Brume

Dragon Ball Z Kakarot : Un bon jeu Dragon Ball dans un RPG moyen

Genre: 
Année de sortie: 
2020
Éditeur / Développeur: 
Plateforme: 
Par - publié le 16 Août 2020 à 13h04
0
543

CyberConnect 2, le studio à l'origine de plusieurs jeux basés sur des mangas/animes, notamment JoJo et Naruto, se penche cette fois sur la licence Dragon Ball Z sur les machines actuelles (PS4, XB1 et PC), à l'exclusion de la Nintendo Switch. Pour changer, nous nous retrouvons cette fois face à un Action-RPG (même si la saga Xenoverse dispose d'éléments de RPG, cela reste un peu mince pour les qualifier de A-RPG).

DBZK (pour faire court) retrace l'histoire originale de Dragon Ball Z depuis l'arrivée de Raditz (et même légèrement avant, si on inclut le tutoriel) jusqu'à la mort de Majin Buu (exit donc l'arrivée de Uub). La très grande majorité des combats est présente, ainsi que quelques combats supplémentaires dont certains feront froncer les sourcils des puristes, mais globalement, le jeu est très complet à ce niveau. Au niveau des graphismes, c'est très correct la plupart du temps, surtout sur la version PC testée. On dénote cependant que la réalisation est en dents de scie, avec certaines textures assez baveuses et des décors inégaux. Par contre la modélisation des personnages et des monstres est très réussie, si l'on excepte les rares déformements de visages durant les phases de boss. Toujours dans le registre "dents de scie", les cinématiques. On pourrait les classer en trois catégories :

  • Catégorie 1 : les cinématiques de base, avec le moteur du jeu, pour des dialogues relativement basiques. Rien de transcendant.
  • Catégorie 2 : les cinématiques plus importantes, toujours avec le moteur du jeu, mais avec davantage de mise en scène. Si elles sont globalement correctes, j'ai noté qu'elles semblent être pré-enregistrées en 1080p à 30 i/s. Ayant joué plus ou moins en 4K 60 i/s, cela m'a sauté aux yeux immédiatement via le manque de netteté et l'aliasing.
  • Catégorie 3 : les séquences les plus cultes de la série (en général), reproduites avec de meilleurs modèles de personnages et des effets spéciaux poussés au max. Ce sont les plus réussies et elles sont très fidèles aux scènes originales, quoi qu'un peu plus expédiées, ce qui ne les rend pas aussi bien. Je chipote un peu, cela dit.

Un autre aspect qu'on remarquera rapidement : la présence de musiques officielles de l'animé DBZ. Si elles restent en nombre relativement restreint comparé au reste de la bande son, cela fait plaisir d'avoir enfin un jeu qui prenne la peine de les inclure sans devoir payer un DLC. Cela donne un cachet supplémentaire à cette adaptation, même si je souhaite souligner que l'instrumentation des-dits morceaux laisse un peu à désirer, et que la variété manque un peu. Durant la trentaine d'heures que dure l'aventure principale, on entendra en effet souvent les mêmes musiques pour diverses situations, ce qui pourra lasser.

Pour parler un peu de l'aspect RPG du titre, on nous offre la possibilité de nous balader sur la planète entière (ainsi que d'autres zones par la suite, comme Namek) dans les limites imposées par l'histoire (qui sautent pour le post-game, bien entendu) et effectuer des activités comme la pêche, le baseball, la conduite (oui oui, reprenant le fameux épisode hors-série de l'animé) ainsi que des objets à collecter (nourriture, orbres, médailles). On dispose de la possibilité de cuisiner pour se créer des items alliant boosts de statistiques définitifs et effets temporaires. Néanmoins, le monde paraît relativement vide et le manque de variété des quêtes, ainsi que leur design pourra rebuter. On y retrouve les défauts majeurs de ce genre de jeu : des quêtes dupliquées, avec des dialogues insipides (faisant néanmoins quelques clins d'oeil aux fans par la présence de personnages connus), allant de la quête FEDEX de base aux combats. D'ailleurs en parlant de combats, si ceux faisant partie de la trame principale sont agréables - notamment les boss, très fun -, on n'en dira pas tant des combats sur la carte du monde : des ribambelles de robots, saibaimen, soldats de Freezer... dupliqués, recolorés et proposant un challenge artificiel car les ennemis montent de niveau en même temps que vous, sans proposer des récompenses très intéressantes. On préférera les éviter, car cela n'apporte rien au final une fois que l'on maîtrise les combats. D'autant plus que tout combat engagé ne peut être résolu que par votre défaite ou victoire, il n'est nullement possible de fuir. Cette possibilité est réservée uniquement à l'avant-combat et requiert de semer les ennemis.

Le système de combat propose des joutes aériennes uniquement, ce qui peut paraître étrange quand on connaît la série, mais permet aux personnages de différentes tailles de se mesurer à plus grand qu'eux, je suppose. En se basant sur le schéma de la manette Xbox : B sert aux attaques au corps à corps, X pour les attaques de Ki, Y pour la recharge de Ki, et A pour foncer et/ou esquiver via une téléportation. Chaque personnage jouable (car contrairement à ce qu'indique le titre du jeu, Goku n'est pas le seul) peut équiper quatre compétences à la fois - que ce soit au corps à corps ou des attaques spéciales de Ki, type Kaméhaméha - et ces dernières s'exécutent en maintenant LB + le bouton correspondant. A vous de choisir les attaques qui vous conviennent le mieux, mais je trouve dommage de limiter ce nombre à 4. Peut-être par fidélité à l'univers, mais pourquoi ne pas avoir proposé une palette différente par transformation (façon Budokai Tenkaichi 3) ? Cela aurait donné plus d'utilité à ces dernières qu'un boost d'attaque plus ou moins important, qui rend obsolète certaines transformations une fois les suivantes débloquées. Le challenge proposé par le jeu est plutôt bon, mais je souligne quand même quelques pics de difficulté contre certains adversaires ou groupes d'adversaires. On nous donne suffisamment d'expérience pour ne pas être trop lésé si on souhaite uniquement revivre l'intrigue. Des objets de soin peuvent être équipés pour une utilisation en combat mais le jeu étant avare en deniers, il vous faudra fouiller et/ou farmer pour disposer d'un inventaire digne de ce nom. J'ai réussi à finir le jeu sans en utiliser, donc cela prouve que c'est faisable. J'ai été également agacé du fait que certaines compétences soient bloqués derrière des recherches de collectibles et des entraînements facultatifs. Passons pour des versions évoluées des pouvoirs existants... mais littéralement bloquer des attaques que des personnages sont censés connaître à un certain moment de l'histoire ? Frustrant.

 

 

Les + / Les -
  • Fidélité envers l'oeuvre originale
  • Des cinématiques et des combats de boss dont CC2 a le secret
  • Modélisations très bonnes
  • Des musiques de l'animé !
  • Bonne durée de vie
  • Gameplay répétitif et ennemis de base sans intérêt
  • Réalisation en dents de scie
  • Instrumentation des musiques pas tip top
  • Un côté RPG moyen
  • Certaines mises en scène manquent un peu de cachet
En résumé

Dragon Ball Z : Kakarot est assurément un jeu qui mériterait sa place dans le top 10 des meilleurs adaptations de la série. Si à plusieurs reprises j'ai failli lui accorder un point de plus, ses défauts reviennent souvent en avant. Néanmoins, tout fan de la saga devrait y jeter un oeil, car ce n'est pas tous les jours qu'on peut parcourir le monde de Dragon Ball sous la forme d'un Action-RPG. Perfectible, mais décidément fun et respectant DBZ à la lettre, à la fois dans les combats et dans la représentation de son univers !

3 /5 0
Portrait de Aru
A propos de Aru

J'ai accroché aux jeux vidéo depuis mes 6 ans lorsque j'ai reçu une Megadrive japonaise pour Noël et depuis cette passion ne m'a plus quitté. Devenu adulte et entré dans le monde du travail, j'ai maintenant les moyens pour vivre cette passion à fond. Mon truc c'est de finir le plus de jeux possible (finir = voir la fin, pas atteindre les 100%) ! Je touche à plusieurs genres, du RPG au Visual Novel en passant par les FPS et les jeux de plate-forme. Je ne suis attiré que par les jeux solos :)

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
(If you're a human, don't change the following field)