Test de Baldur's Gate

Genres: 
Par - publié le 18 Novembre 2007 à 10h28
5
197

Début d'une saga mythique, Baldur's Gate est un incontournable pour tout joueur de jeux de rôle. Prenez vos dés à 20 faces, préparez vos fiches de personnage et entrez dans l'aventure !

Baldur's Gate est un jeu de rôle possédant les règles de Donjons et Dragons (édition 2) et se déroulant dans l'univers des Royaumes Oubliés. Le héros, que l'on personnalise entièrement, se voit obligé de fuir sa ville natale accompagné de son père adoptif, Gorion. Mais les deux hommes tombent dans une embuscade, et après un combat de haut niveau, Gorion succombe et notre héros se retrouve seul face au vaste monde...
 

Une non-linéarité surprenante

L'une des premières choses dont on s'aperçoit, c'est que Baldur's Gate n'est absolument pas une ligne droite. On peut accéder à la quasi-totalité du monde dès le début. Voilà qui pourra en rebuter plus d'un. En effet pour savoir où aller, il faut sans arrêt se renseigner en ville et parler à tout le monde. Nous avons même la possibilité de boire un bon coup en ville pour apprendre tous les ragots du coin ! Mais une fois la destination fixée, de vastes donjons se dévoilent devant le héros, pleins d'énigmes et de pièges. Le seul problème étant qu'il ne faut pas aller n'importe où au début, sous peine de voir la cinématique de "Game Over" très souvent !

Un jeu de rôles dans les règles de l'art

Etant donné que ce titre est tiré de Donjons et Dragons, le rôleplay est bien présent. Il n'est ici pas question de grosbillisme (personnages surpuissants) ! Par exemple, il est possible de recruter jusqu'à cinq compagnons de route. Chacun a sa vision du monde, ses quêtes et sa mentalité, ce qui peut amener à des conflits si les membres ne s'entendent pas entre eux ! Voilà qui change des RPGs japonais. Mais encore une fois, ça ne plaît pas forcément. Les dialogues entre personnages sont parfois très longs et il faut toujours en tenir compte. De quoi repousser ceux qui n'attendent que de l'action.
D'ailleurs niveau action, les combats utilisent les règles de D&D. On retrouve donc les dés et les jets de sauvegardes, mais sans aucune aide. Une personne ne connaissant pas l'univers des jeux de rôle papier sera vite perdu en voyant qu'une arme inflige "2d6" de dommages. Mais une fois le cap passé, la tactique s'installe, et les grosses batailles deviennent très funs à jouer.
 

Une difficulté parfois mal dosée

Là est le principal problème du jeu : il faut s'attendre à perdre de nombreuses fois avant de réussir à le finir. Et le mot est faible, même un expert aura de grosses difficultés à sortir indemne de certains combats. Il faut savoir que les personnages ne peuvent pas dépasser le niveau 7 ou 8 (selon leur classe), alors que des groupes d'ennemis sont d'un niveau bien supérieur ! Et c'est encore une fois très frustrant de voir son héros succomber à un simple loup dès la première heure de jeu. De plus, les objets magiques sont assez rares, il ne faut pas s'attendre à en avoir tout de suite. Il est toutefois possible de baisser le niveau de difficulté afin de rendre la partie plus sympa quand on découvre le jeu.
 

Une ambiance réaliste

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'on ne se sent pas important dans ce vaste monde. Il n'est pas question d'affronter de dragons ni de démons, les humains vivant sur la Côte des Epées donneront déjà bien assez de fil à retordre. Le scénario, quant à lui, est tourné vers un complot politique, très bien mené au final. On pourrait penser que ça rend le jeu beaucoup moins plaisant, mais l'intrigue et le monde sont tellement minutieusement créés qu'au final, on parcourt les vastes zones qui nous sont proposées sans se poser de questions.
Et il y a de quoi faire. Hormis la quête principale, plus d'une centaine de quêtes annexes sont disponibles, et beaucoup d'entre elles ont plusieurs dénouements. De plus selon le caractère de votre personnage et celui de vos alliés, les quêtes peuvent prendre tournure totalement différente. De quoi plaire aux accros du roleplay !
Les graphismes aussi ont de quoi en surprendre plus d'un. Tous les décors sont des tableaux uniques. En plus d'être jolis, ils sont vraiment immenses et proposent de nombreux lieux différents (côte, forêt, grottes etc.). Les personnages voient leur look changé selon l'armure qu'ils portent, ce qui permet facilement de différencier les mages des guerriers (par exemple), et d'adapter différentes tactiques en conséquence.


Que penser de ce jeu au final ?

Si vous voulez y jouer, je vous conseille de vous renseigner sur les règles de Donjons et Dragons avant, sinon vous risquez d'être fort déçus. Les graphismes et le scénario sont extrêmement bien faits, ainsi que l'ambiance rendue. Seule la difficulté est parfois vraiment mal dosée, certains combats étant, si on les joue de manière rôleplay, très difficiles.


Galerie photos
Les + / Les -
  • Bien qu'ils aient vieilli, les graphismes sont toujours très plaisants
  • L'ambiance est très réussie
  • Le scénario et les minis quêtes sont très intéressants
  • La difficulté est vraiment trop élevée par moments
  • Peu accessible en général
Evaluation
Graphismes
Les graphismes ont hélas vieilli, surtout à cause de la résolution. Mais les décors sont splendides !
Musique
Les musiques collent bien au jeu sans être transcendantes, il est juste dommage qu'il y en ait si peu de différentes.
Jouabilité
Il faut un peu de temps pour comprendre les règles du jeu et le fonctionnement des différents menus.
Durée de vie
Ce jeu est très long, surtout si on veut faire toutes les quêtes annexes !
Scénario
Très bien mené, et accompagné de nombreuses quêtes annexes. Le point fort du jeu !
En résumé
Dommage qu'il soit si peu accessible, il aurait été parfait. Il reste tout de même un très bon jeu !
15 /20 0
Date de sortie française: 
Mardi 05 Janvier 1999 àh
Sortie américaine: 
Lundi 30 Novembre 1998 àh
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 

Commentaires

Portrait de Senki

Par contre j'ai testé la version Enhaced et sans ajouter grand chose, elle est de bonne facture

Portrait de DooKie

C'est bien ce que je craignais... Merci de ton retour

Portrait de Lionheart

Joues-y sur tablette, l'écran d'un smartphone est bien trop petit, et du coup l'interface en devient pas du tout pratique sur ce support

Portrait de DooKie

Quelqu'un a testé la version Android ? Sur un téléphone, c'est jouable ?

Portrait de Lionheart

Encore une fois, un de tes anciens tests retient mon attention!

Baldur's Gate est un très bon jeu auquel j'ai pu toucher en étant assez jeune. Et je confirme ce qui est dit dans le test : ce n'est vraiment pas un jeu évident. Pas seulement à cause de tout ce qui est mentionné dans le test, mais aussi car quelqu'un de totalement étranger aux règles de D&D (pas seulement des jeux de roles) peut facilement s'y perdre dans toutes ces stats, sorts, valeurs, etc etc... Car bon à la rigueur, "2D6" pour reprendre l'exemple du test, ça se divine assez vite, surtout quand lu à haute voix.

Coté apparence, ce n'est pas que les graphismes en eux même, mais aussi l'interface. Une interface comme celle la, avec des commandes de tout les cotés et la partie où se déroule l'action raptissée par rapport à l'écran, c'est très "nineties", et ça a disparu durant les années 2000 au profit d'interfaces plus compactes et de raccourcis claviers.

Autre point à souligner : la qualité d'écriture. Les arbres de dialogue sont juste géniaux. Ce jeu donne vraiment l'impression que les réponses que donnent ton personnage affectent vraiment le dialogue, et donc dans de nombreux cas l'issue de la quête concernée

Oh, et petit point bonus, ça m'étonne que dans les défaut tu n'aies pas mentionné que le jeu était sur 5 CD (6 en comptant l'extension). Le début était sur le CD1, Baldur sur le CD5, et le reste réparti sur les trois autres CD. Donc en allant dans une nouvelle zone depuis la carte, on se retrouvait à avoir à changer de CD! Donc il fallait bien avoir la pochette cartonée des 5 CD toujours sous la main au cas où..