Brume

Test de Corpse Party: Book of Shadows

Année de sortie: 
2011
Éditeur / Développeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 04 Septembre 2017 à 13h50
0
39

Après un premier épisode mélangeant un aspect RPG SNES à une aventure de type Visual Novel, Corpse Party revient pour un second épisode qui part cette fois pour une direction 100% Visual Novel. Le test ne comprendra pas d'éléments choquants mais sachez que je déconseille absolument ce jeu et les autres épisodes de la série aux âmes sensibles tant les scènes gores et dégoutantes pullulent.

Le retour du système de chapitres, mais sous plusieurs formes

Comme son prédécesseur, Book of Shadows propose un scénario sous forme de chapitres, avec chacun ses personnages ("jouables" ou non). Contrairement à lui, les chapitres ne s'enchainent pas dans un ordre logique. En effet, le jeu propose trois types de chapitres: 

  • les histoires alternatives, qui reprennent un segment du premier volet et qui, comme leur nom l'indique, en propose un découlement et/ou une fin différente. Il permet également de développer plus certains personnages.
  • les préquelles, qui viennent enrichir l'intrigue générale (et sont à mon sens les meilleurs chapitres du jeu)
  • le seul et unique chapitre qui fait office de suite.

Difficile d'évoquer quoi que ce soit au niveau du scénario sans spoiler. Il faut cependant indiquer que quelque soit le chapitre, le jeu se base énormément sur le fait que vous ayez joué au premier volet. Si ce n'est pas le cas et/ou que vous n'avez pas aimé, passez votre chemin. Pour résumer rapidement l'intrigue du premier volet, neuf lycéens réalisent une sorte de jeu ayant pour but de préserver leur amitié éternellement mais celui-ci tourne mal et les élèves se retrouvent piégés dans l'école d'Heavenly Host où les âmes maléfiques règnent.

Alors que le premier volet permettait de diriger directement les personnages et de parcourir l'école d'Heavenly Host, on se trouve ici dans un Visual Novel ponctué de séquences type point&click. Le jeu se déroule en vue de face et un curseur vous permet d'analyser des objets à l'écran. Ce curseur passe d'ailleurs du rouge au bleu lorsque l'on peut analyser quelque chose. Attention toutefois à ce que vous consultez : une jauge de "Darkening", consultable depuis le menu de pause, indique la sanité mentale de votre personnage et atteindre les 100% sera synonyme de Game Over. Heureusement, le jeu permet de sauvegarder à n'importe quel moment. L'autre aspect du gameplay consiste à faire des choix comme choisir où se cacher dans une situation à risque (mauvais choix = Game Over).

Entre perte de temps et ajout intéressant

Mon ressenti est très mitigé concernant cette suite. Si l'un des défauts majeurs du premier volet, à savoir de devoir appuyer sur le bouton d'action sur chaque centimètre carré pour vérifier s'il n'y a pas un événement à déclencher, est partiellement résolu, l'autre gros défaut ne l'est pas : il faut sans cesse arpenter les couloirs très similaires (les décors se répètent beaucoup, notamment dans les chapitres se déroulant à Heavenly Host) pour passer de salle en salle et espérer trouver la bonne pour faire progresser l'histoire. Cela empire avec les chapitres et honnêtement cela ne fait que rallonger l'aventure inutilement. Le scénario des différents chapitres étant déjà très lent au niveau du rythme, j'ai été agacé par cela et j'ai opté pour un guide pour pouvoir finir l'aventure plus rapidement.


Chaque chapitre propose une vraie fin et un certain nombre de mauvaises fins (entre 1 et 8). Ces dernières sont intéressantes à découvrir mais je m'en suis lassé, pressé de découvrir le dénouement car même si je suis très patient, ma patience a des limites. Il m'aura fallu un peu plus de 17h pour en voir le bout, avec pas mal de mauvaises fins débloquées. Si la plupart des fins se débloquent en faisant le mauvais choix lors d'un événement (il suffit donc de sauvegarder avant), d'autres sont plus délicates à trouver sans soluce et nécessiteront dans tous les cas de recommencer depuis un point précis (ou du début). Une fonction de saut de texte aide pas mal dans ce cas-là.

Les chapitres d'histoire alternative furent pour moi une perte de temps phénoménale, car ils n'apportent rien du tout au scénario. Ce sont vraiment des séquences de type "Et si...", qui offrent du contenu mais ceux qui préfèrent les histoires qui s'étoffent risquent d'être agacés par cette approche. Heureusement, les chapitres de préquelle sont intéressant et bien construits, ce qui sauve un peu la mise. Comme je l'ai signalé en introduction, le jeu est truffé de scènes dégoûtantes/dérangeantes, présentées de manière textuelle ou graphique, d'ailleurs. Les personnes sensibles sont vivement conseillées de fuir ce jeu ! Je resterai vague, mais on a des scènes de torture, des membres qui se "perdent", des images très suggestives de personnes souffrantes...

Graphiquement, le jeu ne propose aucune animation, tout est entièrement statique. Cela dit, les dessins sont très bien réalisés, il n'y a pas de souci là-dessus. Beaucoup de personnages sont un peu génériques dans leur design, mais après tout c'est un jeu qui se passe dans un lycée et fait par une petite équipe. Le gros point fort du jeu est assurément l'ambiance sonore : les doubleurs offrent d'excellentes performances, très crédibles et dans le ton de chaque situation. Les bruitages et les musiques ne sont pas en reste. C'est impeccable là-dessus.

Un dernier point, pour insister sur le fait que ce jeu n'est fait que pour les fans du premier : le dernier chapitre du jeu ne se débloque qu'à l'un des deux conditions suivantes :

  • vous chargez une sauvegarde du premier volet au lancement de votre première partie
  • vous obtenez l'ensemble des fins bonnes et mauvaises sur les autres sept chapitres
Les + / Les -
  • Ambiance sonore superbement réalisée
  • Durée de vie élévée...
  • Moins frustrant que le premier volet
  • Aucune animation
  • ... de manière artificielle via des dialogues longuets et des phases de recherche pénibles
  • Rien n'indique la présence ni les conditions de débloquage du chapitre final
  • Pas pour les âmes sensibles
  • Très bon niveau d'anglais requis
Evaluation
3 Graphismes
4 Bande son
2 Jouabilité
3 Durée de vie
3 Scénario
En résumé

Mon avis est mitigé concernant ce titre. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un jeu mauvais ni médiocre, le temps consacré aux chapitres alternatifs est pour moi trop élevé, ce qui représente une perte de temps d'environ 8-10h sur la vingtaine proposée. Les autres chapitres sont assez intéressants, notamment le dernier. Le jeu se termine sur un cliffhanger orientant vers le dernier titre de la trilogie.
Mais pour moi, l'aventure s'arrête ici. Je ne suis pas convaincu plus que ça, après deux épisodes, qu'un mariage horreur/visual novel soit possible.

3 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
(If you're a human, don't change the following field)