Brume

Test de DOOM (2016)

Genres: 
Par - publié le 13 Août 2017 à 13h36
4
276

Licence phare du First Person Shooter depuis la sortie de son premier volet en 1993 (porté ensuite sur un nombre incalculable de plateformes, officiellement comme officieusement), DOOM est de retour en 2016 avec un nouveau volet qui mise sur un mélange de rétro et moderne pour notre plus grand plaisir !

 

DOOD

L'histoire, bien que présente, ne sert que de prétexte au déroulement du jeu. Vous incarnez un marine DOOM, réveillé pour lutter contre une menace démoniaque sur la planète Mars. Au fil des niveaux, on en apprend un peu plus sur l'histoire et son background grâce aux cut-scenes et une encyclopédie à compléter en ramassant diverses fiches. Peu de rebondissements à prévoir dans ce scénario, le seul élément notable est la fin volontairement ouverte pour laisser place à une potentielle suite qui a de fortes chances d'arriver dans les prochaines années.

Là où DOOM tire toute sa force - heureusement d'ailleurs - c'est au niveau de son gameplay mais surtout, son game et level design ! Vous commencez au tout début avec un vulgaire pistolet de faible puissance, mais aux munitions illimitées. Très rapidement, vous trouverez l'armure Praetor qui sera la base de toute l'évolution de votre personnage au fil du jeu.

Le level design du jeu tire partie des axes verticaux comme horizontaux avec nombre de secrets à dénicher:

  • des figurines Doomguy qui débloquent des fiches et illustrations des personnages et lieux, accompagnées d'un petit jingle rétro qui ravira les puristes
  • des jetons Praetor, servant à obtenir diverses améliorations comme des temps de recharge réduits, une meilleure résistance aux dégâts, des indicateurs supplémentaires pour la carte du niveau...
  • des fragments d'Argent, permettant d'obtenir plus de munitions, de santé ou d'armure
  • des robots permettant de choisir un accessoire parmi deux pour la plupart des armes du jeu, donnant la possibilité d'utiliser un tir secondaire (charge explosive, lunette de visée...)
  • des épreuves runiques, permettant d'obtenir les précieuses runes qui vous octroient des capacités spéciales (achever les ennemis plus rapidement, obtenir plus de munitions, récupérer des morceaux d'armure en achevant les ennemis...)

Bien que tous ces éléments soient optionnels, le jeu nous pousse à les trouver car plus on obtient d'éléments, plus notre personnage sera puissant, donnant un côté RPG-lite à notre FPS. Des objectifs secondaires permettent également d'obtenir des points d'amélioration d'arme. Ces points peuvent être obtenus de trois façons: via ces objectifs secondaires, en trouvant la moitié puis la totalité des secrets d'un niveau et enfin en exterminant les vagues d'ennemis dans les niveaux (obligatoire).

En plus des armes principales, on dispose:

  • d'armes secondaires comme des grenades, un hologramme et des grenades siphons (qui aspirent la vie des monstres) ;
  • de la possibilité d'achever les ennemis au corps à corps - le glory kill - (ils clignotent alors en bleu, puis en orange à bonne portée) en utilisant le clic du stick droit. Cette option vous permet de récolter de la vie, des munitions et même des morceaux d'armure (avec la bonne rune), en plus de la satisfaction d'achever votre ennemi de plusieurs manières ;
  • de pouvoirs à ramasser dans les niveaux comme le mode Berserker qui permet d'achever tous les ennemis via un glory kill systématique, l'invincibilité et les dommages x4.

MOOOOM

Parlons un peu de la forme du jeu et n'y allons pas par quatre chemins: graphiquement, c'est une tuerie ! Sur PC, le jeu offre une pléthore d'options graphiques, permettant aux diverses configurations de trouver un bon équilibre entre fluidité et beauté. Sur ma configuration (Intel Core i7 2600k, Geforce GTX 1070 EVGA SC, 8 Go de DDR3, SSD, TV 4K OLED), il tourne quasiment constamment à 60 FPS en 4K avec la quasi totalité des options à fond sauf:

  • Echelle de résolution: 95% -> ce réglage permet de diminuer un peu la résolution réelle, qui sera compensée via une mise à l'échelle. La différence avec les 100% était imperceptible de mon point de vue, et au niveau performance j'y ai gagné plus de fluidité
  • Anti-aliasing sur la profondeur de champ: désactivé
  • Ombres du joueur: désactivé

Pour avoir testé aussi le jeu sur PS4 via la démo proposée sur le PSN, cette version tient très bien la route comparée à ma configuration PC. La version console reste donc une alternative valable pour ceux qui ne disposent pas d'une grosse configuration PC.

Côté bande son, les voix françaises font leur boulot et le doublage est nickel. Les musiques hard rock sont parfaitement adaptées à l'ambiance ténébreuse/démoniaque du jeu et aident l'adrénaline à monter lors des séquences les plus chaudes !

Il m'a fallu environ seize heures pour finir les treize niveaux du jeu en difficulté normale. J'ai opté pour le Steam Controller comme périphérique de jeu, n'étant pas fan du clavier/souris qui n'est de toute façon pas adapté dans un salon. La configuration proposée pour cette manette est "Manette avec visée haute précision", soit un mix entre manette et souris, parfaitement adapté à ce genre de jeu. L'usage du gyroscope est grisant et facilite grandement la visée. J'ai modifié légèrement cette configuration pour ajouter une accélération faible sur le touchpad droit, permettant de mieux contrôler les rotations à 180°.

DOOM est devenu mon FPS préféré.

Remarques: Je n'ai pas testé le mode multijoueurs ni l'outil de création de niveaux et des niveaux créés par la communauté.


Galerie photos
Les + / Les -
  • Une baffe graphique
  • Le level design bien foutu, avec plein de choses à trouver et des récompenses intéressantes
  • Durée de vie satisfaisante
  • Les épreuves runiques, diaboliques
  • L'éditeur de cartes et les cartes de la communauté
  • Seulement trois boss
  • Les points de non-retour qui obligent à jongler tout le temps avec la carte
  • Une certaine répétitivité (conseil: faire des petites parties)
Evaluation
Graphismes
Une baffe graphique comme on en prend rarement ! Les niveaux manquent peut-être un peu de variété graphique, mais vu le background du jeu, ça ne s'y prêtait pas forcément.
Musique
Musiques hard rock jouissives et doublages satisfaisants.
Jouabilité
Clavier/souris, manette, Steam Controller... Choisissez votre outil préféré (sur PC) ! La jouabilité est top.
Durée de vie
16h pour finir les 13 niveaux en empochant la plupart des secrets, un mode Arcade, un éditeur de cartes et des cartes à découvrir parmi celles créées par la communauté, et depuis récemment l'ensemble des DLC du mode multijoueurs gratuit. Il y a de quoi faire !
Scénario
Un simple prétexte. La fin est ouverte pour permettre une suite.
En résumé
Mon nouveau FPS favori. Si vous aimez les jeux bourrins et rapides et que le level design un poil labyrinthique ne vous fait pas peur, c'est un jeu indispensable !
18 /20 0
Date de sortie française: 
13/05/2016
Sortie américaine: 
13/05/2016
Développeur: 
Plateforme: 
Date de sortie française: 
13/05/2016
Sortie américaine: 
13/05/2016
Développeur: 
Plateforme: 
Développeur: 
Plateforme: 
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Portrait de Aru

Oui c'est ce que je disais dans mon commentaire. J'ai oublié de le mettre dans le test.

Portrait de Lionheart

Il y a un gros point à souligner je trouve pour ce jeu, par rapport aux autres FPS modernes, c'est que ce n'est pas un jeu qui consiste à tirer, se planquer en attendant de se régénérer, tirer à nouveau... C'est du oldschool nerveux qu'on a là (avec bien sûr quelques mécanismes modernes)

Portrait de Aru

J'ai joué au premier Doom mais pas beaucoup. Celui-là c'est le premier que j'ai terminé. On reconnait les codes de la série, mais ça s'est beaucoup modernisé ! Je n'ai pas précisé qu'il ne tombe pas dans le style cover-shooter de ces dernières années, et c'est pas si mal !

Portrait de DooKie

Je me suis arrêté à -honte à moi- Doom sur la Super Nintendo. Du temps où tu straffais avec L et R.
Faut croire que ça a pas mal changé depuis