Test de Kingdom Hearts HD I.5 ReMIX

Genre: 
Année de sortie: 
2013
Éditeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 30 Août 2017 à 08h00
6
67

Dans un souci de pouvoir proposer aux fans l'ensemble des épisodes sur console de salon, Square Enix a mis à disposition depuis fin 2013 une première compilation comportant deux jeux et un troisième titre sous forme de vidéos et textes. Cette "trilogie" regroupe le premier volet, le remake du spin-off Chain of Memories et le premier spin-off DS, 358/2 Days. On ne présente plus cette série, démarrée en 2002, qui mélange les univers et personnages de Disney à ceux de Square Enix (majoritairement Final Fantasy).

Kingdom Hearts Final Mix

C'est ici que tout a débuté. Au démarrage, le jeu vous propose de choisir entre 3 modes de difficulté. A moins que vous ne débutiez dans les jeux vidéo, évitez le mode Facile. Le mode Normal est idéal pour ceux qui ne connaissent pas la série, tandis que le mode Expert est à recommander à ceux qui revisitent le jeu. Le mode Expert de KH1 est d'ailleurs l'un des modes les plus difficiles de la série, selon moi. Je reviendrai dessus ultérieurement. D'autres paramètres viennent jouer sur la difficulté au début de votre partie. Vous devrez sélectionner une "arme" et en rejeter une, et ces choix influenceront l'ordre dans lequel vous acquérirez vos compétences ainsi que vos statistiques de départ. Le choix le plus recommandé est de prendre le bâton et de laisser l'épée, afin d'avoir des statistiques équilibrées.

Ce choix est d'autant plus important en mode Expert. Egalement, une série de questions posées par certains personnages au début du jeu modifieront votre manière de gagner de l'expérience: une série de choix oriente vers une augmentation en niveau rapide au départ, longue ensuite ; une autre vers une augmentation en niveau équilibrée ; la dernière une augmentation lente au début, mais plus rapide vers la fin. Pour ma part, j'ai fait le troisième choix, combiné avec le mode Expert et la sélection Bâton/Epée mentionnée précédemment. Le challenge était au rendez-vous ! Pour les plus téméraires, un accessoire uniquement disponible en mode Expert permet de ne pas accumuler d'expérience et donc vous obligera à rester au niveau 1 tout au long du jeu si vous le gardez équipé.

L'histoire nous raconte les aventures de Sora, un jeune garçon vivant sur une île et rêvant de parcourir le monde. Il va donc décider, avec ses amis Riku et Kairi, de construire un radeau pour quitter l'île. C'est alors que survient un cataclysme : l'île est engloutie par les ténèbres, Riku et Kairi disparaissent, une horde de monstres apparait et Sora se retrouve en possession d'une étrange épée : la Keyblade. Après avoir vaincu ses adversaires, Sora se retrouve dans un autre monde, celui de Traverse Town. A partir de ce point, il fera la rencontre de nombreux personnages, dont ses futurs coéquipiers Donald et Dingo. Ils partiront pour plusieurs mondes basés sur les films Disney (Aladdin, La Petite Sirène, Alice au pays des merveilles...) à la recherche du Roi Mickey mais aussi pour sauver les mondes de l'attaque des Sans Coeurs, ces monstres rencontrés auparavant sur l'île du Destin. Le scénario semble assez gentillet au début, mais de nombreux rebondissements se produiront vers les 3/4 du jeu, vous faisant comprendre que cette histoire est une petite pierre d'un plus grand édifice.

Graphiquement, cette version remasterisée étonne par la netteté de ses graphismes. L'image est très propre, les textures ont été retravaillées et les modèles des personnages principaux ont été repris des épisodes plus récents. Grâce à cela et à la direction artistique soignée du titre, les graphismes ont bien vieilli.

Les musiques ont bénéficié d'un nouvel enregistrement qui les rend plus jolies dans la majeure partie des cas, même si certains morceaux ont perdu de leur timbre grave. Yoko Shimomura réalise une vraie fête pour nos oreilles grâce à ses pistes inspirées des classiques de Disney et qui s'intègrent merveilleusement bien aux diverses séquences, mais aussi avec des morceaux inédits du plus bel effet. L'écoute de l'OST est vivement recommandée !

Au niveau du gameplay, on ressent clairement qu'il s'agit d'un des premiers titres de la PS2 et le jeu commence à accuser le poids de son âge. Le système de combat est assez limité au départ, le temps de monter en niveau mais aussi de terminer les différents mondes, ce qui permet de débloquer les magies du jeu. La magie de soin n'arrivant qu'à la fin du monde de Tarzan, le début du jeu pourra vous paraitre frustrant ! Tenez bon, car la seconde moitié du jeu vaut clairement le coup. La difficulté se lisse, les combats deviennent plus intéressants et les boss encore plus épiques. Comptez entre 20 et 30h de jeu pour le finir, en sachant qu'un certain nombre d'éléments supplémentaires vous attendent en post-game : des boss secrets redoutables comme le légendaire Séphiroth ou alors l'inconnu, les quêtes du journal qui permettent de débloquer une cinématique secrète introduisant notamment le second volet (mais aussi 358/2 Days). Il y a de quoi faire ! Pour les boss secrets, je recommande un niveau supérieur à 80 en Standard, et niveau 100 en Expert. 


On se trouve devant un Action-RPG avec un bouton de saut, un bouton d'esquive/blocage, un bouton d'action spéciale et un bouton de validation. Ce dernier est affilié au menu de commandes, similaire à ceux que l'on trouve dans les Final Fantasy. En effet, ce menu se compose des traditionnelles options Attaque/Magie/Objets/Spécial et on y navigue grâce au pad directionnel, sans que l'action à l'écran se fige. Si cet aspect est un peu déroutant au début, on s'y fait rapidement car on reste le plus souvent sur l'option Attaquer. Pour utiliser les objets, il faut donc prendre ses distances. Quant aux magies, des raccourcis sont configurables avec L1+Carré/Rond/Triangle pour une expérience plus fluide. 

Sora enchaine automatiquement les combos en appuyant plusieurs fois sur Attaque, avec des variantes en fonction de votre position au sol/dans les airs et de la distance face aux ennemis. Notre héros disposera au fil de son aventure des traditionnelles magies de feu/glace/foudre/vent/soin (de plusieurs niveaux, le niveau le plus puissant remplace l'ancien) ainsi qu'une poignée d'invocations faisant appels aux personnages Disney comme le génie, Clochette ou encore Bambi. Des attaques spéciales avec Donald et Dingo sont également réalisables, moyennant beaucoup de points de magie. Une fois exterminés, les ennemis laissent des orbes d'expérience, vie, magie et argent à récolter.

En dehors de l'aspect gameplay un peu simpliste au départ, le second souci majeur vient de la caméra, qui est souvent mal placée. On s'y fait, mais c'est un peu perturbant. Enfin, l'IA de Donald et Dingo est un peu agaçante, avec une tendance à mal utiliser les objets et ne pas vous soigner au bon moment. Conseil: ne leur donnez pas d'objet.

Bien qu'il fut légèrement difficile de revenir sur ce titre après avoir connu les plus récents, je suis quand même satisfait d'avoir pu découvrir les éléments que nous n'avions pas eu dans la version PS2 à l'époque comme certains boss et le mode Expert revu.

Kingdom Hearts Re:Chain of Memories

Quelques temps après leur victoire contre l'ennemi principal du premier volet (Ansem), Sora et ses compagnons continuent leur route à la recherche du roi Mickey et tombent sur un étrange lieu, le Manoir Oblivion. A leur arrivée, ils sont accueillis par un individu en capuche noire qui remet à Sora un ensemble de cartes correspondant à des lieux de ses souvenirs. Sora devra utiliser ces cartes afin de parcourir ses souvenirs et y trouver des réponses. Cet épisode introduit un nouvel ensemble d'antagonistes sous la forme de l'Organisation XIII, un groupe mystérieux aux motivations diverses. Sora fera appel à ses alliés pour triompher des pièges qui lui sont tendus afin de pouvoir poursuivre sa route. Similairement au premier épisode, la majeure partie des révélations scénaristiques se fera dans la seconde moitié du jeu. Les mondes traversés sont les mêmes que ceux du premier jeu, à l'exception des deux derniers.

Cet épisode n'a pas subi le même traitement que l'épisode original, et cela se voit à plusieurs niveaux. On se retrouve ici dans une version littéralement upscalée du remake PS2, qui n'est jamais sortie sur nos terres. Nous n'avions connu que l'original sur Game Boy Advance. Les principaux changements par rapport à la version GBA sont :

  • le passage en 3D intégrale
  • l'ajout de boss supplémentaires
  • les musiques reprises de KH1 au lieu des arrangements GBA

Le gameplay de ce volet diffère de celui des autres de la série car celui-ci est basé sur un système de cartes. Bien qu'il s'agisse toujours d'un Action-RPG, vous devrez cette fois construire un deck avec des cartes magies, attaque, invocations et objets. Chaque carte a une valeur comprise entre 0 et 9. Vos ennemis seront également équipés de cartes, il faudra donc faire attention aux règles: une carte de niveau 9 battra toutes les cartes de niveau inférieur, et le fonctionnement est identique pour les cartes des autres niveaux. Exception faite du niveau 0, qui bat toutes les cartes de tous les niveaux mais est également battue par les cartes de tous les niveaux. Une carte risquée mais fort utile quand bien utilisée ! Quand vous battez (ou que vous vous faites battre) une carte de l'adversaire par niveau, un "BREAK" apparaitra et l'ennemi sera désorienté pendant quelques instants. La même chose s'applique pour Sora et à haut niveau c'est bien le problème principal de cette version. Le rythme des combats s'en retrouve fortement haché et ça en devient pénible. Cela dit, les combats de boss sont très palpitants.

L'autre composante majeure du gameplay tourne autour des mondes Disney. Contrairement au premier volet, nous nous trouvons ici dans un système fortement orienté Dungeon-RPG. Chaque monde est divisé en salles, qui peut comporter des monstres ou non en fonction de son type. Les différents ennemis laissent parfois tomber des cartes spéciales que l'on doit utiliser lorsque l'on franchit une porte. Quelques exemples de types de salles:

  • salle tranquille (peu de combats)
  • salle bondée (beaucoup de combats)
  • salle faible (ennemis de faible puissance)
  • salle forte (ennemis puissants)
  • salle magique (les cartes magiques seront plus puissantes)

Cette structure de game design rend le jeu très répétitif, il vaut mieux y aller à petite dose.

Ne croyez surtout pas qu'en raison de son statut de spin-off cet épisode soit dispensable ! Il introduit de nombreux personnages et des points scénaristiques importants pour la compréhension globale de l'histoire de la série, mais surtout celle de KH2. Dans le pire des cas, si vous n'accrochez pas aux combats, jouer en facile permettra de finir le jeu rapidement et de profiter de l'histoire. A noter qu'une fois la partie terminée avec Sora, un mode supplémentaire se débloque. On y joue avec Riku, qui se retrouve aussi dans le manoir Oblivion. Il se joue de manière très proche de celle de Sora, à quelques exceptions près: ordre des mondes plus restrictif et deck imposé en fonction de votre avancée. Ce mode est plus difficile que celui de Sora mais il est aussi plus fun, à mon sens. Ce mode est aussi scénarisé, il est donc fortement conseillé de le terminer également.

358/2 Days

Je ne vais pas m'étendre beaucoup sur ce volet, car il n'est pas jouable. Il s'agit uniquement de séquences cinématiques et textuelles résumant cet opus initialement sorti sur Nintendo DS. Il raconte les événements relatifs à Roxas, un personnage introduit initialement dans Kingdom Hearts 2. Bien qu'il soit sorti après, 358/2 Days précède ce dernier, mais il est important de le découvrir uniquement après avoir terminé KH2 pour éviter des spoilers. Il a été placé dans cette compilation pour des raisons diverses, notamment pour l'équilibrage et le fait que les trois épisodes présents ici forment un "tout" d'une saga de l'avant KH2 (Birth By Sleep est un cas à part que j'expliquerai dans le futur test de la compilation II.5). On en a pour environ trois heures de visionnage. Bien que cet épisode soit plus léger scénaristiquement que la plupart des autres, il permet de vraiment apprécier le personnage de Roxas et la relation avec ses amis. A noter que la version PS4 dispose d'une cinématique supplémentaire illustrant le combat final du jeu, à télécharger gratuitement sur le PSN. Sur PS3, ce passage est présenté de manière un peu abrupte, ce qui est dommage.

Les + / Les -
  • Des heures et des heures de jeu
  • Les boss secrets vous en feront voir de toutes les couleurs, mais c'est épique !
  • Les musiques de Yoko Shimomura, un régal
  • Remasterisation réussie graphiquement et musicalement
  • Du contenu inédit pour les occidentaux
  • Le gameplay de KH1 est lent à décoller, et a un peu vieilli
  • Chain of Memories, un épisode qui divise
  • 358/2 Days non jouable
  • Caméra pas top (KH1)
  • IA des alliés énervante
Evaluation
4 Graphismes
5 Bande son
3 Jouabilité
4 Durée de vie
4 Scénario
En résumé

Pour ceux qui n'ont jamais joué à la série, vous n'avez pas le choix si vous désirez suivre l'histoire: il faut commencer ici et jouer à tous les épisodes de toutes les compilations, dans l'ordre de sortie des jeux initiaux de préférence. Les compilations sont créées dans cet ordre, sauf pour deux titres : je recommande de jouer à Kingdom Hearts II Final Mix (présent sur la compilation II.5) avant de regarder 358/2 Days sous peine d'avoir pas mal d'éléments spoilés pour ce premier. Les jeux étant sortis dans cet ordre, c'est le séquencement idéal pour les faire. Cette série est tellement fun et l'histoire si développée, ceux qui tiendront le coup en ressortiront satisfaits ! Cette compilation est également disponible sur PS4 dans une double compilation nommée I.5 + II.5, qui comprend quelques améliorations comme un framerate à 60 FPS, une résolution en Ultra HD (PS4 Pro) et une cinématique supplémentaire pour 358/2 Days à télécharger sur le PSN.

4 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Commentaires

Portrait de Aru

https://www.squarepalace.com/l...

Voici l'article en question.

Portrait de cleeem

Cela sera intéressant à suivre !

Portrait de DooKie

Excellente initiative, je ne peux que t'y encourager

Portrait de Aru

Je vais rédiger un petit article pour aider ceux qui veulent débuter dans la série.

Portrait de Aru

Yep. Sur PS4 tu as la compil 1.5 + 2.5 qui regroupe tous ceux qui ne sont pas dans 2.8.
Faut les faire dans l'ordre d'affichage sauf que tu inverses 358/2 Days avec KH2 pour jouer dans l'ordre de sortie. C'est pas si dur

Ca donne ça : KH1, Chain of Memories, KH2, 368/2 Days, Birth by Sleep, Re:Coded. Puis Dream Drop Distance, BBS 0.2 et Back Cover pour finir.

Portrait de DooKie

Donc si j'ai bien compris, il faudrait commencer par celui-là, qui est dispo sur PS4.
Ils ont l'art de créer des titres compliqués chez Square Enix
C'est vrai que cette licence a toujours éveillé ma curiosité, mais j'ai jamais eu l'occasion d'y jouer.
Je vais me rattraper dès que possible, promis !