Brume

Test de Comix Zone

Par - publié le 26 Octobre 2014 à 10h49
3
1129

A première vue, être dessinateur de BD ne comporte pas vraiment de risques. Sauf pour Sketch Turner pour qui le dessin va devenir son pire cauchemar. Quand les super méchants veulent la liberté et échanger de place avec le dessinateur, il faut se préparer à rencontrer tous les ennemis sortis de notre imagination. La prochaine fois, il faudra plutôt dessiner une BD sur des petits poneys tout doux qui prônent l’amour et l’amitié, ça évitera ce genre de galère. Mais pour l’heure, vous êtes dans Comix Zone alors au lieu de regretter vos erreurs, sortez-vous d'abord de là.

Comix Zone est un jeu que je trouve très original. Avec son mélange d'action/beat-them-all/aventure, il ravira les fans de comics, de baston et de jeu vidéo (bien sûr). Il a plusieurs particularités que l'on trouve rarement ailleurs.

 

Pour commencer, la qualité de ses graphismes est vraiment très bonne. Pour un jeu Mega Drive, les couleurs sont belles et le design est très travaillé pour respecter le côté BD. Les capacités de la console sont bien exploitées et ce jeu, en plus d'être un bonbon pour les yeux, nous plonge dans un univers original. En effet, ici on peut dire adieu aux tableaux de plates-formes qui se suivent bêtement en allant de gauche à droite. Ici on est dans une BD et le déroulement des niveaux correspond aux pages. On passe donc de case en case en sautant par-dessus les bordures. De ce fait, on a plus l'impression de lire vraiment une BD que de tracer un simple niveau. On va donc de haut en bas en suivant des ouvertures (bouche d'égout, porte, trappe…), mais on peut aussi parfois « déchirer » les bordures en y envoyant un ennemis ou en posant une bombe si on en a une dans les poches. Beaucoup d'animations nous rappellent qu'on est sur un support papier ; c'est-à-dire que la plupart des actions abîment le dessin comme par exemple les boules de feu ennemies qui font un peu brûler les bordures en les touchant ou encore les super pouvoirs que l'on peut utiliser qui déchirent littéralement les décors pour tuer les ennemis. Le concept, en plus d'être original, est aussi très travaillé de sorte que chaque détail rappelle où on est.

 

Passons au gameplay. Comme pour beaucoup de bons beat-them-all, il est assez simple. On a une touche pour frapper, une touche pour sauter et une touche pour fouiller dans ses poches. Pendant les combats, la parade des coups est automatique à condition d'être dans la bonne position (debout ou baissé), un peu à la manière d'un Street Fighter. Pour frapper, on a juste à marteler le bouton de frappe afin de réaliser un combo à la manière d'un Double Dragon mais on peut frapper en sautant, faire un uppercut pour toucher les adversaires en hauteur ou les envoyer valser, ou des coups à terre pour esquiver certains projectiles et frapper les vilaines bébêtes qui rampent. On peut aussi faire des avions en papier en arrachant la « tapisserie » du décor. Cette action pompe de l'énergie vitale mais fait assez mal aux ennemis. Il faut juste faire attention au retour de l'avion et se baisser pour ne pas se le manger. De manière générale, tous les coups portés physiquement sur les décors ou autres obstacles destructibles fait perdre un peu de vie. C'est un vilain problème car le jeu n'a pas de niveau de difficulté et on se retrouve vite en manque de vie. Pour pallier à cela, il faut connaître le jeu quasiment par cœur ou économiser les items de soins ou de destruction en cas de coup dur. Concernant les objets, on a juste à se baisser pour les ramasser mais la plupart sont cachés derrière le « papier peint » de la BD. Pour cela il faut faire appel à notre petit ami le rat (animal de compagnie du héros qui s'est retrouvé dans la BD en même temps que lui) pour sentir les objet et les dénicher derrière le décor. Le rat peut aussi vous aider dans certains combats, mais attention car il peut mourir pour un niveau (ou plutôt une page). Si vous faites appel à lui en le sortant de vos poches (oui car il compte comme un item) pensez bien à le récupérer  avant de changer de case car le retour en arrière est impossible et il ne vous suit pas de lui-même dans le changement.
Pour l'interface, on peut dire qu'elle est assez libre, laissant ainsi un maximum de place aux décors, aux dialogues et à l'action. On a juste notre barre de vie sous les trois carrés qui représentent les emplacements des items. Le fait qu'on ne puisse porter que 3 items nous oblige à les utiliser ou à faire des choix parfois difficiles. Sachant que le rat prend un emplacement, il est parfois dur d'utiliser une bombe ou une potion au moment le plus opportun si on ne connaît pas le jeu. Cette difficulté lui donne un petit côté "Die and Retry" qui s'avère assez lourd vu qu'on n'a qu'une seule vie (comme le dirait de Palmas) et que la mort du héros signifie le retour à l'écran titre après le rire démoniaque du méchant libéré par le dessinateur. Il n'y a pas de mot de passe ni de sauvegarde et je dois dire que je n'aurais pas pu finir le jeu et garder ma santé mentale si je n'avais pas utilisé de Save State.

 

Ce que l'on remarque à l'ouverture de ce jeu c'est la présentation du logo Sega. On dirait qu'il est prononcé par Elvis Presley avec ce qui semblerait être un semblant de mélodie rock'n'roll en accompagnement. Cette présentation n'est pas anodine ; la musique dans ce jeu est assez importante. Votre héros a un look de batteur bourrin du mouvement punk, on évolue dans un milieu bien underground genre post apocalyptique et quoi de mieux qu'une musique rock pour se battre dans les égouts  ou au milieu de débris de bâtiments ? Il y a même une interface jukebox dans le menu d'option avec une vingtaine de chansons à écouter. La mélodie est vraiment très sympa mais on entre dans le cœur du problème si on veut parler de la qualité de la musique. En effet, nous sommes sur Mega Drive, et les console de Sega ne sont pas réputées pour leur musique. Il était très risqué de mettre une musique de type instrumental dans un jeu Sega. Même si on reconnaît l'instru, la musique a une qualité très médiocre. Elle reste dans la bonne moyenne des musiques de Sega mais je pense que des musiques à la Sonic, avec un gros son bien électro, seraient mieux passées. Sans ce petit rendu sonore plus décevant que dérangeant, la musique de ce jeu n'a pas vraiment de défauts. Elle reste dynamique, simple et reste souvent en tête sans pour autant être un loop de 5 secondes. C'était risqué Sega, mais chapeau quand même.

 

Pour conclure, je conseillerais ce jeu aux amateurs de baston et de BD. Il colle parfaitement à l'univers des comics (on peut dire qu'il porte bien son nom), est bourré de pop culture sans être insultant ou trop chargé et même si la difficulté donne envie d'arrêter au bout du 3ème niveau (ou 3ème page), il n'en reste pas moins un très beau jeu et un excellent défouloir. Par contre, si vous voulez garder un esprit calme et garder votre pc en bon état, je vous conseille de le prendre sur émulateur et de gérer la Save State. En bref, ce n'est pas un jeu bas de plafond et je déplore le fait qu'il n'ait jamais eu de suite et soit si peu connu mais si vous le trouvez sur console, accrochez-vous et d'ici quelques mois voire quelques années, vous pourrez frimer et montrer quel super-héros vous faites.


Galerie photos
Les + / Les -
  • L'aspect bande dessinée
  • Les mélodies
  • La jouabilité
  • La difficulté
  • La qualité musicale
  • L'absence de mot de passe ou sauvegarde
Evaluation
Graphismes
La Mega Drive est très bien exploitée de ce côté. Le rendu est magnifique.
Musique
Ah voilà le dilemme. D'excellentes mélodies qui collent bien a l'ambiance mais de qualité médiocre.... Bon allez, ça reste dans la bonne moyenne de la Mega Drive ; ça mérite bien un petit 14.
Jouabilité
Parfois un peu lente dans certains mouvements, on la prend très vite en main et elle est assez simple.
Durée de vie
Une vingtaine de niveaux seulement, mais sans mot de passe ni sauvegarde, à plier le tout en une vie, c'est largement suffisant.
Scénario
Innovateur, très bien tourné, simple... Que demander de plus ?
En résumé
Malgré une difficulté extrême, Comix Zone reste un des joyaux de la couronne de Sega. Je vous le conseille vraiment si vous avez une bonne envie de rétro Gaming.
16 /20 0
Date de sortie française: 
17/08/1995
Sortie japonaise: 
28/07/1995
Sortie américaine: 
17/08/1995
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 
Portrait de hawkeys
A propos de hawkeys

Né avec une super Nintendo dans les mains, je savais comment faire pour muscler mes pouces. Ma formation a commencé en 94 sur super Mario world, Zelda a link to the past, Super Castlevania IV, Street figther II et super nintendo scope 6. Dés mes 4 ans, j'ai pris la directive de jouer au RPG japonais et de me laisser envoûter par les mondes féeriques et les combats épiques (#secret of mana, FF, et fire emblem). Las d'en rester à des simulations, j'ai finis par m’enrôler dans une assos de GN mais les commentaires des jeunes joueurs sur les jeux rétros étant remplis d'ignorance, j'ai décidé de rengainer mon épée, poser mon carquois pour un temps, et refaire appel à ma manette sacrée afin de montrer que jeu vidéo n'a pas commencé par les jeux de guerres d'Activison. Mon rêve serait évidemment d'en vivre, mais pour le moment, je me contente d'éduquer mon jeune frère pour qu'il cesse de confondre Link et Zelda dans la cours de récrée.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Portrait de hawkeys

oui c'est tout a fait ca. je l'ai vu qu'apres l'envois cette faute. desolé ^^"

Portrait de Brunhild

Comme les tests sont la plupart du temps validés le week-end et que je n'ai pas forcément accès à un ordi à ce moment les erreurs restent un peu plus longtemps que pour les news.
Je vais corriger cette phrase en "Il était très risqué de mettre une musique de type instrumental dans un jeu Sega" je pense que c'est ce qui correspond le mieux. Mais comme pour le test précédent Hawkeys dis-moi si c'est bien ce que tu veux faire passer.

EDIT: validé !

Portrait de Tylano

J'ai noté cette phrase :

 

Il était très risqué de mettre une musique comme si instrumentale dans un jeu Sega

 

Je pense qu'il y a un mot oublié qui donne le vrai sens à ta phrase.

 

Dans les -, j'aurais signalé à quel point le jeu est court ( seulement trois niveaux)

 

Mais oui, c'est vrai que le point fort de ce jeu c'est son univers original en BD. A jeu à essayer!