Brume

Bioshock Infinite : ELIZABETH !

Genre: 
Année de sortie: 
2013
Éditeur / Développeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 25 Juillet 2020 à 07h11
1
50

Retour sur une franchise bien connue des amateurs de FPS : Bioshock. Avec pas mal de retard, je découvre enfin le troisième volet de cette saga, qui est disponible sur PC (version testée, équipé du Steam Controller), PS3, Xbox 360, PS4, Xbox One et Nintendo Switch afin de toucher un très large public. Comme ses prédécesseurs, il mélange à la fois un côté FPS avec des éléments d'aventure et des pouvoirs surnaturels.

Exit Rapture, la cité sous-marine (du moins pour l'aventure principale) et bienvenue à Columbia, la cité aérienne ! Vous contrôlez Booker Dewitt, envoyé en mission afin de récupérer Elizabeth, retenue prisonnière dans une tour. Bien que les créateurs du jeu aient encore une fois opté pour une diffusion d'informations sous la forme d'enregistrements audio, l'intrigue se suit agréablement rien qu'en étant spectateur des cinématiques qui ponctuent l'aventure. Quelques questions trotteront parfois dans votre tête, mais rien ne vous empêche de lire une transcription ou écouter a posteriori des enregistrements déjà débloqués. Si vous ne les avez pas pris... ce n'est pas si grave au final. Le scénario prend beaucoup de temps à se mettre en place et garde la majorité de ses élements de surprise sous le coude sur le tard, mais cela n'empêche pas le jeu d'être prenant assez rapidement.

Après une courte introduction, Booker en vient rapidement aux armes et débloque son premier pouvoir. Chaque pouvoir dispose d'au moins deux modes : un appui simple sur le bouton supérieur gauche déclenchera le pouvoir standard (boule de feu, boule électrique, possession...) tandis qu'une pression longue sur le même bouton actionnera la plupart du temps le mode piège, qui affecte les ennemis qui passent à proximité de la cible. On trouve en tout une douzaine de pouvoirs variés, que l'on peut combiner pour plus d'efficacité, dans la limite de votre jauge de cristaux.

L'exploration est fortement conseillée dans le jeu, ce qui vous permettra de récupérer assez de munitions, cristaux et améliorations en plus des enregistrements audio et diaporamas pour le lore. Le système de santé allie old school et moderne avec la présence d'une jauge de santé classique (rechargeable avec des kits de soin ou autres) agrémentée d'un bouclier qui se régénère lorsqu'on ne prend pas de dégâts. Comme à mon habitude, je n'ai pas testé le jeu au clavier, mais avec mon fidèle Steam Controller qui me sert sur tous les FPS/TPS PC, et il continue de prouver son efficacité sans avoir à triffouiller trop de réglages. Prendre le modèle Xbox comme point de départ, puis ajouter le gyroscope et une accélération sur le touchpad droit (pour la visée), ainsi que l'affectation du pad arrière gauche au sprint, le droit au bouton X, et c'est parfait. Le level design du jeu mêle à la fois les déplacements horizontaux et verticaux, ce qui donne une mobilité assez grisante malgré une certaine répétitivité dans les situations.

Un point assez surprenant pour un jeu de 2013 dans lequel je me lance en 2020 : le jeu a très bien vieilli graphiquement. Merci la direction artistique de l'époque qui lui permet de rester très agréable à l'oeil 7 ans après. Le côté cartoon est réussi malgré le look un peu grotesque de certains modèles. Attention toutefois à ne pas être allergique au bloom, car le jeu en use et abuse. Les pouvoirs de Booker sont associés à des effets graphiques tout aussi réussis. Je mentionne aussi la partie audio, avec un doublage français d'excellente facture, du son surround bien travaillé et des musiques qui ne m'ont pas spécialement marqué mais accompagnent l'action et l'aventure de manière juste. Pour les fans des musiques du début/milieu du XXème siècle, on tombe carrément dans ce style, à la manière des autres épisodes de la franchise. Globalement, Bioshock Infinite est une réussite, même si j'aurais apprécié des boss un peu plus mémorables, une tare fréquente des FPS modernes.

 

 

Les + / Les -
  • La direction artistique permet au jeu de vieillir convenablement
  • Elizabeth !
  • Les pouvoirs, toujours agréables à utiliser
  • Le scénario et ses rebondissements
  • Le level design et les possibilités aériennes
  • Boss peu nombreux et oubliables
  • Un peu répétitif
  • Le rythme du scénario inégal
En résumé

Bioshock Infinite est une valeur sûre de ses dernières années. En attendant de découvrir le prochain volet dont on ne sait pas grand chose, si le genre vous attire, je vous le recommande sans souci.

4 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
(If you're a human, don't change the following field)

Commentaires

Portrait de Aru

Je ferai un test séparé des 2 DLC Tombeau sous-marin qui m'ont été fortement recommandés, une fois que je les aurai fait.