Ori and the blind Forest

 
XBox 360
XBox One
PC

Ori and the blind Forest

Editeur

Microsoft

Développeur

Moon

Japon 11/03/2015
Japon 11/03/2015
Japon 11/03/2015
 
Ori and the blind Forest
Test réalisé par
7 commentaires

Synopsis

Ori est un enfant de l'Arbre aux Esprits. Petit esprit tombé du nid lors d'une tempête, il fut recueilli par Naru, une créature vivant paisiblement au sein de la forêt de Nibel. Cette dernière l'adopta, et lorsque l'Arbre aux Esprits tenta de le retrouver, elle eut peur de perdre ce petit être qu'elle cacha avec elle dans une grotte.
L'Arbre déploya toute son énergie pour appeler son enfant, à tel point qu'il s'en épuisa, qu'il blessa la forêt toute entière ainsi que les créatures qu'elle abritait...

Lorsque vous prenez le contrôle d'Ori, vous découvrez peu à peu cette désolation. Vous rencontrerez alors Seyn, la voix de la forêt, qui vous guidera afin de ranimer la forêt. Votre but sera donc de retrouver les éléments Eau, Vent et Feu, enfermés dans des donjons dont vous devrez d'abord trouver les clés (fragments) puis ensuite de ramener Seyn à l'Arbre aux Esprits, car c'est elle qui permet à l'Arbre de gérer les éléments et de tout garder en osmose.

Nibel détruite

Le scénario semble comme vous pouvez le constater assez banal. Cependant vous vous doutez bien que je ne vous ai pas tout révélé. Ori rencontrera d'autres personnages, et surtout un ennemi puissant, Kuro. Mais qu'est-ce qu'une majestueuse chouette peu bien reprocher à Ori ? Je préfère vous laisser le découvrir par vous-même, il faut bien que je garde un peu de mystère !

 

Une avancée crescendo en tous points

Le gameplay est bien conduit. Une bonne gestion de la difficulté qui va croissant, vous aurez tout le loisir de vous habituer aux commandes et d'apprécier la rapidité de votre personnage.

Concernant la rapidité justement ; elle peut surprendre parfois, cependant elle vous servira bien souvent. Voyez ce jeu comme un Die and Retry, donc n'hésitez pas à foncer ! Au fur et à mesure de votre avancée, vous aurez de plus en plus de commandes à gérer, des sauts à faire de manière ultra rapide pour aller d'un mur à l'autre... Si vous aimez les personnages lents et lourds, ce jeu n'est pas fait pour vous ! Ori évolue comme on pourrait s'y attendre : né feuille, il est léger et file comme le vent.

Vous développerez des compétences que vous pourrez choisir vous-même selon trois branches : attaque, agilité, énergie.

Arbre de compétences

La première vous permettra de développer des attaques chargées, multiples, avec une portée plus importante etc.
L'agilité a énormément d'importance car c'est elle qui vous permettra de développer les différents sauts, la capacité d'Ori à s'accrocher aux murs (sisi ! ) etc.
L'énergie quant à elle correspond à votre mana. C'est grâce à cette branche de compétences que vous pourrez notamment recharger votre énergie (jauge de vie) en créant un "lien d'âme" mais aussi sauvegarder, comme je le précise un peu plus bas. C'est aussi cette branche qui vous permettra de pouvoir récupérer les points d'énergie lâchés par les ennemis sans avoir à aller les chercher : ils viendront à vous comme des aimants.

On peut donc arriver sur un petit point problématique : on avance très vite, on passe parfois à côté de certaines cachettes si on n'a pas développé les compétences qui permettent d'y accéder. Dans ces cas-là, faites attention à ne pas finir le donjon avant de revenir vers ces cachettes ! Parfois vous ne pourrez plus récupérer les pouvoirs qui y sont disposés si vous passez le donjon. Vérifiez donc régulièrement votre progression et développez vos compétences de manière réfléchie.

 

En plus de la difficulté et de l'évolution inhérente au personnage, vous verrez que même le système de sauvegarde évolue au fil du jeu. Avec des points précis imposés au début (les puits aux esprits), vous pourrez ensuite créer vos propres points de sauvegarde (liens d'âmes), et ce à l'infini, si tant est que vous ayez assez de mana. Car oui, la sauvegarde à la demande utilise votre jauge de magie. Vous devrez donc gérer votre jauge au mieux, afin d'avoir de quoi sauvegarder tout en gardant suffisamment de points pour lancer les attaques dont vous risquez d'avoir besoin.

Un puits aux esprits

Les liens d'âmes vous permettent de régénérer un certain pourcentage de votre énergie, cependant les puits aux esprits vous permettent eux de tout régénérer à 100%, alors n'hésitez pas à y faire un tour dès que vous en avez l'occasion.

Ne soyez cependant pas surpris si vous ne pouvez pas sauvegarder dans certaines zones, et si en plus elles ne sont pas les moins difficiles : les développeurs n'ont pas hésité à corser un peu plus le jeu à chaque fin de "donjon". Vous risquez donc de mourir plusieurs fois d'affilée malgré la longueur de la zone à parcourir sans sauvegarder.
Mais ne vous découragez pas ! Ou alors faites comme moi : si vous voyez que vous êtes vraiment trop bloqué, passez la manette à un copain le temps de passer la zone. Noooon, c'est maaaaaal !


La map se dévoilera elle aussi petit à petit. Vous ne verrez apparaître que la partie du monde que vous avez déjà traversée. Quand vous êtes sur la carte, une flèche de lumière vous indique en continu où est votre but, ainsi vous saurez à peu près dans quelle direction vous devez vous diriger.
Vous pourrez également y voir l'emplacement de tous les éléments que vous avez découverts, votre point de sauvegarde et bien évidemment la tête d'Ori qui vous montre où vous êtes en ce moment.
C'est aussi sur la map que vous pourrez voir où vous en êtes dans l'avancement du donjon. Il est indiqué en pourcentages.

Map d’un donjon en cours

 

Magnifique ? Quel euphémisme !

Vous aimez les couleurs chatoyantes ? Vous aimez les détails ? Vous aimez les décors travaillés ? Vous allez être servis ! Les graphismes sont à un niveau incroyable, à la limite de l'indescriptible. Vous allez être émerveillé en entrant dans une clairière, vous allez frissonner de crainte en arrivant dans un monde en flammes, vous aurez l'impression de vous transformer en félin pour y voir clair dans un monde en proie aux ténèbres... Bref, vous allez aussi vivre le jeu par ses graphismes, qui vous toucheront autant que le scénario et le gameplay.

Vous aurez d'ailleurs le plaisir de voir le monde qui vous entoure évoluer en fonction des actions que vous menez. A force que vous rétablissiez l'ordre des choses, vous verrez un lac de lave redevenir d'une belle eau pure et fraîche. Les donjons changent, c'est pourquoi vous ne pourrez pas toujours revenir récupérer des points compétences ratés.

Rien d'autre à ajouter à ce sujet, je vous laisse zieuter le panorama d'images ci-dessous pour vous en mettre plein les mirettes !

 

Une ambiance sonore au poil... un peu roussi tout de même

Les bruitages sont pas trop mal. La voix de Seyn est agréable et mystérieuse, de même que la langue utilisée. Ori ne parle pas, il émet tout au plus quelques sons mignonnets assez indescriptibles et très rares, on ne l'entend que dans les cinématiques.

Concernant les ennemis et les attaques, j'ai un petit bémol. Je trouve que c'est bien trop fort, et moi qui bourrine pas mal lors des attaques, ça devient vite une cacophonie : mes propres attaques, celles des ennemis, les ennemis qui explosent, les boules d'énergie à récupérer... ça crée un sacré tohu-bohu.

Le compositeur, Gareth Coker, est méconnu et pourtant il a notamment composé les musiques de Minecraft (Chinese Mithology, Battle Mini Game (Xbox One), Greek Mithology) ou encore Ark.

Les musiques sont excellentes et collent parfaitement aux donjons que vous traversez, ainsi qu'aux cinématiques qui vous en mettent plein la vue, et les oreilles aussi pour le coup. Douces et poétiques, elles sont en accord total avec le personnage, mais aussi avec ce qu'il vit. De quoi vous permettre de vous mettre encore un peu plus dans la peau de ce petit être si mignon et si agile. De quoi également partager ses souffrances, ses craintes, mais aussi son adrénaline et sa détermination.

 

Conclusion

Tout est fait pour que le joueur soit le plus possible habité par le personnage. Moi qui ne suit pas du genre à me laisser trop prendre par une ambiance (je m'ennuie devant un jeu ou film d'horreur), je peux vous dire que le challenge est relevé par Ori and the Blind Forest : respiration coupée, yeux écarquillés, muscles bandés, tout y était !

Ce jeu prend aux tripes tant par son gameplay que ses graphismes, sans oublier les musiques. Vous pouvez y aller les yeux fermés ! Euh ou pas tout à fait tout de même, sinon vous mourrez en deux secondes chrono...

 

Bonus infos

A noter que les versions sorties sur Xbox One et sur PC sont des "Definitive Edition", c'est-à-dire que les maps et compétences développées par la suite sont incluses, vous n'aurez pas besoin de les acheter en plus comme ce fut le cas pour la Xbox 360.

Une suite, Ori and the Will of the Wisps, a été présentée à l'E3 2017. Nous n'en savons pas plus le moment, pas d'information concernant une date de sortie, nous avons seulement une bande-annonce, qui nous promet un jeu aussi poétique que le premier opus :

 

 

 

 

 

 

Et enfin : j'ai joué à Ori sur Xbox One, et je n'ai eu aucun problèmes de glitchs ou autres que l'on peut lire sur certaines forums (notamment le forum Steam). Le seul bug que j'ai vu, c'est lors de l'écran titre : si je voulais charger trop vite la partie, il bloquait. Il fallait que j'attende qu'un petit bug passe, il était autant visuel que sonore (un arrêt de l'ordre d'une micro-seconde).

Points forts / Points faibles

Points forts : 
Des graphismes colorés époustouflants,
Une OST particulièrement adaptée,
Une difficulté croissante bien calculée,
Maniabilité : le personnage répond extrêmement bien.
Points faibles : 
Pas de rejouabilité sur version normale,
Caméra parfois trop lointaine,
Maniabilité : prenez une manette ergonomique,
Décourageant dans certaines zones.

Diaporama

Les notes

Graphismes

18
Superbes. De beaux contrastes de couleurs : la plupart des donjons sont relativement sombres, étant donné que la forêt dépérit. Le personnage d’Ori ressort très bien, petite lumière bleutée, lumière d’espoir... Les attaques sont elles aussi très lumineuses, et certains donjons sont très colorés eux aussi. Très agréable à regarder, une belle palette, juste un bémol tout de même : on a parfois des difficulté à s’y retrouver dans l’enchaînement d’attaques diverses, on n’y voit plus grand chose au milieu de toutes ces explosions.

Jouabilité

18
En un mot, c’est un sacré challenge ! Rapidité, vélocité, agilité... sans ça, vous n’y arriverez pas ! La jouabilité est très bonne dès lors que vous avez une manette (ou un clavier) qui vous convient bien. Si vous n’aimez pas la manette de la Xbox One et que vous jouez sur cette console, vous allez en baver (comme moi !). Petit bémol concernant le placement de la caméra, qui permet de profiter pleinement des décors mais nous fait parfois perdre le fil. Ori est tout petit, il devient alors difficile de le cerner correctement.

Durée de vie

14
Un die and retry. Si vous êtes doué, vous le terminerez assez vite. Sinon vous mourrez souvent et la durée de vie en sera rallongée mais ce ne sera pas forcément agréable. Pas de possibilité de reprendre votre partie une fois le jeu terminé, en tout cas dans la version de base. La durée de vie n’est pas extraordinaire mais vous passerez tout de même de bons moments.

Musique et son

17
De bonnes musiques, une OST très sympathique qu’on peut volontiers écouter en-dehors du jeu en musique d’ambiance. Les sons sont parfois un peu trop présents, les attaques ont un volume assez important et parfois ça prend la tête. C’est la seule chose qui me fait baisser la note.

Scénario

13
Un scénario sympathique, sans grande surprise au tournant. Il n’a rien de transcendant, il faut se laisser porter par le côté poétique. Il est émouvant tout de même, mais au fil de la progression on a tendance à l’oublier un peu, c’est dommage par moments.

Note globale

18
20 0
Ce jeu est une petite merveille. Autour de moi, il a fait l’unanimité. Il n’est pas sans défauts, mais l’ensemble est tellement chouette qu’on les oublie assez vite. De quoi passer de longues soirées à sursauter et se crisper et être ému et courir mentalement avec Ori (eh oui, parfois tout ça en même temps !), ou au contraire de quoi se défouler régulièrement une petite demie-heure en rentrant chez soi. Vous pourrez l’adapter à votre sauce. Régalez vos yeux et vos oreilles, et laissez votre esprit rejoindre Ori.

Commentaires

Portrait de illapa

26/07/2017 à 0h24
illapa

Ce jeu est vraiment magnifique. 
J'ai vu aussi qu'ils allaient faire une suite, du coup faudra vraiment que je m'y mette à l'occasion...

Portrait de hawkeys

26/07/2017 à 20h50
hawkeys

Hum... Tu le classes dans les Die and retry mais tu annonces que la difficulté est crescendo, c'est un peu contradictoire.

Sinon super test, j'espère que ma carte graphique tiendra le coup; ça m'a l'air vraiment HD tous ça.

Portrait de lifeless

27/07/2017 à 8h10
lifeless

Ça donne envie. Ce jeu a vraiment belle allure. Faudra voir si j'ai emmagasiné assez de patience pour le die & retry XD

Portrait de Brunhild

27/07/2017 à 12h38
Brunhild

Il y a des passages pour lesquels on est obligé de mourir au moins une fois, si ce n'est 10 fois, pour les réussir. Cependant au début il suffira d'une ou deux fois, et plus on avance dans le jeu et plus il nous faudra mourir pour réussir le bon timing à un endroit donné. D'où le crescendo. Ce n'est pas tout à fait un Die and Retry, il ne se veut pas tel, mais on ne peut nier qu'il en a certaines caractéristiques.

Je ne l'ai pas testé sur ordinateur, et mes amis qui l'ont fait ont tous des PC de fou car ils jouent à beaucoup de jeux très gourmands, alors je ne saurais dire...

Portrait de Lionheart

30/07/2017 à 11h06
Lionheart

Un bien joli test

Coté PC, pour y jouer à fond, il ne faut pas un pc si gourmand que ça. Une carté graphique avec un giga de mémoire, 4 gigas de ram ainsi qu'un processeur moyen de gamme suffisent (voir même petit être bas de gamme aujourd'hui). Bref, ça tourne parfaitement sur quasiment n'importe quel PC récent

Portrait de Edouard

02/08/2017 à 8h05
Edouard

Indéniablement l'esthétique du jeu est tout bonnement splendide ! Pour dire, l'ambiance générale arrive à m'apaiser l'esprit, et ce malgré l'omniprésence du Die and Retry. L'immersion est amplement réussie.

La qualité du gameplay est là ! La complexité se peaufine avec parcimonie au fil de l'aventure et les nombreuses compétences qui s'accumulent se gèrent plutôt bien, un plus indéniable. Je note aussi une belle gestion des niveaux qui se revisitent encore et encore selon notre avancé, ce qui stimule agréablement notre mémoire.

Le jeu tourne très bien sur un ordinateur portable d'une bonne décennie, peu gourmand en ressources, l'ensemble reste fluide. Si vous avez aimé Sonic durant votre enfance, vous allez aimer ce jeu qui en est une nette amélioration, sans stress, agrémentée d'une sauce RPG et à l'atmosphère onirique.

Portrait de DooKie

16/08/2017 à 21h50
DooKie

C'est vrai que c'est plutôt joli !
Il faudrait que je prenne le temps d'y jouer. Quelqu'un l'a déjà fini ?

Copyright © 2000-2017 Square Palace - Site sous licence Creative Commons