Test de The Binding of Isaac

Genres: 
Par - publié le 28 Avril 2013 à 18h42
2
360

The Binding of Isaac a dépassé le million de ventes. Quelles sont donc les qualités qui font de ce jeu indépendant une référence ?

C'est l'histoire d'Isaac...

Petit aperçu rapide d'une histoire bien triste : Isaac vivait en parfaite sérénité avec sa mère, jusqu'à ce qu'elle entende une voix divine. Celle-ci lui demande de punir Isaac car son âme est corrompue : le petit se voit retirer ses jouets, puis enfermer dans sa chambre. Et pour finir, la voix lui demande de sacrifier Isaac. Mais avant que la mère n'ait le temps de passer à l'acte, le petit héros trouve une trappe menant aux sous-sols. Il saute dedans et se retrouve ainsi face à l'inconnu. Isaac devra donc parcourir le donjon qui se terre sous sa maison et affronter les monstres qui s'y trouvent pour trouver le salut. Un scénario tiré de la Torah et de l'ancien testament, dont les références sont nombreuses. Outre Isaac, vous pourrez aussi jouer entre autres Magdalène ou Caein. Des objets comme la couronne d'épines font partie du jeu, et cela n'a pas manqué de froisser les croyants si bien que Nintendo a refusé de sortir le jeu sur ses consoles.

Les aventuriers ne vont jamais tout droit

Le sous-sol à parcourir est un labyrinthe composé de pièces rectangulaires connectées par des portes. Ce système ressemble énormément à celui du premier Zelda sur la Nintendo, dont la source n'est pas cachée. Chaque pièce peut posséder des monstres qu'il vous faudra tuer afin d'ouvrir les portes. Mais Isaac n'est qu'un petit garçon et les seules armes qu'il possède sont... ses larmes ! Mais ne vous inquiétez pas, de nombreux objets vous aideront : vos larmes pourront voir leur puissance ou leurs caractéristiques augmenter, vous pouvez posséder des bombes qui font de gros dégâts en plus de briser les rochers gênants.
D'autres armes sont un peu plus farfelues, comme un rayon laser ou des yeux d'araignée vous faisant tirer beaucoup plus de larmes à la fois. Le côté amusant mais en même temps un peu sinistre de la chose est que Isaac change à chaque objet récupéré. Isaac pourra avoir la moitié du visage brûlé par un flacon d'acide, qui lui fera tirer des larmes plus puissantes de ce côté. D'autres objets sont un peu plus absurdes, comme un cintre qu'il aura dans le crâne et qui lui fera tirer ses larmes plus loin. Au total, ce sont plus d'une centaine d'objets qui sont disponibles si vous possédez le jeu et son extension. Le gameplay est donc très riche !

Danger droit devant !

Chaque niveau se termine par une salle contenant un boss semi-aléatoire. Battre celui-ci peut être enfantin, ou très compliqué selon les objets que vous possédez. Mais dans tous les cas, une bonne connaissance du jeu est nécessaire pour le finir, car il ne faut pas le cacher : Binding of Isaac est très dur. Dans les niveaux les plus bas (la cathédrale ou les enfers), certaines salles simples contiennent deux ou trois boss à la fois et peuvent vous retirer tous vos points de vie si vous n'êtes pas bien préparé. Même une fois que vous maîtrisez bien le jeu, une grosse part de vos chances de réussite dépend des objets que vous allez trouver. Si vous trouvez certaines combinaisons, vous pourrez être pratiquement invincible. Mais parfois, vous ne trouvez simplement aucune clé et ne pourrez pas entrer dans les salles contenant les objets. Certains items, comme les pilules, auront des effets aléatoires à chaque nouvelle partie et pourront donc vous rapporter des bonus ou des malus. Tout dépend de votre chance. Le jeu peut donc être rapidement frustrant si vous ne trouvez aucun objet qui vous est utile. Mais avec de la persévérance et en connaissant bien les astuces et les mécanismes du jeu, vous finirez par le conclure.

Au final...

The Binding of Isaac a dépassé le million de vente, et c'est bien mérité : la jouabilité est au point, les graphismes à la fois morbides et dans un style dessin animé offrent une ambiance sinistre et malsaine, la musique, bien que redondante, est correcte et colle bien au jeu. Beaucoup d'objets sont des références à la culture populaire et aux memes : Game-Boy vous transformant en Pacman, bombes "Trololo", champignon vous faisant grandir ou rétrécir, foetus siamo-maxillaire de South Park etc.. La durée de vie est énorme : mises à part les différentes combinaisons d'objets, il vous faudra terminer certains niveaux plusieurs fois pour débloquer les niveaux suivants. On peut voir là une manière de ne pas décourager les joueurs face à la difficulté du jeu.


Galerie photos
Les + / Les -
  • Le nombre d'objets
  • L'ambiance
  • La rejouabilité
  • Le hasard
  • Quelques bugs
Evaluation
Graphismes
Le côté Flash du jeu peut rebuter certaines personnes, mais l'ambiance est très bien rendue.
Musique
Bien que correcte, la musique ne restera pas dans les anales. L'ambiance sonore est bonne, mais n'a rien de transcendant non plus.
Jouabilité
The Binding of Isaac possède une jouabilité très bien pensée aux possibilités énormes. Seul le facteur chance peut être très frustrant pour le joueur.
Durée de vie
Très bonne, les différentes fins à accomplir, les personnages et les défis vous tiendront en haleine plus d'une centaine d'heures.
Scénario
Se servir d'un texte religieux pour réaliser un jeu est une idée tordue, mais qui fonctionne ici plutôt bien ! Ne cherchez cependant pas trop de subtilité : Isaac doit parcourir des niveaux sans se poser de questions !
En résumé
The Binding of Isaac, vu son faible prix, est un excellent investissement !
16 /20 0
Date de sortie française: 
Mercredi 28 Septembre 2011 àh
Sortie américaine: 
Mercredi 28 Septembre 2011 àh
Éditeur: 
Plateforme: 

Commentaires

Portrait de Senki

C'est clair que le wiki est indispensable ! Une nouvelle version du jeu est en cours de développement, ce serait sympa s'ils ajoutaient un mode multi !

Portrait de captain_roger

Un zelda-like qui envoie du lourd ! Superbe test Senki ! Y'a des combinaison d'objets qui sont vraiment ultra puissantes, tout est affaire de chance et de connaissance des objets. Au passage, un excellent wiki consacré au jeu permet de savoir plus avant ce qu'il en est !