Test de Zero Escape: Zero Time Dilemma

Année de sortie: 
2016
Plateforme: 
Par - publié le 02 Novembre 2017 à 14h27
0
28

Un troisième épisode magistral, mais non recommandé aux débutants dans la série.

Zero Escape. Une série initiée en 2009 avec la sortie de l'épisode 999: Nine Hours Nine Persons Nine Doors (que l'on nommera simplement 999). Un jeu qui a rapidement conquis les fans de Visual Novel de Point & Click grâce à son scénario écrit de main de maître et ses énigmes très pointues. Un épisode qui n'était pas sans défauts, mais qui a permis à une suite de voir le jour : Virtue's Last Reward (VLR). Avec un scénario encore plus fou que le premier, les défauts de game design majoritairement résolus, on croyait avoir eu la suite ultime. Cependant, l'apparance 3D du titre n'était pas des plus réussies et la complexité de certaines énigmes rendaient l'expérience un peu frustrante. On y était presque ! Malheureusement, les ventes du second volet étant jugées décevantes au Japon, le dernier épisode de la trilogie a failli ne jamais voir le jour. Grâce aux fans occidentaux du jeu, la situation s'améliora et en 2016 sortit l'ultime épisode de la saga Zero Escape : Zero Time Dilemma. Avant de continuer plus loin, permettez-moi d'être clair sur un point : si vous n'avez pas terminé les précédents épisodes de la série, c'est par ceux-là qu'il faut débuter car vous seriez probablement largué par les éléments scénaristiques qui composent le dernier titre. Pour ceux qui les ont terminés, voici donc mon avis sur Zero Time Dilemma (ZTD).

Je vais rester très bref sur le scénario, car étant un Visual Novel, le titre vit par son histoire et il serait dommage de se priver de la découverte de celui-ci. Pour résumer simplement : nous sommes le 31 décembre 2028. Neuf participants se sont portés volontaires pour réaliser une simulation de vie sur Mars dans un centre de test au Nevada. Quelques jours à peine après leur arrivée, ils sont piégés et forcés de jouer à un jeu : s'ils gagnent, ils sont libres, s'ils perdent ils devront participer au "Decision Game". C'est ainsi que débute votre aventure...

Le jeu se compose de trois phases, comme habituellement dans la série :

  • les phases de Visual Novel où les personnages discutent et où l'on suit l'intrigue
  • les phases de fuite, où vous devrez résoudre de multiples énigmes à la difficulté variable pour pouvoir vous échapper d'une situation
  • les phases de décision, qui influent sur le déroulement de l'histoire

Le scénario du jeu est absolument énorme, peut-être encore plus que dans les épisodes précédents, qui n'étaient pas avares en rebondissements, faits historiques et scientifiques et autres anecdotes. Par contre, comme le jeu réutilise certaines ficelles de l'intrigue générale, il peut arriver que certains événements soient plus prévisibles que d'autres, mais c'est peu fréquent. Une fois terminée à 100%, l'histoire répond à la plupart de nos interrogations mais laisse quelques points en suspens, dont un majeur. Après y avoir réfléchi longuement, je comprends que ce dernier point puisse fruster une partie des joueurs mais je n'en fais pas partie. Une réponse simple aurait pu être apportée même sous la forme d'une note telle que l'on en trouve juste après avoir terminé le jeu complètement mais l'auteur a préféré laisser cet élément à l'appréciation du joueur.

Contrairement à ses précédesseurs qui reposaient sur des cheminements longs et qui ne nécessitaient pas de faire des embranchements fréquents (sauf pour finir toute l'histoire), ZTD propose une structure à base de fragments répartis dans trois équipes. Les conditions de déblocage de ces fragments sont spécifiques et il faudra alterner les équipes pour pouvoir tout débloquer. Sachant que les fragments ne se suivent pas forcément de manière chronologique, il vous faudra fréquemment vous réperer grâce au diagramme proposé par le jeu, qui permet aussi de se déplacer à un autre moment de l'histoire de manière simple et efficace, de la même façon que pour VLR (et le remake de 999). Comme dans VLR, il vous faudra voir toutes les possibilités afin de dévouvrir l'histoire dans son intégralité. Ne vous arrêtez pas avant d'avoir obtenu tous les succès/trophées, s'ils existent pour la plate-forme de votre choix !

La difficulté des énigmes est variable, mais je les ai trouvées plus gérables que dans les épisodes précédents. Franchement, cet épisode est vraiment très agréable à parcourir et cela s'en ressentira dans ma notation. Bien que je n'ai pas réalisé de test pour les précédents volets ici, dans mon fichier personnel ces jeux méritent un 4/5 en note globale, avec tous les deux un 5/5 côté scénario. Car cette trilogie a une continué dans son histoire et même si l'histoire de chaque épisode se tient, l'ensemble est magistral. C'est très subjectif, mais pour moi l'histoire globale de cette série et l'histoire de chaque épisode constituent les meilleurs scénarios qu'ils m'aient été donnés d'apprécier, quel que soit le média.

Un point concernant l'ergonomie : le jeu est un poil plus adapté à la Vita que son prédecesseur, les contrôles tactiles sont légèrement plus réussis mais il y avait encore une marge de progression à ce niveau. Un simple clic permet d'analyser un objet du décor, faire glisser son doigt permet de parcourir la salle mais la plupart des actions sont réalisables via les boutons également. Seuls les mini-jeux réclament une utilisation totale de l'écran tactile, sur cette version Vita du moins.

Les modèles 3D des personnages sont beaucoup plus réussis que dans VLR, ce qui est agréable bien que la résolution de l'image semble basse et que le crénelage soit fort présent. Les animations sont réduites au minimum, voire sont absentes dans certains cas mais il s'agit d'un Visual Novel et sur ce point, rares sont les jeux qui disposent d'animations réussies. L'essentiel est assuré au niveau des graphismes et c'est là le principal.

Les musiques de Shinji Hosoe sont toujours d'une très bonne qualité et adaptées à chaque situation. On trouvera des nouvelles pistes en majorité, ainsi que des remix de pistes des jeux précédents. Je pourrais citer la version piano de Morphogenetic Sorrow, la plus belle piste de cette série, qui est aussi réussie que l'originale bien que l'impact soit différent. Les doublages ne sont pas en reste et moi qui préfère les doublages anglais (pour la compréhension), je n'ai pas été déçu à ce sujet. Ceux qui préfèrent les voix japonaises apprécieront la présence d'une option pour les avoir !

Disponible en intégralité sur 3DS (l'original est sur DS, mais rétrocompatible), PS Vita, PS4 et PC, cette série est maintenant accessible à un large public qui se doit de se faire son propre avis sur une licence véritablement marquante !

Les + / Les -
  • Le dernier chapitre de ce qui est pour moi le meilleur scénario de tous les temps
  • Modèles 3D des personnages réussis
  • Les musiques de Shinji Hosoe
  • Les liens avec les précédents épisodes
  • Bonne durée de vie
  • Animations perfectibles, voire manquantes dans certains cas
  • La complexité de la structure du jeu risque de perdre des joueurs en route
  • Les points en suspens auxquels on n'aura jamais de réponse
  • L'aliasing fortement prononcé
Evaluation
3 Graphismes
4 Bande son
5 Jouabilité
4 Durée de vie
5 Scénario
En résumé

Zero Time Dilemma est un jeu absolument indispensable à tout gamer aimant les histoires complexes et bien écrites (malgré quelques compromis à faire), si vous n'êtes pas allergiques à l'anglais et aux Visual Novels. Bien que certains points n'auront probablement jamais de réponse et/ou sont laissés à l'appréciation du joueur, cette série vaut absolument le détour et cet épisode final est une vraie perle.

5 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)