Brume

Axiom Verge : L'alternative à Metroid

Année de sortie: 
2015
Éditeur / Développeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 01 Septembre 2020 à 19h01
2
54

Le genre du Metroidvania est bien représenté de nos jours dans le catalogue des titres indépendants et peu d'entre eux savent tirer leur épingle du jeu. Thomas Happ a créé à lui tout seul Axiom Verge (actuellement disponible sur XB1, PS4, ordinateurs, Wii U, PS Vita et Switch) et ce dernier est disponible depuis 2015 initialement.

La première chose que l'on peut dire, c'est qu'Axiom Verge s'inspire véritablement de son modèle, à savoir la saga Metroid de Nintendo. En particulier les premiers et troisième volet. On retrouve une ambiance similaire, mais Axiom Verge sait se montrer suffisamment différent pour ne pas tomber dans le plagiat. Le jeu se présente sous la forme d'un titre entièrement en 2D, quelque part entre l'ère 8 bits et 16 bits, avec un design tout en pixel art et des musiques chiptunes. Chapeau bas déjà pour la partie graphique, avec des sprites bien animés, bien modélisés (dont certains de taille très conséquente, notamment les boss !) et des arrières-plans détaillés. Néanmoins, les décors manquent un peu de variété.

Trace, notre héros, est équipé dès les premières minutes d'un disrupteur d'axiome, son arme principale. Plusieurs types d'armes (une bonne vingtaine) viendront s'ajouter à votre arsenal si vous prenez le temps de parcourir les lieux de fond en comble. C'est quelque chose que le jeu ne vous empêchera jamais de faire et pour cause : il n'y a aucun guidage. Certains adoreront, d'autres pas. On a l'avantage de disposer de nombreux points de sauvegarde et que le dernier d'entre eux que vous avez utilisé servira de point de retour en cas de mort. Une mort sans pénalité car toute votre progression est enregistrée lors de votre trépas. Le level design est plutôt bien conçu dans l'ensemble avec de nombreux secrets à dénicher, si tant bien est que vous disposez du power-up nécessaire pour les atteindre. Certains bonus sont véritablement bien cachés et vous donneront du fil à retordre. Le développeur a d'autant plus le bon goût de proposer des points de sauvegarde en face des boss, ce qui n'est pas du luxe mais également toujours bienvenue dans n'importe quel jeu, selon moi !

En parlant de cela, la difficulté du jeu est relativement en dents de scie. La fin du jeu est évidemment bien plus corsée que le départ, mais certains passages sont plus frustrants de part et d'autre de l'aventure. Un bémol concernant les boss, qui vont du trop simple au trop pénible sans véritable progression. C'est dommage ! Les diverses capacités que l'on acquiert au fil des heures sont néamoins très intéressantes et sont bien conçues pour ne pas copier outre-mesure son modèle. Je pense notamment à l'équivalent de la "morphball" de Metroid, qui (sans spoiler) prend une autre forme très réussie qui peut même se vanter d'être supérieure à l'originale. Un des autres regrets que j'ai par rapport à ce jeu est l'absence de points de téléportation, ce qui rend la progression parfois frustrante vu la grandeur de la carte globale du jeu. Il n'y a qu'un maigre niveau-hub qui raccourcit quelque peu la traversée, une fois débloqué.

Le scénario est également prenant. On peut s'y intéresser par les notes à dénicher un peu partout, mais les quelques dialogues du jeu suffisent à comprendre l'intrigue générale qui est agréable à suivre. On finit par évoquer la partie sonore, qui est véritablement réussie avec son ambiance très électro/malsaine et qui donne un cachet définitivement unique à ce titre. Les bruitages sont dans les normes de ce qui se faisait à l'époque de la NES, mais pourront vous taper sur le système de temps à autres. On peut noter l'utilisation occasionnelle de voix synthétisées qui rend les pistes en questions assez mémorables (pour les bonnes ou mauvaises raisons, selon votre goût).

 

 

Les + / Les -
  • Graphismes pixel art délicieusement rétro et bien fichus
  • Level design au point
  • Du challenge et des secrets
  • Des sauvegardes fréquentes et pas de pénalité de mort
  • La bande son
  • Les boss faciles ou frustrants
  • Absence de points de téléportation
  • Manque de guidance général qui pourra déplaire
  • Certains secrets trop bien cachés
En résumé

Axiom Verge a failli louper sa quatrième étoile à cause de quelques soucis de frustration et de boss design, mais globalement il s'agit d'une superbe alternative à Metroid que je ne peux que vous recommander d'essayer. Si les défauts sont corrigés pour sa suite, la cinquième étoile est potentiellement à portée !

4 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
(If you're a human, don't change the following field)

Commentaires

Portrait de Aru

Non, pas de morphball ni de mines. Mais l'équivalent est cool !
Pour la bande son, ouais.

Portrait de DooKie

C'est vrai qu'on se croirait presque dans Metroid !
Le perso peut se rouler en boule et poser des mines aussi ?
Au niveau de la bande son, ça ressemble à la musique du trailer ?