Test de Dark Souls : Prepare To Die Edition

Par - publié le 22 Juin 2014 à 13h19
3
1212

Oubliez la lumière et la facilité, ici les ténèbres règnent en maître et chaque recoin est porteur d'une potentielle mort rapide et expéditive. Levez votre bouclier et avancez doucement. Bienvenue dans Dark Souls.

Vous avez sans doute entendu parler de Dark Souls par un de vos amis ou en ligne. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'un des meilleurs jeux de cette génération de consoles. Pourquoi ? Je vais vous le faire découvrir.

Dark Souls tout d'abord, c'est une atmosphère. Ainsi votre avatar est un mort-vivant. Un humain maudit qui ne pourra mourir mais finira par perdre toute humanité et devenir ce que le jeu appelle une carcasse : un zombie qui ne cherche qu'à tuer pour s'approprier des âmes. Peu importent vos actions, ceci dit, cela ne pourra jamais vous arriver. Vous êtes l'élu qui pourra sauvegarder l'âge du feu afin que perdure la vie. C'est comme cela qu'on vous jette (littéralement) dans le jeu en oubliant au passage de vous dire où aller, parce que ça, c'est à vous de le découvrir. Et pour cela, vous allez devoir mourir encore, et encore.
 

Beaucoup de joueurs passeront à côté de l'histoire de Dark Souls. Il n'y a que peu d'éléments directs la racontant. Il faut plutôt se pencher sur les descriptions d'objets et les discussions avec les PNJ riches en indices. Tout ceci vous permettra si vous le souhaitez de connaître le pays de Lordran et sa culture. Si vous ne voulez pas vous y intéresser, libre à vous. Cette phrase résume à elle seule le moteur qui vous fait avancer dans le jeu : "libre à vous". Libre à vous de tenter de commencer par telle route ou telle autre, libre à vous de fuir ou d'affronter les ennemis, libre à vous de tuer ce marchand pour obtenir gratuitement la clé qu'il veut vous vendre pour 1000 âmes, libre à vous de devenir magicien, chevalier, pyromancien... Mais surtout libre à vous de mourir encore et encore !

Au début du jeu, la création du personnage vous demande de choisir une classe. Seulement une fois en jeu, vous êtes libre de dépenser vos points de niveau dans n'importe quelle caractéristique. Vous commencez avec un sorcier, mais vous vous découvrez une passion pour le corps à corps ? Dépensez des points en force, dextérité et vitalité, et hop, vous avez un chevalier-mage. Rien n'est cloisonné de base ou presque. De même, si vous aimez telle ou telle armure, rien ne vous empêche de porter une robe de mage avec un heaume et des jambières plus lourdes. Seules vos caractéristiques vous retiendront, tant que vous n'aurez pas assez d'âmes pour les améliorer ceci dit.

Les âmes sont à la fois monnaie et expérience dans ce jeu. Pour en gagner vous pouvez en trouver dans l'environement, mais surtout vous allez devoir vous battre. Les combats sont tous source de tension tant l'erreur est punitive. Un ennemi de base peut vous abattre même à haut niveau si vous n'êtes pas prudent. Pour triompher il faut garder certaines choses en tête : optimiser les attaques, parades ou esquive afin de ne pas épuiser son endurance, et frapper les points faibles de vos adversaires. Le point faible, c'est le dos. Chaque coup porté dans le dos fera office de coup critique et permettra souvent de One-shot votre adversaire, dans une animation souvent jouissive. Autre possibilité réservée aux très bons joueurs, tenter une parade. Possible avec les boucliers légers ou moyens, il s'agit d'écarter l'arme de votre adversaire pour vous permettre ensuite de porter un coup critique aux dégâts encore majorés par rapport à l'attaque dans le dos. Plus dur, mais plus efficace !

Autre élément central du gameplay: les feux. Ce sont des endroits de paix et de repos où vous pouvez vous soigner, augmenter votre niveau, regagner votre forme humaine, changer vos sorts et recharger leur nombre d'utilisations (oui, car pas de MP ici), réparer vos armes et armures, ou les améliorer si vous avez les trousses de forgerons et les fragments de titanites adéquats... Bref, c'est la vie qui revient, d'autant que les feux rechargent aussi les fioles d'Estus qui sont votre moyen le plus simple de vous soigner, hors objets consommables plus rares que certaines armes. Mais vous reposer devant un feu fera revenir à la vie tous les adversaires abattus. Ceci permettant de trouver quelques beaux points de farm, mais dans des zones assez ardues (les archives du duc, ou Blight town au hasard !) vous fera refléchir à deux fois avant de vous reposer. Enfin il est possible grâce à votre humanité d'embraser les feux. Cela a pour effet de vous rendre plus de fioles d'Estus à chaque fois que vous vous reposez. Indispensable. Les fioles d'Estus peuvent elles aussi être renforcées par le biais d'un objet afin d'augmenter le nombre de PV qu'elles restorent. Voilà, vous pourrez survivre un peu plus longtemps.

Les armes et armures sont nombreuses et permettent réellement d'adapter son style de jeu. Vous voulez être un bourrin ? Armures lourdes avec une stabilité impressionante, armes à deux mains et vous êtes partis. Vous serez un rouleau compresseur qu'on ne pourra que difficilement interrompre. Au contraire, vous voulez jouer léger avec un arc ? C'est possible aussi. Vous avez quelques 19 classes d'armes différentes (certaines très proches il faut l'admettre) sans compter les catalyseurs magiques, pour semer la désolation dans les lignes ennemies. Chacune a ses attaques propres, à vous de trouver ce qui vous convient le mieux. Les caractéristiques de force et de dextérité seront indispenables pour les manier, parfois même on vous demandera d'avoir suffisamment de foi ou d'intelligence pour manier certaines armes spéciales, faute de quoi vos attaques ne provoqueront aucun dommage. Les armures, elles, sont réparties en trois catégories : légères (peu de résistances physiques et de stabilité, mais parfois surprenantes de résistances élémentaires ou aux altérations), moyennes, et lourdes qui peuvent parfois même vous empêcher de faire une roulade correcte. Mixez tout ça et voilà votre style personnel de jeu. A noter qu'il faudra prendre en compte le poids de ces équipements, sous peine de ne pas pouvoir avancer à plus de deux pas à la minute (exagération, je vous rassure).

L'humanité est également un élément central. Votre avatar est un mort-vivant, comme dit plus haut. Mais il peut soit avoir l'apparence d'un mort-vivant, soit celle d'un humain tout à fait normal. Ceci est dû à l'humanité. Un chiffre près de votre barre de vie indique les humanités "stockées" (soft humanity en anglais). Ce sont celles que vous pouvez dépenser pour retrouver votre forme humaine, embraser les feux, et augmenter les dégâts de certaines armes/magies liées au chaos. Vous pouvez également avoir de l'humanité dans l'inventaire (held humanity). Ce sont des objets précieux qui permettent de regagner une humanité stockée et la totalité de vos points de vie. Pourquoi est-ce un élément central ? Car la forme humaine est la clé du jeu en ligne. Si vous êtes une carcasse, vous êtes seul. Une fois humain, c'est plus discutable...

Le sentiment qui domine à Lordran est la solitude. Il n'y a que peu de musiques dans Dark Souls, et les bruitages sont seulement ceux de vos pas, des ennemis qui râlent et ainsi de suite. Seulement, vous n'êtes pas seul. Chaque jeu est connecté aux autres par le biais du online. Explication: en démarrant le jeu, il vous sera demandé de lancer une connexion au PSN ou au XBOX Live. Ceci permettra à plusieurs choses de se passer. Au rang des choses positives, des messages des autres joueurs apparaîtront au sol. Parfois utiles, parfois tentant de précipiter votre trépas, il faudra faire le tri. Vous verrez aussi des fantômes. Il s'agit d'autres joueurs qui sont au même endroit que vous dans leur jeu. Parfois une tâche de sang sera au sol. S'en approcher vous permettra de voir de quelle façon un joueur est mort, ce qui peut vous sauver la mise (ou vous permettre de vous moquer intérieurement). Enfin il arrive de trouver des inscriptions en blanc ou en jaune. Ce sont des marques d'invocation qui permettent d'appeler à l'aide un autre joueur pour qu'il vous aide à terrasser le boss de la zone.
Les mauvais cotés sont que vous êtes susceptible d'être envahi par d'autres joueurs qui vont vous chasser pour vous supprimer car cela leur rapporte des récompenses. Vous pouvez vous aussi envahir le jeu d'un autre pour tenter de le tuer et gagner de l'humanité. Le jeu calcule un différentiel de 10% maximum entre votre niveau et le niveau de l'envahisseur/victime de l'invasion afin de garantir un semblant de faisabilité. En pratique, si c'est la première fois que vous vous faites envahir vous n'avez que peu de chances de l'emporter, par manque d'expérience du PVP qui est complexe. Le online est aussi l'élément qui donne aux serments tout leur sens. Au nombre de 9, chaque serment vous permet de jouer avec et contre d'autres joueurs pour gagner des récompenses : sorts, armes/armures/anneaux, et même un passage secret dans le jeu.

L'édition Prepare to Die comporte en son sein le DLC Artorias Of The Abyss, qui se penche sur l'histoire de ce chevalier mythique. Très bien implémenté dans le jeu, la zone de DLC est optionnelle mais comporte des armes, amures, boss et objets uniques qui atiseront l'âme de collectionneur qui est en vous. Ou la curiosité de découvrir une nouvelle zone de jeu. Et de nouvelles façons de mourir.

Je terminerai ce test en vous rassurant un minimum : la mort n'est pas si punitive que cela. Vous perdrez votre humanité stockée, votre forme humaine et vos âmes, mais aucun objet de l'inventaire. Aussi, vous pouvez retourner là ou vous êtes mort pour tenter de récupérer vos âmes. Mais si vous décédez en y retournant, dommage, la tache de sang disparaît pour faire place à une nouvelle. Donc il reste possible de ne pas tout perdre à chaque fois, mais c'est parfois rageant de perdre 15000 âmes d'un coup et sous le coup de la pression de les retrouver, de mourir bêtement sous un piège qu'on connaît pourtant. Cependant c'est l'essence de ce jeu, et c'est plutot agréable car, finalement, on ne meurt que parce qu'on n'a pas été prudent, pas parce que le jeu est cheaté. Et ça c'est la marque d'un bon jeu !


Galerie photos
Les + / Les -
  • Une difficulté bienvenue
  • Une large palette de possibilités pour vos avatars
  • L'ambiance sombre et solitaire à souhait
  • L'exploration est récompensée, mais parfois par la mort
  • L'histoire un peu trop camouflée
  • La difficulté peut rebuter
  • Le Player Versus Player demande beaucoup d'investissement
Evaluation
Graphismes
Sombres, sales, et oppressants, les environnements sont incroyablement détaillés et on dénombre peu de bugs d'affichage. Il y a quelques baisses de framerate, mais cela reste très rare.
Musique
Comme dit dans le test, il n'y a que peu de musiques, pratiquement uniquement lors des combats de boss. Mais quelles musiques ! Épiques à souhait ! Les bruitages sont aussi très porteurs de l'ambiance du jeu !
Jouabilité
Je n'ai rien à reprocher à Dark Souls à ce niveau. Si ce n'est le saut qui est très compliqué à réaliser. Pour le reste, les commandes sont simples et une fois apprises, c'est simple et fluide.
Durée de vie
Le jeu est long, et dur (nuudisme inside). Une fois terminé, vous pouvez recommencer en new game +, ce qui vous permet de garder vos équipements et objets, et augmente la difficulté, ainsi que le nombre d'âmes relâchées par les ennemis et ce jusqu'au new game +7 !
Scénario
Je mets juste la moyenne car sans s'investir beaucoup dans le jeu, on ne comprend que très peu le scénario. C'est dommage car il est passionnant, et le background du jeu très dense. C'est aussi un point fort à mon sens car on ne vous prend pas par la main pour tout vous dire.
En résumé
On frôle la perfection dans Dark Souls. C'est dur, mais plaisant. C'est sombre, mais beau. C'est silencieux, mais on est tellement concentré que c'est finalement plus intense comme cela. Essayez le jeu au moins une fois. Vous ne prendrez pas de plaisir tout de suite, mais quand vous trouvez la solution à votre problème ou surmontez un obstacle, c'est un grand sentiment de satisfaction qui vous envahit. On en ressort grandi, et plus skillé que jamais. Après Dark Souls, nous ne verrez plus jamais un jeu difficile, mais que des jeux pas si durs !
19 /20 0
Date de sortie française: 
07/10/2011
Sortie japonaise: 
22/09/2011
Sortie américaine: 
04/10/2011
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 
Date de sortie française: 
07/10/2011
Sortie japonaise: 
22/09/2011
Sortie américaine: 
04/10/2011
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 
Date de sortie française: 
22/08/2012
Sortie japonaise: 
22/08/2012
Sortie américaine: 
22/08/2012
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 

Commentaires

Portrait de Tranxen

Bon test,

A titre personnel, je trouve ta note sur les graphismes un peu trop haute. Clairement et d'un point de vue purement technique attention, le jeu est à la rammasse, les bugs de collision sont un peu la marque de fabrique des souls. La version PC modée rattrape un peu le jeu mais force est de constater que l'ensemble paraît un peu viellot tout de même, avec certaines textures un peu dégueulasse ici et là... En revanche, comme tu le soulignes, il s'agit certainement d'un parti pris, car la patte de ce jeu est dans l'ambiance, le ressenti, le glauque et l'obscur dans lequel il arrive très bien à immerger le joueur, et c'est bien pour cela qu'on lui pardonne tout le reste de ce côté là. Est ce que cela serait pareil si le moteur était une tuerie ? je ne sais pas. Mais bon, comme tout bon jeu, les graphismes, hein... on s'en balance quand le gameplay est là

Complètement d'accord avec ta note sur le scénario par contre, qui comme dans chaque soul est toujours très elliptique, suggéré voire caché comme tu dis. On brode souvent, on associe des bouts d'éléments pour arriver à un tout scénaristique cohérent, mais certains éléments sont parfois diffciles à trouver. C'est assez décousu, il faut s'acharner  et explorer vraiment tout pour piger l'ensemble.

Pour le multi, au début j'étais comme toi Myst, je préférai y jouer en solo, car les envahisseurs étaient un peu chiants, surtout quand on ne connait pas le jeu, ni le gameplay. Mais après avoir fait les 3, et pour avoir la version PC, et disposer d'une connexion Mumble, j'ai éprouvé un véritable plaisir de découvrir le jeu en multi avec des potes (car ceux ci peuvent t'aider à progrésser dans le jeu ou à te défendre contre des envahisseurs). En outre, certains objets te permettent de renvoyer les intrus ou de limiter les invasions intempestives dans cet opus, ce qui est bienvenue.

Pour le PVP, comme toujours il y a souvent un souci d'équilibrage. La classe tenêbre est juste infâme, niark niark...

Portrait de Brunhild

Moi je trouve que la note du scénario est bien choisie justement, car s'il s'était mis complètement dans la peau d'un joueur lambda (ce qu'il faut de toute manière faire un minimum), il aurait sûrement mis moins de 10 vu ce qu'il en est dit dans le test.

En tout cas Captain, tes talents de testeur sont confirmés, tu explique bien, et te lire donne envie de se mettre aux jeux dont tu parles!

Portrait de Myst

Perso j'ai jamais joué en ligne à Dark Souls et je trouve ça encore plus plaisant. En ayant vu des vidéos multi, je conseille de jouer seul. N'hésitez pas à faire autre chose que le pyro, avec qui le jeu devient un peu trop facile ( la majorité des monstres sont sensibles au feu). Sinon bon test qui reflète bien ce jeu que j'affectionne.

Le seul petit hic, la note du scénar n'est pas en accord avec la description. Je pense qu'il faut avoir une note reflètant l'histoire en elle même, voir le ressenti de l'auteur (qui reconnait qu'elle est bien développée), et non une note concernant les joueurs lambda. Rien de grave donc ;).