 70, Duke Nukem baigne dans une ambiance cyber-punk très bien réalisée. Le début d'une longue saga !

Fait intéressant, le jeu s'est appelé Duke Nukum un temps, à cause de droits d'auteurs !

Le premier niveau du jeu

 

Sortie de Mario Bros. sur borne d'arcade a 35 ans (14/07/1983)

Mario Bros. est un épisode peu connu de la série, mais qui a apporté son lot de nouveautés. Contrairement à son petit frère Super Mario Bros., Mario Bros. est un jeu d'arcade, sorti le 14 juillet 1983. L'action se déroule dans les égouts de New York, dans lesquels d'étranges créatures sont apparues. Notre plombier moustachu aura pour objectif de les éliminer.

Le but du jeu est donc de vaincre tous les ennemis en utilisant la méthode suivante : il faut les retourner en sautant sur la plateforme en dessous d'eux, puis les toucher pour les faire disparaître. En plus de l'ennemi de base, il existe deux monstres spéciaux : des mouches qui sautent et des crabes plus résistants.

Le jeu d'arcade n'a pas eu un succès énorme, mais son adaptation sur la NES s'est écoulée à plus de 2 millions d'exemplaires ! Un épisode charnière pour notre plombier, pour les raisons suivantes :

  • Le nom Mario est apparu dans cet épisode, pour remplacer Jumpman. La légende veut qu'il soit inspiré de Mario Segali, le propriétaire des locaux de Nintendo of America.
  • Le frère de Mario, Luigi, est apparu dans ce jeu. Il s'agit du deuxième joueur : une copie de Mario mais avec une palette de couleurs différente.
  • Les fameux tuyaux verts ont fait leur première apparition dans Mario Bros. Shigeru Miyamoto, le créateur du jeu, trouvait la couleur plutôt étrange, mais ses choix étaient limités par le peu de nuances diponibles.
  • L'ennemi de base est une tortue nommée Carapeur, qui inspirera les Koopa par la suite.

Douze portages sont sortis, le plus connu étant le mini-jeu intégré dans Super Mario Bros. 3. Une suite est d'ailleurs sortie sur la console Virtual Boy, mais elle n'eut pas le succès du premier jeu.

 

Legend of Mana a 19 ans (15/07/1999)

Legend of Mana est le quatrième jeu de la série des Seiken Densetsu à être sorti. Edité et développé par Square sur PlayStation, il ne s'agit pour autant pas de Seiken Densetsu 4 mais d'un épisode à part qui diffère des précédents.

Legend of Mana prend place dans le monde de Fa'Diel, où l'arbre Mana a brûlé il y a 900 ans. Le monde entier est entré en conflit pour obtenir le pouvoir Mana restant, ce qui a conduit le monde à être enfermé dans des artefacts. Le but du héros (ou de l'héroïne, au choix) est de trouver ces artefacts pour reconstruire le monde. On n'a au début accès qu'à sa propre maison, et on obtient vite un premier arctefact qui contient la ville Domina. On peut alors la placer où on veut sur la carte du monde et ensuite y accéder. Là, les quêtes vont s'enchaîner pour trouver d'autres artefacts contenant des villes ou des donjons. Le système de scénario est donc très particulier et plus compliqué qu'il n'y paraît, car chaque parcelle de terre possède des affinités avec les huit esprits élémentaires et cela peut par exemple changer la difficulté d'un donjon. Au total, 26 lieux sont à débloquer ! Evidemment, toutes les quêtes n'aboutissent pas sur l'obtention d'un arctefact : certaines permettent de faire avancer le scénario.

Côté système de combat, c'est encore une nouveauté ! On pourrait le comparer à un Beat'em all car on ne peut porter que des coups vers la doite ou la gauche. De nombreuses capacités sont à débloquer comme la parade, les glissades etc.. Plus vous utilisez ces capacités, plus vous les maîtrisez, et arrivé à 100% de maîtrise, d'autres se débloqueront. Il en va de même pour les techniques spéciales de chaque arme. Si vous maîtrisez certaines capacités en utilisant une arme, vous débloquerez des techniques spéciales pour celle-ci. Un système qui peut paraître simple, mais le jeu est assez difficile. Pour vous aider, vous pouvez élever un petit monstre (comme un Lievro) et construire un golem. Vous pouvez aussi débloquer de la magie en utilisant des instruments de musique à des endroits précis de la carte. Bref, c'est un système de jeu très complet et peu évident à prendre en main.

Un petit mot sur la réalisation : les graphismes sont tout bonnement époustouflants : on a droit à un véritable dessin animé. La musique, composée par Yoko Shimomura, est elle aussi exemplaire ! Au final, le jeu a connu un grand succès mais a aussi déçu beaucoup de joueurs, le jugeant trop complexe. Beaucoup pensent que Legend of Mana était en réalité en avance sur son temps. En effet, c'était une époque où la plupart des jeux de rôles étaient simples avec un grand méchant un peu cliché et une grande linéarité. Legend of Mana sort du lot en proposant des systèmes (peut-être trop) novateurs. Mais il restera dans les mémoires des joueurs pour son ambiance et sa réalisation exceptionnelle.

 

Star Ocean a 22 ans (19/07/1996)

"People says the universe is a star ocean". Alors que la PlayStation est sortie depuis un an et demi, les ventes de la Super Nintendo s'essoufflent et les éditeurs préfèrent se tourner vers la Nintendo 64. Pourtant des ex-membres de la Wolf Team (qui ont développé Tales of Phantasia) ont formé la société tri-Ace en mars 1995 et ont commencé le développement d'un nouveau jeu : Star Ocean.

On peut facilement le comparer à Tales of Phantasia, sorti en décembre 1995 : le style graphique est sensiblement le même, la présence de voix digitalisées, l'ambiance du scénario... Cependant, le thème est bien différent puisqu'il s'agit d'un space opera.
Une maladie transforme les habitants de la planète Roak en pierre. En cherchant un remède, le héros Roddick (Ratix dans la version originale) et son amie Millie se dirigent en direction du mont Metorx. Ils tombent nez-à-nez avec l'équipe de  Ronyx J. Kenny, de l'alliance terrestre, qui les informe que la maladie est d'origine extra-terrestre. Commence alors une aventure épique pour trouver un remède à la situation.

Le système de combat est en vue de dessus, contrairement à Tales of Phantasia. Plus dynamique, on sent que la Super Nintendo est poussée dans ses derniers retranchements. En effet, entre les voix digitalisée, les animations et les effets spéciaux, on se sentirait presque sur une console 32 bits. Pour obtenir ce résulat, la cartouche de jeu utilise une puce SDD1, qui permet de décompresser les graphismes. La cartouche contenait donc encore plus de données que celle de Tales of Phantasia !

Le système d'Action Solo donne beaucoup de libertés dans le scénario : au lieu d'entrer classiquement dans les villes, il est possible que son équipe se sépare. Cela permet des interractions entre les personnages et d'accéder à des scènes inédites. De plus, c'est la méthode utilisée pour trouver et recruter d'autres protagonistes !

Vendu à 235 000 exemplaires, Star Ocean n'est sorti qu'au Japon car Nintendo préférait se concentrer sur la Nintendo 64 aux Etats-Unis. Cependant, il a bénéficié d'une traduction amateur, et d'un portage sur PSP en 2007. C'est aussi le début d'une saga qui comporte à l'heure actuelle quatre épisodes principaux.

 

La Virtual Boy est sortie il y a 23 ans (21/07/1995)

Nintendo a connu des échecs, et sa console Virtual Boy en fait partie ! Console inconnue par la plupart des joueurs, elle est sortie le 21 septembre 1995 au Japon (un an avant la Nintendo 64) et n'a jamais été commercialisée en Europe. Son concept, imaginé par Gunpei Yokoi (créateur des Game & Watch, de la Game Boy et de Metroid), est alors présenté comme la première plateforme à intégrer la réalité virtuelle à travers un casque. Cependant, les lunettes ne sont pas portées mais reposent sur un trépied, et il n'intègre ni 3D, ni gyroscope. Un effet de relief existe pourtant car la Virtual Boy possède deux écrans : un pour chaque oeil sur le même principe que le cinéma 3D actuel. On a donc une sensation de profondeur, mais le jeu est entâché par de faibles capacités graphiques.

A l'instar de la Game Boy, seules cinq couleurs existent, toutes sur des tons de rouge et sur un fond noir. L'échec de la console est aussi dû à son minuscule catalogue (22 jeux au total) ainsi qu'à l'arrivée de la Nintendo 64 imminente, bien plus intéressante aux yeux des joueurs. La Virtual Boy est aussi connue pour provoquer des maux de tête et des nausées à cause de son effet de profondeur.

Au final, 800 000 exemplaires auront été vendus au total, dont 650 000 aux États-Unis. Sa production arrêtée en 1996, on peut tout de même lui reconnaître comme mérite d'avoir tenté ce qu'aucun autre constructeur n'avait fait auparavent. Un peu trop en avance sur son temps ?

 

Dr. Mario a 28 ans (27/07/1990)

Mario n'est pas qu'un simple plombier, il peut s'improviser dans de nombreux métiers ! L'une des premières autres professions qu'il a incarnées a été médecin : le célèbre Dr. Mario !

Les jeux de type puzzle ont la cote au début des années 1990, comme en témoigne le succès de Tetris sur la Game Boy et de Columns sur les consoles de Sega. Dr. Mario joue sur ce tableau, inventant de nouvelles règles : il doit affronter des virus et les détruire en leur lançant des gélules bicolores. En créant des lignes ou des colonnes de 4 couleurs identiques, celles-ci se détruisent. Un concept simple mais accrocheur.

Sorti le 27 juillet 1990 sur Game Boy et sur la NES, il a été conçu par Gunpei Yokoi, le créateur des Game & Watch et de la Game Boy. Même ses suites (comme Dr. Mario 64) n'ont pas connu un succès aussi retentissant, Dr. Mario est resté dans les mémoires pour ses musiques et son personnage. Dr. Mario fait d'ailleurs partie du casting de Super Smash Bros. !

 

Banjo-Kazooie a 20 ans (31/07/1998)

Banjo-Kazooie est sorti le 31 juillet 1998 sur la Nintendo 64. Il a été développé par Rare et édité par Nintendo. S'il s'inspire clairement de Super Mario 64, sorti l'année précédente, Banjo-Kazooie y ajoute des nouveautés qui lui sont propres.

Le développement du jeu a commencé en 1995, par l'épuipe ayant créé Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest. Il devait être un jeu d'aventure ayant pour protagoniste Edison, un petit garçon. Mais le jugeant trop classique et après avoir essayé plusieurs autres animaux, Banjo l'ours naît.  Cependant, la venue de la Nintendo 64 change les plans du développeur, qui transfère le projet sur cette console.

L'histoire est très parodique : la vilaine sorcière Gruntilda enlève la soeur de Banjo pour lui voler sa beauté. Ce dernier court donc dans le donjon de son ennemie pour la sauver, accompagné de son amie l'oiseau Kazooie (se cachant dans son sac à dos). Mais il faudra passer par 9 niveaux aux thèmes variés (pirate, égoûts, neige...) et aider de nombreux personnages pour arriver enfin à l'affrontement final. Gruntilda parle uniquement en rimes en provoquant Banjo et en commentant ses mésaventures, ce qui offre une immersion très intéressante.

Banjo Kazooie est donc devenu un jeu de plateforme/aventure en 3D, connu pour ses graphismes époustouflants à l'époque. On remarque d'ailleurs qu'ils ont moins vieilli que ceux de son homologue moustachu. La technique utilisée pour obtenir ce résultat est la suivante : les personnages ne possèdent que très peu de textures pour qu'ils soient bien nets. En revanche, les décors sont composés de textures de la résolution la plus haute sur la console. Cela a posé quelques problèmes en termes techniques, qui ont été résolus grâce à des techniques de développement de pointe probablement jamais utilisées auparavant.

L'immersion passe aussi par des musiques mélodiques et entraînantes, qui ont la particularité de changer d'instruments si on change de décor. Par exemple, le thème d'un niveau peut utiliser du violon, qui se transforme progressivement en xylophone lorsque l'on va sous l'eau. Il s'agit d'une technique utilisée par Prokofiev lors de la composition de Pierre et le Loup : associer un instrument à une idée. 

Enfin, il est indispensable de parler des mystères qui entourent Banjo-Kazooie. En effet, on peut aperçevoir une clé géante dans un niveau, mais inaccessible. Il en est de même pour une île dans la Baie du Trésor, et une porte scellée dans la Valée de Gobi. Il s'agit en fait d'un système nommé Stop 'N' Swop, qui consistait à collecter des objets dans Banjo-Kazooie pour les utiliser dans sa suite, Banjo-Tooie. Mais cette fonctionnalité devait utiliser la Nintendo 64DD, accessoire pour la console qui fut annulé. Les développeurs ont du coup ajouté des "carouches de Banjo-Kazooie" à collecter dans Banjo-Tooie pour acquérir ces objets !

 

Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive ! N'hésitez pas à citer d'autres jeux sortis en juillet, ou à d'autres mois pour de futurs articles

Sur le même thème...

Commentaires

Portrait de cleeem

Merci pour cet article Senki !
Sympa ces petites sorties d'il y a si longtemps ...
5 ans, 10 ans, 15 ans, 20 ans, 25 ans ...
Ouf ! Le quart de siècle pour nos jeux préférés arrive à grand pas (ou est déjà arrivé) !

Portrait de Senki

Merci Lifeless J'ai corrigé la coquille en passant, je en sais pas ce qu'elle faisait là.
Banjo Kazooie est un de mes jeux de plateforme préféré, en plus il a moins vieilli que d'autres jeux de N64 je trouve.

Portrait de lifeless

Merci pour ce bel article, Senki ! Lecture très intéressante, et qui ne nous rajeunit pas XD Ça me donne le goût de me refaire une partie à Legend of Mana. D'ailleurs, j'indique au passage "arctefacts" qui apparaît à plusieurs reprises dans ce texte. Est-ce le nom de ces objets ou une faute de frappe?

Je suis très curieuse concernant Banjo-Kazooi. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y jouer. J'aimerais bien l'essayer un de ces jours.