Brume

Test de Dungeon Keeper 2

Par - publié le 13 Mars 2007 à 14h24
0
231

Malveillance, méchanceté, trépas... Comment concevoir le plaisir autrement ? Encore une fois, ce jeu n'est pas sorti au Japon... Ce test sera en grande partie une comparaison avec le premier épisode.

Histoire

Les humains sont toujours là et arrivent à vivre en paix, malgré le carnage qui a été fait peu de temps auparavant... Mais cette fois, vous visez gros : vous allez prendre toutes les gemmes pour pouvoir, un jour, étendre votre royaume hors des souterrains...

Organise le donjon

Comme dans le premier épisode, il faut construire un beau donjon, pour attirer de bonnes créatures, et pouvoir les nourrir, les loger et les payer... On peut creuser plus facilement en maintenant le clic pour faire de belles salles carrées et non plus rectangulaires... Les fotifications ont changé aussi : elles ne sont plus impénétrables, mais permettent à certaines salles de fonctionner plus efficacement. Le système de recherche n'a pas changé, mais le système d'entraînement si : une créature ne peut rester dans la salle d'entraînement que jusqu'au niveau 4. Après, il faut faire des combats réels pour attteindre le niveau 10.

Une salle a été enlevée (salle d'enrôlement) et deux ajoutées (arêne, casino). De plus, le simple pont ne peut plus supporter la lave : il faut construire des ponts de pierre.

Les créatures sont là !

Première grande déception : les créatures. Certes, elles sont en 3D et très bien animées, mais elles ont beaucoup moins de capacités et sont plus lentes, ce qui rend la possession moins drôle. Adieu le dragon, le cerbère, etc. ! Les chouchous sont restés et ont été relookés, d'autres ont été remplacés par des homologues... De plus, les créatures ne peuvent plus faire n'importe quelle activité : une mouche ne peut plus faire de recherches à la bibliotèque par exemple. Mais au moins, on peut mieux voir ce que font les créatures. Quant au système pour les acquérir, rien n'a changé à certains détails près : le portail attire 15 + 5 créatures pour chaques autres portails, au lieu d'un nombre fixe défini selon le donjon.

Un bon gardien est un bon magicien

Côté magie, il y a ausi de grosses modifications : les sorts sont moins nombreux et moins efficaces, mais ont désormais une version normale et une version améliorée. De plus, le système du mana a été ajouté : il est produit par le donjon, mais utilisé par les lutins, les pièges et l'utilisation des sorts. Personnellement, l'affaiblissement marquant des sorts a choqué un fanatique de magie comme moi.

Un bon gardien est un bon mécanicien

L'atelier aussi a changé : on doit maintenant faire une commande (en payant) pour poser des pièges et des portes, au lieu de poser gratuitement des objets préparés par les travailleurs. Il y a maintenant plein de pièges, mais qui ont tous de gros défauts :
- ils sont faibles et peu solides 
- ils consomment du mana.

La campagne

La campagne fut à la fois une joie et une déception pour moi. Côté joie : 
- des petites cinématiques à débloquer après chaque mission 
- on a parfois le choix

Enfin, côté déception :
- l'humour de la voix off du premier épisode manque 
- le fait que la carte soit une sorte de regroupement de plaques gêne pour voir où est la mission cachée que l'on a débloqué.

En général, dans les niveaux normaux, il faut trouver le seigneur et le tuer (en faisant attention aux gêneurs). Les missions bonus sont plutôt des mini-jeux.

Mon ptit donjon (my pet dungeon)

Voici le gros point positif du jeu : le mode "my pet dungeon". Il faut faire un très beau donjon, en faisant attention aux problèmes que peut poser la carte. Il y a généralement plein d'or, et plusieurs portails, ce qui permet de bien se développer. Cerise sur le gâteau : on envoie n'importe quel héros de n'importe quel niveau se faire éttriper par les créatures du donjon... mais il faut s'arranger pour que ce ne soit pas l'inverse, sinon c'est perdu.

Une bon gardien est un bon patcheur

Autre gros point positif : les patchs sont loin d'être décoratifs. Entre la première version et la version finale (1.70), il y a, entre autres, des corrections de bugs, des ajouts de cartes, un ajout de créatures et des versions améliorées des créatures... Pour une fois qu'un jeu a des patchs vraiment utiles !

Si votre âme est assez noire, vous pourriez devenir un très bon gardien !


Galerie photos
Les + / Les -
  • Le mode "mon p'tit donjon"
  • Les créatures ont été mises en 3D
  • Le mode escarmouche
  • Les patchs
  • Moins de créatures que dans le premier épisode, et elles ont peu de capacités
  • La salle d'enrôlement a disparu
  • La campagne est répétitive
Evaluation
Graphismes
Même si la 3D des créatures n'est pas de l'art, elles sont au moins bien modélisées. De plus, les effets lumineux sont meilleurs.
Musique
Ça n'a pas changé, elles sont toujours aussi discrètes... Allez "5" parce que l'on peut un peu les entendre.
Durée de vie
Il y a le mode escarmouche, même si l'ordi est nul... Heureusement que le mode "Mon p'tit donjon" est là pour donner envie aux joueurs de faire le plus beau donjon du monde.
Scénario
Comme le premier opus : on a des méchants, on doit tuer les gentils... Mais le fait de devoir trouver le seigneur protégé par des gardes du corps assez passifs et des pièges devient lassant.
En résumé
Même si, ayant joué au premier volet, je trouve ce deuxième et dernier épisode moins bon, ça ne l'empêche pas d'être un bon jeu dans lequel la torture est toujours un très bon choix.
17 /20 0
On peut parfois évoquer un léger manque de maniabilité en mode possession, mais rien de plus.
Date de sortie française: 
01/07/1999
Sortie américaine: 
18/06/1999
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: 
Portrait de Lionheart
A propos de Lionheart

Joueur ayant commencé à joué aux jeux vidéos avant même de savoir correctement parler, streamer occasionnel, fan de recherche de solutions optimisées, mais avant tout, mangeur de cookies.

Ajouter un commentaire