Brume

Test de Journey

Par - publié le 17 Juin 2013 à 22h58
6
255

Un jeu qui vous transportera par sa beauté et sa simplicité. Laissez-vous emporter par l’envol gracieux et léger de votre personnage, soutenu par de superbes musiques d’ambiance. Mais ne vous attendez pas à pouvoir vivre cette splendide aventure très longtemps, sinon vous serez très largement déçu ! Mais tout de même, vous vivrez un Périple divisé en plusieurs chapitres.

Introduction.

Vous êtes un personnage sans visage, ou plutôt au visage totalement masqué, hormis les yeux (deux petites lumières jaunes), vêtu d’une cape rouge et d’une sorte d’écharpe assortie. Quand vous débutez, vous vous retrouvez dans un désert de sable. Vous ne savez pas trop où aller, ce que vous devez faire ni ce que vous pouvez faire. Mais la seule autre chose que vous apercevez dans ce paysage désertique réaliste à la couleur chatoyante, c’est une montagne, au sommet de laquelle brille comme une grosse étoile. Alors vous vous dirigez vers elle.

En testant un peu tous les boutons, vous vous rendrez compte que le bouton O permettra à votre personnage de générer une sorte de cercle d’aura, en même temps qu’une note de musique. Des appuis répétitifs plus ou moins maintenus créeront des cercles d’aura plus ou moins grands et surtout différentes notes de musique. Vous pouvez alors vous amuser à faire une petite composition de votre cru si cela vous chante, elle pourra être très mélodieuse étant donné que le son est très doux. Si vous laissez charger le O, votre personnage créera alors le cercle le plus large dont il est capable, avec la note la plus forte (qui reste très douce), dans un élan qui semble surgir de sa poitrine. Pour le moment, ces cercles ne permettent que d’aplanir le sable qui vous entoure et vous ne savez pas réellement s’il s’agit d’un bouclier ou d’une arme ou d’une quelconque autre chose.

Vous arrivez finalement au sommet d’une dune. Là vous pouvez voir, en contrebas, un champ de tombes, à moitié enfouies dans le sable. Cela jette un froid, même si vous êtes dans un endroit très chaud. Les premières questions qui surviennent sont : que s’est-il passé ? Qui sont-ils ? Est-ce votre village ?
Vous aurez beau vous approcher des tombes et tenter de lire les cigles à peine visibles qui y sont gravés, même en utilisant votre aura, vous ne trouverez aucune réponse. Alors vous traversez ce champ, jusqu’à arriver à des ruines. Le sable semble avoir été le plus grand ennemi ici, pourtant il vous paraît si agréable à vous…

 

Des sensations uniques.

Ce jeu vous offre une légèreté que vous n’aurez jamais connue jusque-là. Vous trouverez tout au long de votre périple des items qui rallongeront votre cape : plus vous trouvez d’items, plus votre cape croît. A mesure qu’elle s’agrandira, des sigles se dessineront dessus. Ce sont eux qui vous permettent de voler. S’ils sont brillants, alors votre cape est « chargée » et vous pouvez flotter dans les airs en appuyant sur le bouton X jusqu’à ce que tous les signes aient disparu. Pas de panique, vous pouvez recharger votre cape de diverses manières : soit en passant près des cartes volantes que trouverez regroupées par-ci par-là, soit en faisant appel à un petit dragon de cartes, soit grâce à votre collègue si un autre joueur est avec vous (nous reviendront sur ce point plus tard).

Sachez cependant que lorsqu’un dragon ennemi (car vous en rencontrerez dans deux chapitres) vous aura repéré, vous ne pourrez quasiment rien faire : si vous vous cachez derrière une fondation, il la détruira. Vous ne pouvez que tenter de fuir. Cela peut être frustrant, mais d’un autre côté vous ressentirez alors l’angoisse monter en vous, vous vous acharnerez sur votre manette pour que votre personnage courre toujours plus… et si vous êtes finalement attaqué, vous aurez alors une grosse frayeur car la musique accompagne le monstre, et finalement vous ressentirez le bonheur de voir que vous ne mourrez pas : seul votre pouvoir intéresse ces dragons, aussi votre cape diminuera-t-elle.

Vous resterez également ébahi devant la beauté d’un chapitre où votre personnage glissera sans fin sur le sable doré. Vous devrez tout de même vous diriger pour récupérer quelques items, car ce n’est que si vous les récupérez tous que vous aurez réellement terminé les chapitres (même si vous pourrez toujours y retourner plus tard, ils ne sont pas clos). En effet à la fin de chaque chapitre vous vous trouverez devant des stèles à activer. Au milieu se trouve un grand cercle dans lequel vous devez vous placer pour accéder à la suite du scénario. Mais devant ce cercle se trouve une pierre plate aux pieds de laquelle sont dessinés plusieurs signes. S’il y en a quatre, alors c’est que vous deviez trouver quatre items. Si les quatre signes sont illuminés, vous avez complété votre chapitre ; mais si l’un d’entre reste éteint, c’est qu’il vous manque un item.

En plus de la beauté du paysage et de la légèreté du personnage, vous pourrez profiter de musiques d’ambiance très agréables. Discrètes, parfois quasi-absentes, elles peuvent aussi se révéler oppressantes, mais jamais lourdes ni fatigantes. Vous ne serez jamais dérangé par une voix off ni une quelconque autre voix d’ailleurs, les seuls sons étant ceux de vos pas, de votre robe lorsque vous voulez tel une raie s’élançant dans l’océan, de votre cercle d’aura et ses notes caractéristiques, des dragons de cartes et des dragons de pierre. Ainsi comme vous pouvez le constater le jeu n’est pas pour autant dénué de sons.

 

Une réalité bien dosée et un gameplay confortable.

Votre personnage est très maniable. Réactif, vous pouvez le faire courir ou le faire marcher, selon l’intensité de votre pression sur le joystick. Cependant vous remarquerez assez vite qu’il manque un peu de rapidité, donc vous serez très certainement constamment en train de courir. Cela ne gène en rien les mouvements et lorsque vous voulez vous arrêter votre personnage s’arrête sans temps de latence. Vous pouvez également vous déplacer plus rapidement en volant : le jeu est réaliste concernant les forces physiques. Ainsi, quand vous marchez ou courrez dans une zone sablonneuse profonde, votre personnage est ralenti. Il en est de même lorsque vous grimpez une côte ou lorsque vous êtes face au vent. A contrario, votre personnage pourra être poussé par le vent si ce dernier est dans son dos, et pourra également glisser comme s’il faisait du surf lorsque vous descendez une pente qui a un fort taux d’inclinaison.
Aussi, un chapitre vous plongera dans une sorte de mer dorée, qui forme comme un brouillard. La netteté y est progressive et très bien réalisée, aussi bien que dans la réalité.
La seule chose qui m’a particulièrement perturbée face à cette réalité incroyable, c’est que votre personnage n’a pas de pieds… Les développeurs semblent avoir choisi de simplifier le personnage au maximum, tout en le faisant tout de même très beau. Peut-être pour contraster avec le paysage, pour montrer que l’intérêt de jeu se trouve justement dans les graphismes du paysage et non pas spécialement dans le personnage. Cela change des jeux dans lesquels maintenant les personnages doivent être le plus possibles réalistes. Mais tout de même, pas de pieds c’est étrange.

Vous pouvez orienter votre caméra comme bon vous semble, que vous soyez à l’arrêt ou en pleine action. Cela vous permet de ne pas être semé par un autre joueur mais aussi de tenter de fuir un ennemi tout en le surveillant, ou tout simplement de mieux profiter du paysage. Vous ne pouvez cependant pas choisir de la rapprocher ou de l’éloigner de votre personnage. Ce réglage-là est géré automatiquement selon l’endroit où vous vous trouvez : si vous êtes dans un espace immense et profond la caméra s’éloigne, si au contraire vous êtes piégé entre des murs alors elle se rapproche, parfois beaucoup trop. Il arrivera qu’elle soit encastrée dans un mur et que vous ne puissiez plus voir votre personnage.
Notez aussi qu’elle ne prendra jamais la place des yeux du personnage. Aussi, lorsque vous êtes contre un mur, elle ne restera pas positionnée dos au mur même si vous insistez, elle bloquera un peu et se stabilisera un peu à côté. Pour gérer cela, vous devrez tant bien que mal positionner votre personnage dans l’angle que vous aurez choisi. Et encore, cela ne fonctionne pas à tous les coups. Mais ces petits soucis restent assez rares et dans l’ensemble cette caméra est assez maniable et pas trop mal réfléchie.

Si vous voulez vous donner d’autres buts que la fin du jeu, vous avez plusieurs « succès » qui vous sont proposés. Vous pourrez trouver par exemple « terminer le jeu en compagnie d’un autre joueur », « récolter tous les items », « faire une partie avec au moins 10 joueurs différents », « reprendre votre partie au bout d’une semaine entière », « rester au moins 20 secondes au repos en même temps qu’un autre joueur » etc. Vous trouverez la liste des succès dans les menus : vous verrez une image correspondant à côté de chaque descriptif dont vous aurez accompli la mission, pour le reste vous n’aurez que le descriptif. Ainsi vous pouvez vous monter vos petits chalenges. Et rien ne vous empêche de vous en rajouter d’autres.

 

« Mode » « multi-joueurs ».

Comme dit plus haut, vous pouvez jouer avec une autre personne, à condition que vous soyez connecté. Mais vous ne pouvez pas jouer avec votre ami/e à côté de vous, sur un même écran, avec une deuxième manette branchée sur votre Play.
La console ne vous préviendra pas quand un joueur se connectera à votre partie, et vous-même si vous entrez dans la partie d’un autre joueur vous ne le saurez pas. Le seul moyen de s’en rendre compte, c’est de tomber dessus par hasard. Vous ne pouvez être accompagné que d’un joueur à la fois, mais vous pouvez pourtant en rencontrer un nombre infini durant votre partie. En effet, le nombre de joueurs simultanés est limité à 2, mais le nombre de joueurs total n’a aucune limite. Vous rencontrerez parfois des joueurs qui préfèrent faire bande à part et jouer dans leur coin, il ne faudra donc pas compter sur eux pour une quelconque aide, mais il faudra éviter de les semer pour ne pas rencontrer le problème cité en introduction, à savoir que tous les éléments censés vous guider guideront le premier joueur à les avoir stimulés, donc si vous êtes trop à la traine vous risquez de devoir patienter un bon moment avant de savoir où vous devez aller (cela dépendra des chapitres bien entendu, vous n’avez pas constamment besoin d’être guidé).

Au contraire, si vous avez la chance de tomber sur un joueur qui veut vous accompagner (il peut avoir des tas de raisons : avoir besoin d’aide, se sentir seul, avoir un objectif à remplir etc.) il pourra soit vous indiquer l’emplacement des items ou essayer de vous aiguiller sur la marche à suivre dans certains situations, s’il a plus d’expérience que vous, soit vous suivre comme un petit toutou s’il est complètement perdu. Dans les deux cas, vous trouverez moyen de vous signaler mutuellement certaines choses à l’aide de vos notes de musique. Par exemple si vous voyez votre collègue générer frénétiquement des notes, il y a deux solutions : soit cela veut dire qu’il faut le suivre parce qu’il veut vous montrer quelque chose, soit cela signifie qu’il y a un souci. Ou alors vous venez de lui faire découvrir un item qu’il cherchait depuis des heures et, étant très content, il vous exprime gaiement sa gratitude.
Vous devrez parfois réveiller des dragons de cartes coincés dans la roche à l’aide de votre cercle d’aura afin que ceux-ci vous guident. Notez que si un autre joueur les libère à votre place, vous devez absolument le suivre afin de savoir où aller. Si vous ne l’avez pas vu faire, vous devrez errer en cherchant seul votre chemin et quelques dragons viendront plus tard à votre rencontre (justement les dragons qui auront été libérés), quand ils auront terminé leur œuvre avec l’autre joueur.

Appuyer sur le bouton O près d’un autre joueur a un effet très bénéfique : vous lui rechargez sa cape grâce à votre aura. Plus vous chargez longtemps le O, plus vous chargez sa cape (en comptant qu’il y a toujours le même maximum pour la puissance de votre aura). Il peut donc faire de même. Cela peut être très utile si vous avez à franchir une hauteur faramineuse et que votre cape est trop courte pour y parvenir : si vous réussissez à vous coordonner, vous pourrez voler et vous recharger mutuellement en même temps. Cela peut parfois être corsé selon l’endroit où vous êtes, à cause de la prise de vue qui n’est pas toujours très pratique pour savoir si vous êtes réellement bien placé, mais aussi par l’espace en 3D. Il n’est pas toujours aisé d’atterrir sur un perchoir alors que la caméra est positionnée loin du personnage et que vous n’arrivez pas à estimer si vous êtes bien placé sur l’axe Z (car comme tout le monde le sait, nous utilisons trois axes et non deux : x, horizontal ; y, vertical ; et z, la profondeur ; merci les cours de mécanique, j’aurais pas appris ça en maths littéraires). Aussi, vous pourriez être bloqué par le perchoir en question au lieu de pouvoir aller dessus, et votre compagnon de jeu peut très bien ne pas avoir envie de remonter avec vous en faisant autant de sport juste pour que vous puissiez attraper l’item qui y est placé.

Ce mode multi-joueurs n’est donc pas réellement un mode multi ni du multi tout court. Vous choisissez ou non d’être connecté, et donc d’accepter ou non d’autres joueurs, mais ce n’est pas parce que vous êtes connecté que vous aurez forcément un autre joueur avec vous. Et ce sera UN autre joueur à la fois, donc le « multi » se limite à 2 joueurs simultanés, vous compris. Mais il n’y a pas de mensonge hein, cela reste du multi. On n’y est juste pas très habitué.


Galerie photos
Les + / Les -
  • Les paysages sublimes
  • La musique qui met bien dans l’ambiance
  • Les couleurs rayonnantes
  • Le réalisme dans les déplacements
  • Le gameplay fluide
  • La durée de vie beaucoup trop courte (~3h)
  • La non précision de l’apparition/disparition/changement d’un second joueur
  • La caméra qui s’approche ou s’éloigne du personnage sans qu’on puisse le modifier
  • Le scénario difficilement compréhensible et se terminant en queue de poisson
  • L’impossibilité de choisir qui rejoint votre partie, si vous voulez jouer avec un ami
Evaluation
Graphismes
Si je ne mets pas 20, c’est simplement car rien ne peut être parfait. La seule imperfection ici est au niveau du personnage, je maintiens mordicus que sans ses pieds ça ne va pas ! Mais en lui-même sa simplicité reste très belle et il a toutefois des détails qui font tout. Les paysages sont sublimes, même quand on est dans le désert, les décors sobres mais très beaux aussi. Le souci du détail dans ce jeu est une pure merveille.
Musique
Pas grand-chose à redire. Les musiques sont bien choisies pour l’ambiance, les sons gérés correctement. Il est vrai cependant que certaines musiques pourraient être un peu plus travaillées.
Jouabilité
Le personnage est très maniable et réagit bien à chacun de vos changements. La caméra peut être orientée très souplement et vous pouvez même choisir d’en inverser le sens (appuyer vers la droite ferait aller la caméra vers la gauche), ce qui peut être pratique pour certains joueurs qui préfèrent gérer l’image plutôt que la caméra. Gros hic : ne pas pouvoir en gérer l’éloignement, ce qui est parfois handicapant.
Durée de vie
Je l’ai terminé pour la première fois en 4h seulement, sachant que je suis une joueuse un peu lente et que je cherchais à découvrir le plus de choses possible. Donc il est facilement faisable en 3h. Cela fait vraiment très court, surtout que l’on rentre vraiment très bien dans ce jeu. Point positif : on peut recommencer le jeu autant de fois qu’on le souhaite. Point négatif : si on décide de « continuer » quand on arrive à la fin du jeu, en réalité on le recommence au point de départ, avec cependant une sorte de zone des chapitres grâce à laquelle on peut décider dans quel chapitre on veut se rendre (si tant est que vous compreniez lequel est dessiné sur les tablettes). A noter qu’à chaque retour dans cette zone, votre cape redevient aussi petite que quand vous y avez récupéré tous les items, cependant vous pouvez les récupérer à nouveau pour être « au niveau », selon dans quel chapitre vous vous rendez. Ce temps court peut tout de même être un avantage : si vous voulez vous détendre un petit moment il est parfait.
Scénario
Non seulement difficile à cerner, il se termine pour ainsi dire… pas. Vous débutez dans un désert de sable sans savoir ce que vous devez faire ni où vous devez aller. Vous découvrez des tableaux au fil de votre progression qui vous racontent l’histoire, cependant tout n’est pas toujours très clair. J’ai plutôt bien saisi l’histoire à force de voir les événements se dérouler ainsi, mais je n’ai toujours pas compris le but du périple. Ou plutôt il y a trop de possibilités différentes pour le saisir.
En résumé
Une petite merveille à découvrir absolument ! Ne cherchez pas à le comprendre, vivez-le ! Vous pourrez le découvrir du début à la fin d’une traite même si vous n’avez pas énormément de temps libre. Pour profiter au mieux de ce jeu, je vous conseille de vous enfermer dans une pièce silencieuse, de diminuer légèrement la luminosité qu’il y règne (sans vous mettre dans le noir, c’est mauvais pour vos yeux), et de vous laisser entraîner sans réfléchir dans ce superbe Périple.
14 /20 0
Date de sortie française: 
14/02/2012
Sortie américaine: 
14/02/2012
Développeur: 
Plateforme: 

Sur le même thème...

Ajouter un commentaire

Commentaires

Portrait de Brunhild

Merci à vous pour les compliments Captain, moi je l'ai téléchargé sur la console, ça a coûté 12€

Portrait de lifeless

Tu écris bien Brunhild ! Malgré le pavé de texte, c'est très facile à lire et ça décrit bien le jeu. Merci pour le test.

Portrait de captain_roger

Beau test ! Il me donne encore plus envie de tester ce jeu. Je pensais prendre la version boite avec Flower et Flow. Merci Brunhlid !

Portrait de Brunhild

Ah contente que ce test vous plaise

Pour le mode de communication, moi je trouve ça super justement, même si au final on n'est pas sûr de comprendre ni d'être compris correctement.

Concernant le scénario, je ne le trouve pas libre puisqu'il est raconté par des tableaux quelque peu animés. Du coup ça donne un effet soit pas assez explicite pour un scénar décidé, soit trop pour scénar libre...

Pour la taille, j'avais repéré que la plupart des test comptaient 3 pages word à peu près. Du coup j'ai essayé de le fournir correctement, et puis une fois dans le texte je me suis laissée emporter pour donner le plus d'infos possible, pour retranscrire au mieux tout ce que ce jeu m'a fait ressentir. Et puis je me suis retrouvée avec 5 pages notes incluses xD

Portrait de Kysiel

Je veux une PS3 rien que pour ce jeu!

Portrait de illapa

Tu m'as battu pour la taille du pavé-test !

Ce jeu m'a toujours intrigué, mais j'ai pas la bonne console.
J'avais vu justement une emission qui en parlait, les développeurs voulaient que le scenar doit etre libre d'interprétation. Quand au fait qu'on ne sache pas s'il y a un second joueur qui apparait ou pas, et le fait que vous ne puissiez pas communiquer, c'est un parti pris aussi, pour obliger le joueur à expérimenter de nouvelles choses et à communiquer autrement.

Un bon test en tout cas, ça me donne encore plus envie de le tester.