Test de Ace Attorney: Apollo Justice

Année de sortie: 
2007
Éditeur / Développeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 12 Octobre 2017 à 06h25
0
126

Après une fin de trilogie en apothéose dans l'épisode Trials and Tribulations, la série Ace Attorney prend un nouveau départ. Sept ans après la fin du troisième volet, un nouvel avocat entre dans la scène : Apollo Justice. Exit donc ce cher Phoenix Wright, qui n'est pas parti bien loin je vous rassure. Ce dernier est maintenant un personnage non jouable, mais il fait partie de l'histoire d'une manière assez importante. Cette série étant à la base un mélange entre Visual Novel et jeu d'enquête/procès, je vais rester très bref concernant le scénario car il s'agit de la composante la plus importante du titre et il serait dommage de gâcher des surprises.

 

Ce nouveau départ est l'occasion d'introduire de nouveaux personnages comme :
- le procureur Klavier, qui sera notre principal adversaire dans cette aventure.
- Trucy, notre assistante, qui tient un rôle similaire à celui de Maya dans les épisodes précédents. Néanmoins sa personnalité diffère énormément de celle de Maya, ce qui fait d'elle un personnage très attachant et amusant.
- l'avocat Kristoph, mentor et employeur d'Apollo.
On a aussi quelques têtes connues comme Phoenix Wright, le précédent héros, le procureur Payne mais aussi, pour ceux qui ont terminé la 5ème affaire du premier volet (uniquement disponible sur DS, 3DS et smartphones), Ema Skye. Ce ne sont que quelques personnages parmi tous ceux qui sont introduis dans ce volet, mais comme d'habitude certains d'entre eux sont uniquement liés à certaines affaires et ne refont pas forcément surface ensuite. Ayant joué uniquement aux versions anglaises des 4 premiers titres de la série, il est possible que certains noms ne vous disent rien car ils ont été modifiés dans les versions françaises.

 

Comme toujours dans cette série, l'écriture du scénario est magistrale et ce n'est qu'en arrivant au bout de l'aventure qu'on en comprend toutes les ficelles. Les affaires en apparence indépendantes trouvent souvent des liens communs. La saga est connue pour ses rebondissements allant du surprenant à l'absurde, avec des arguments et contre-arguments dantesques durant les procès. La dernière affaire est tout simplement magnifique en termes de développement et de révélations, toutes les réponses aux questions que l'on se pose sont bien distillées dans toute l'intrigue, qui ne manquera pas de vous tenir en haleine !

 

Le gameplay reste majoritairement le même dans cet épisode : on a d'abord la phase d'enquête, qui permet de réunir les preuves nécessaires à utiliser dans la seconde phase, celle du procès. Certains épisodes proposent plusieurs phases d'enquêtes et de procès. Durant les enquêtes, il faudra donc examiner tous les lieux présents, parler avec tous les personnages et même parfois leur présenter des objets afin de les faire parler. Une fois que l'on a obtenu tous les éléments nécessaires, le passage à la phase suivante est automatique.
Quant aux phases de procès, elles consistent en des successions de témoignages durant lesquelles vous devrez trouver les failles ou les mensonges, en plaçant vos arguments et vos preuves. Une jauge de vie est présente pour garder un certain challenge, car chaque erreur vous coûtera une certaine portion de cette barre en fonction de l'humeur du juge et du procureur. Réfléchissez donc bien avant de faire une objection ! Heureusement, on peut sauvegarder quasiment à tout moment de l'aventure, ce qui limite le côté frustrant des procès en cas d'erreurs répétées. Car vider la jauge de vie signifie revenir à la dernière sauvegarde, et le jeu ne propose de sauvegarder qu'entre chaque phase uniquement si vous ne pensez pas à le faire vous-même. La difficulté générale du titre m'a parue moins élevée que d'habitude, sans pour autant tomber dans la facilité non plus.
La principale nouveauté de gameplay vient d'un pouvoir propre à Apollo : grâce à sa vision performante et son bracelet, il est capable de voir les gestes effectués par les témoins lorsqu'ils sont stressés ou qu'ils mentent. Il faudra alors pointer la vue de l'écran tactile sur la zone particulière du corps de la personne et elle sera alors déconcertée. Il faut bien observer car le geste en question n'est présent que durant une partie d'une phrase de témoignage ! Heureusement, aucune pénalité n'est donnée en cas d'erreur.
On note une utilisation de l'écran tactile plus poussée que dans les précédents opus, avec des cas d'usages similaires à la 5ème affaire du premier épisode : l'examen des objets nécessite de les retourner dans tous les sens, des analyses d'empreinte ou aux rayons X demanderont de tapoter un peu partout sur l'écran, voire même de souffler dans le micro. Rien de bien transcendant, mais cela offre un changement de rythme agréable.

 

Concernant les graphismes, le jeu garde le même genre de présentation que ses précédesseurs : des décors fixes et des personnages présentés en vue de face de la tête à la taille. Les personnages disposent de quelques animations, dont certaines hilarantes, surtout pour les témoins ! Les dessins sont très bien réalisés, mais il y a peu d'animations. On se trouve vraiment dans un contexte de Visual Novel et il n'y a pas grand chose de plus à attendre de ce point. Le passage de la GBA à la DS permet de gagner en détails et en clarté d'image.
La bande son conserve énormément de pistes des épisodes antérieurs ainsi que la majorité des bruitages, souvent comiques. Quelques rares exclamations sont doublées comme les objections.

On peut néanmoins se plaindre que les défauts de la série restent présents dans ce volet, à savoir le côté parfois confus concernant la bonne preuve à choisir ou le fait de devoir cliquer partout pour être sûr de ne pas se retrouver bloqué durant les phases d'investigation. Si vous aviez pu terminer les jeux précédents, ces défauts ne devraient pas vous embêter ici. La durée de l'aventure dépendra votre rythme de lecture et de votre capacité à résoudre les problèmes plus ou moins rapidement. Pour ma part, j'ai passé quasiment 27h sur ce titre.

Les + / Les -
  • L'écriture du scénario et des affaires
  • Les animations loufoques
  • Les retournements de situation
  • Quelques éléments de gameplay supplémentaires
  • Très bonne durée de vie
  • Formule majoritairement stagnante
  • Peut-être un peu plus facile que les anciens
  • Une des affaires un peu en retrait
Evaluation
4 Graphismes
3 Bande son
3 Jouabilité
4 Durée de vie
5 Scénario
En résumé

Disponible maintenant sur plusieurs plates-formes (DS, iOS et bientôt 3DS), Apollo Justice est un épisode essentiel dans la série et je le recommanderais à tous les fans de cette saga et de jeux du genre. Vous ne connaissez pas la série ? Bien que cet épisode signe un nouveau départ, je ne peux que vous conseiller de commencer par la première trilogie. Si l'anglais ne vous fait pas peur, les versions 3DS sont soldées assez souvent sur l'eShop, dans le cas contraire certains supports offrent une version française.

4 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Sur le même thème...