Test de Front Mission 3

Genres: 
Par - publié le 13 Janvier 2009 à 16h19
0
214

Front Mission 3 est, comme son nom ne l'indique pas, le cinquième épisode de la saga, mais aussi le seul et unique à être sorti en Europe à ce jour.

L'action se déroule en 2112. Kazuki Takemura, un pilote d'essai, est témoin d'une explosion accidentelle lors d'une livraison de routine dans une base de l'armée japonaise. Inquiet pour sa soeur qui travaille sur les lieux, il décide de forcer la sécurité du complexe militaire pour mener sa propre enquête, et se retrouve malgré lui au coeur d'un conflit international, dont l'enjeu est la possession de MIDAS, un nouveau type de bombe nucléaire...

Parties d'échecs pour adeptes de la gâchette

Comme la plupart des Front Mission, cet opus est un jeu de rôle tactique (abrégé: tactical ou T-RPG, pour les intimes), genre qui ne rassemble que très peu d'adeptes dans nos contrées. Et, comme dans tout tactical qui se respecte, chaque combat se déroule sur un terrain découpé en cases, à la manière d'un échiquier. Le joueur y fait évoluer son équipe de Wanzers (des mechas géants, sortes de chars bipèdes) afin d'éliminer les forces adverses présentes, souvent constituées d'autres Wanzers ou d'équipements militaires divers. Ces affrontements sont régis par un système de tour par tour. Le joueur fait agir tous ses Wanzers lors d'une première phase, puis les ennemis ripostent pendant la phase suivante, et ainsi de suite.

En échange de points d'action, chaque combattant sur le terrain a droit à deux mouvements lors de son tour : un déplacement, limité à un certain nombre de cases, puis une action offensive ou défensive, comme le lancement d'une attaque ou l'utilisation d'un objet. Un combattant peut également agir pendant la phase adverse, puisqu'il a la possibilité de contre-attaquer lorsqu'il subit un assaut, à condition que son arme le permette et qu'il possède suffisamment de points d'actions. L'aspect stratégique est donc assez important, le joueur devant gérer les points d'action de ses Wanzers entre les phases d'attaque et de contre-attaque, sans parler du choix des déplacements ou encore des armes à utiliser. Une part de hasard influence cependant la tournure des duels, par exemple grâce aux compétences spéciales (appelées battle skills) qui ne peuvent pas être utilisées à volonté, mais qui se déclenchent aléatoirement et selon certaines conditions.

En dehors des combats et des cut-scenes qui vont avec, le jeu est assez linéaire et consiste en de longues séquences de dialogues, mais non moins intéressantes. Ces phases narratives sont aussi l'occasion d'aller sur Internet et de s'occuper de la maintenance des Wanzers. En effet, le joueur doit constamment fortifier son équipe en changeant ou en améliorant les pièces de ses robots. Ces pièces peuvent être achetées ou, mieux encore, être récupérées sur les Wanzers vaincus.

Wanzers en kit

Un Wanzer possède quatre parties, chacune ayant ses propres attributs et points de vie : le torse, les jambes, et les deux bras. Deux autres parties d'ordre secondaire viennent compléter le tout : un ordinateur de bord, utile pour gérer les battle skills et modifier leur taux de déclenchement, et une réserve permettant de stocker des objets ou de l'énergie. Le joueur peut donc intervertir à volonté les différentes pièces de ses Wanzers et créer une infinité de robots inédits. Sachant qu'un assemblage cohérent est indispensable pour rendre un Wanzer réellement efficace. Par exemple, chaque modèle de bras est spécialisé dans un type d'armement : armes de mêlée, de moyenne ou de longue portée. Le jeu ne propose qu'une dizaine de catégories d'armes, mais elles ont des propriétés bien distinctes (portée de tir, type de dégâts, répartition des dégâts...), si bien qu'au final, elles suffisent à accentuer davantage les côtés créatifs et tactiques du soft.

La présence d'un Internet fictif est également une agréable surprise. Surfer sur le web permet d'acheter des pièces d'équipement, et donc de faciliter la maintenance des Wanzers. Mais l'utilité principale d'Internet est de consulter les mails que reçoivent régulièrement les différents membres de l'équipe, et de parcourir les nombreux sites disponibles progressivement. Tout cela dans le but d'obtenir des informations diverses et d'explorer l'univers du jeu dans ses moindres détails. Et sur ce point, il y a de quoi faire. Cela dit, fouiller les entrailles du réseau n'est pas indispensable pour compléter le jeu. Ainsi, le joueur peut faire le choix de ne pas se préoccuper d'Internet, sans pour autant être inquiété à un moment donné.

Coups d'Etat, bombes nucléaires et jolies filles

Le jeu offre un autre point fort, original et quelque peu inattendu : un double scénario. Selon sa réponse à une question posée au début de l'aventure, le joueur est irrémédiablement orienté vers l'une ou l'autre des deux trames. Ces dernières, même si elles suivent le même fil conducteur, sont totalement distinctes et mettent en scène des événements différents. De plus, la plupart des personnages que le joueur affronte dans un scénario deviennent des alliés dans l'autre, et vice-versa. Un concept intéressant qui permet de découvrir les protagonistes et leurs motivations sous deux points de vue, en plus d'apporter une réflexion sur quelques notions d'éthique. Bref, il est nécessaire de faire le jeu deux fois pour débusquer bon nombre d'anecdotes et d'éléments profonds de l'histoire, mais surtout pour vivre deux aventures palpitantes.

Et comme un bon scénario ne vaut rien sans un environnement soigné, l'univers de Front Mission possède sa chronologie détaillée, ses faits historiques et ses nombreuses forces d'influence et autres factions. Le tout constitue un monde complet et cohérent, en parfaite adéquation avec le ton sérieux et rationnel du jeu. Les personnages, très nombreux et pourtant tous bien amenés dans l'histoire, suivent aussi cette optique. Crédibles et attachants, ils dévoilent leurs émotions sans en faire trop, à l'instar du scénario qui aborde des sujets tragiques sans tomber dans le sentimentalisme de bas étage. L'allure des protagonistes, toujours réaliste, est plutôt classe et séduisante.

L'ambiance du jeu est constamment plaisante, de la sérénité des bars au stress des champs de batailles. La bande-son, tout à fait appropriée, amène des atmosphères calmes ou inquiétantes selon le ton des conversations. Seuls les différents thèmes de combat, même s'ils sont appréciables lorsqu'ils viennent accentuer l'action d'une cut-scene, peuvent finir par lasser le joueur. Les bruitages sont quant à eux plutôt réussis, rendant les combats plus poignants ; sachant que les duels sont déjà très dynamiques, grâce à une mise en scène soignée, à base de gros plans et de cadrages originaux. D'ailleurs, le moteur du jeu utilisé lors des combats et des cut-scenes est, malgré quelques imperfections visuelles (déformations, aliasing...), relativement soigné compte tenu de son époque et de certaines contraintes techniques. Les décors sont détaillés et enfin, les effets spéciaux tels que les coups de feu ou les dégâts que subissent les Wanzers sont bien rendus.


Galerie photos
Les + / Les -
  • La réalisation impeccable
  • L'univers complexe et rationnel
  • Le principe du double scénario
  • Les personnages
  • L'anglais doit être maîtrisé
  • Le genre ne plaît pas à tous
Evaluation
Graphismes
Le jeu a pris un petit coup de vieux qui peut rebuter les jeunes joueurs, mais l'ensemble reste de bonne facture. Le chara-design de Yamada est tout à fait charmant. Les cinématiques sont quant à elles très réussies.
Musique
Sans être des chefs-d'oeuvre de composition, les morceaux collent parfaitement à l'ambiance du jeu et contribuent à l'intensité de certaines scènes.
Jouabilité
Le système de jeu peut paraître vaste et compliqué pour les néophytes du genre, mais les joueurs avertis trouveront vite leurs repères. Les commandes en combat sont simples et intuitives.
Durée de vie
Chacun des deux scénarios se termine en plus d'une cinquantaine d'heures. L'envie de refaire le jeu plusieurs fois ne manquera pas aux joueurs acharnés.
Scénario
Une histoire aussi passionnante qu'intelligente, sur fond d'intrigue géopolitique, et servie par une multitude de personnages crédibles. Le principe des deux scénarios, original, propose son lot de subtilités.
En résumé
Front Mission 3, avec toutes ses qualités, est sans aucun doute l'un des meilleurs jeux de la Playstation. Il constitue une expérience unique et riche en émotions.
19 /20 0
Date de sortie française: 
05/07/2000
Sortie japonaise: 
02/09/1999
Sortie américaine: 
29/02/2000
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: