Radiant Historia

 
Nintendo DS

Radiant Historia

Editeur

Atlus

Développeur

Atlus

Japon 03/11/2010
Japon 22/02/2011
 
Radiant Historia
Genres : 
Test réalisé par
0 commentaire

Un scénario à choix multiple

L'histoire prend place sur un continent ravagé par une interminable guerre entre deux pays : Alistel et Granorg. En effet, Alistel se transforme petit à petit en désert, et les habitants se transforment en sable à cause d'une étrange maladie nommée la "peste du sable". Selon le prophète Noah, tous ces maux seraient dus à Granorg, c'est pourquoi les deux nations se livrent cette guerre. Le héros, Stocke, un agent secret d'Alistel, se voit rapidement donner un livre lui permettant de voyager à travers le temps afin de résoudre le problème de la désertification. Comment fonctionne-t-il ?

Radiant Historia est découpé en une multitude de chapitres au cours desquels Stocke peut avoir à faire un choix. Par exemple, la première décision à prendre est soit de rentrer dans l'armée, soit de continuer son travail d'agent. Les deux choix mènent à deux branches de scénario complètement différentes, proposant ainsi deux avenirs possibles. Les scénarios forment ainsi un arbre très complexe dans lequel il est possible de voyager. On peut donc revenir dans le passé à l'endroit exact où il fallait prendre une décision pour explorer d'autres possibilités du scénario. Cela est même indispensable pour débloquer certaines situations. Par exemple, durant une de ses missions, Stocke doit traverser une mine dont l'entrée est bouchée par des rochers. En naviguant vers l'autre scénario, il peut apprendre à manipuler les barils d'explosifs et il peut ainsi revenir dans la première trame pour progresser dans la mine. Cela n'empêche pas le jeu d'être relativement linéaire, mais ce système de scénarios apporte un grand plus en terme d'originalité.

Seul revers : les déplacements sur la carte du monde. Même si l'on revient dans le passé, il est impossible de ne pas suivre le scénario, le jeu nous oblige à aller là où il faut sans laisser trop de liberté. Même si la raison de ces barrières est très claire, cela s'avère parfois très frustrant.

Le scénario est en revanche assez complexe, l'univers étant assez mature. Stocke est loin d'être un des héros sombres et tourmentés comme on peut en trouver à foison dans les RPG japonais récents. Il est robuste, possède de bonnes connaissances en tactique militaire et une grande sensibilité. Le nombre de personnages importants et la complexité du nombre de scénarios à retenir en fait un jeu peu accessible, d'autant plus que l'histoire est assez lente à démarrer. En effet, il faudra attendre le deuxième chapitre pour que les événements s'accélèrent et pour voir apparaître les premiers rebondissements rendant le jeu très attachant.

Les combats, passage obligatoire

Les jeux de rôles japonais utilisent beaucoup le tour par tour pour gérer les combats, et Radiant Historia ne fait pas exception. Les ennemis sont disposés sur une grille de trois cases de côté, et tous les personnages jouent les uns à la suite des autres en fonction de leur caractéristique "vitesse". L'originalité du soft vient du fait qu'il est possible de déplacer les ennemis sur une autre case. Cela a plusieurs utilités. Par exemple, déplacer un ennemi sur une case où se trouve déjà un ennemi permet de frapper les deux à la fois. Il existe des techniques permettant d'attaquer une ligne ou une colonne d'ennemis, d'autres offrent la possibilité de placer des mines explosant si un monstre marche dessus ou encore des formations et des techniques utilisées par des ennemis augmentant leurs caractéristiques s'ils sont placés d'une certaine manière. Ce subtil mélange de styles offre de nombreuses possibilités et est savamment équilibré afin qu'il n'existe pas de technique surpuissante, tout se jouant sur le positionnement. La difficulté est d'ailleurs assez élevée sans être insurmontable, d'autant que la montée de niveau est assez rapide.

Et la réalisation ?

Graphiquement, nous avons à faire à un jeu aux décors en 3D, dont les textures sont particulièrement réussies. On est loin des couleurs vives de Dragon Quest IX, mais la modélisation est au même niveau. Les couleurs sont plus réalistes, plus tristes, et correspondent bien à l'ambiance. Les personnages sont quant à eux réalisés en 2D et sont très classiques. Cependant, un portrait de grande taille apparaît lorsqu'un personnage important parle. Leur style très détaillé est particulier et fait énormément penser à celui de Valkyrie Profile. Ce petit détail apporte beaucoup au jeu, rendant les dialogues plus vivants.
Côté musique, on voit bien que c'est Yoko Shimomura (Legend of Mana, Kingdom Hearts) qui est aux commandes. Les musiques sont très jolies et correspondent toujours bien à l'ambiance. Seul bémol : elles sont très peu nombreuses. On entend toujours les mêmes mélodies, ce qui peut vite devenir agaçant. Notez que Radiant Historia est vendu avec un CD contenant cinq pistes du jeu en version piano. Un très bon bonus qui pourrait en motiver plus d'un à acheter le jeu !

Au final...

Atlus nous livre un jeu certes pas parfait, mais l'éditeur a le mérite d'avoir fait une prise de risque en changeant du jeu de rôle traditionnel. Chose rare en ce moment, mais qui donne un résultat très intéressant. Radiant Historia n'est pour le moment pas prévu en Europe, c'est bien dommage : nous voilà privés de ce qui est probablement un des jeux de rôles les plus aboutis de la Nintendo DS !

Points forts / Points faibles

Points forts : 
Un système de scénarios très complet,
Le système de combat original,
Un univers très fouillé,
Les graphismes, simples mais réussis.
Points faibles : 
Peu de musiques différentes,
Scénario lent à démarrer,
La présence des personnages peu équilibrée dans l'histoire,
Les déplacements sur la carte du monde très restreinte.

Diaporama

Les notes

Graphismes

17
Le haut de gamme de la 3D et de la 2D sur Nintendo DS.

Jouabilité

16
Assez simple à prendre en main, une difficulté bien dosée.

Durée de vie

18
Comptez au moins 40 heures de jeu pour le finir, et une dizaine pour les quêtes secondaires.

Musique et son

Les musiques sont de très bonne qualité, mais elles sont hélas peu nombreuses.

Scénario

17
De multiples rebondissements et un système de voyage dans le temps bien pensé, malgré une certaine lenteur au début du jeu.

Note globale

17
20 0

Copyright © 2000-2017 Square Palace - Site sous licence Creative Commons