Lara Croft, évolution d’un personnage emblématique

Par - publié le 26 Septembre 2017 à 19h33
6
179

 

Lara Croft est un personnage de fiction qui a fait son apparition en 1996 dans le jeu « Tomb Raider » édité par Eidos Interactive et développé par Core Design, sur Sega Saturn, Playstation 1 et PC. Jeu 3D action-aventure à la 3ème personne, ce jeu est un nouveau concept révolutionnaire pour l’époque, mêlant action, réflexion, combat et exploration (même si on est loin des Open World actuels )

Archéologue britannique ultra stéréotypée, ses formes généreuses étaient clairement destinées à attirer les joueurs séduits autant que les joueuses envieuses. Aventurière courageuse, nous dirigerons Lara à travers pas moins de 22 jeux, et même sur mobile !

La popularité de cette héroïne belle, sexy, intrépide et déterminée est telle que nous l’avons également retrouvée dans des publicités, livres, BD puis au cinéma, interprétée par Angelina Jolie et Alicia Vikander.

 

 

1996 Tomb Raider, premier opus d’une saga prometteuse

La première aventure de Lara nous emmène au Pérou, en Grèce puis en Egypte, afin de trouver une relique rare, le Scion. L’ambiance du jeu est très particulière, et n’a jamais été égalée dans les prochains numéros. La sensation de solitude est extrêmement pesante. Le fait d’être poursuivie à certains moments par un ou deux adversaires humains ajoute à cela une pression supplémentaire assez stressante ; en dehors de ces deux hommes, la plupart des ennemis de Lara sont des animaux.

Points de sauvegarde rares ou infinis selon le support de jeu, cet épisode en fera rager plus d’un qui serai tombé d’une falaise ou qui se serai empalé sur une pique sans avoir sauvegardé récemment

La rencontre avec le T-Rex reste mémorable ! Le dernier niveau est particulièrement difficile puisqu’il faudra enchaîner sauts timés et passages délicats (flammes, sols qui se dérobent, chutes de rochers etc…) pour en venir à bout.

Le jeu est un savant mélange entre action et réflexion car il faudra résoudre des énigmes pour ouvrir de nouveaux passages. Globalement, les jeux suivants auront une dynamique similaire.

C’est donc dans cet univers que nous découvrons une aventurière presque assoiffée de sang, impitoyable et quasiment invincible (de la cocaïne dans les fameux « MediPack » ??  ). Avec Lara ça ne rigole pas ! Extrêmement courageuse et téméraire et possédant un arsenal important (pistolets, magnums, Uzis, fusil à pompe…), le côté « humain » du personnage n’est pas vraiment mis en avant. Sa première biographie (1996) nous parle d’un crash d’avion à 21 ans et, seule survivante, elle aurait erré pendant 2 semaines avant de retrouver la civilisation. Cette expérience lui aurait donné ce goût de l’aventure et de l’indépendance. Elle parcourt alors les ruines des civilisations disparues, tandis que ses parents la déshéritent au profit de Lord Brigthon, leur Yorkshire, qui lui au moins a gardé son bon sens aristocratique ! Pour gagner sa vie, elle publie les récits de ses voyages et de ses découvertes, qui la rendent célèbre.

Certains Fanarts témoignent de l’image qu’avaient les joueurs de Lara à cette époque

 

 

A partir de Tomb Raider 2, Lara change de tenues

 

2006 Tomb Raider Legend, Anniversary et Underworld : on réinvente l’histoire

Après l’échec commercial de Tomb Raider 6 l’Ange des Ténèbres, Eidos a retiré le développement du jeu à Core Design et l'a confié au studio américain Crystal Dynamics, désormais en charge des versions futures du jeu. La biographie est réécrite afin de donner à Lara un côté plus humain et attachant. Toujours riche héritière, ses parents ont disparus dans un accident avant sa majorité. Son père était archéologue et lui a transmis la passion de son métier. La légende raconte qu’à neuf ans, elle fut victime d'un crash aérien. Faisant déjà preuve d'une volonté inébranlable, elle réussit à survivre seule dix jours durant dans les montagnes Himalayennes. Une fois arrivée à Katmandou, elle téléphonât à son père pour lui demander de venir la chercher... Durant les 6 années qui ont suivi cet accident, elle devient l’apprentie à plein temps de son père et se passionne pour l’archéologie. Mais à l’âge de 15 ans, il disparaît mystérieusement au Cambodge…

On nous présente donc toujours une aventurière intrépide, mais avec un passé plus chargé et une famille aimante. C’est une idée intéressante puisqu’elle donne de la profondeur au personnage et apporte des explications plus concrètes à sa personnalité.

 

 

Tomb Raider Legend bénéficie d’un nouveau moteur graphique et Lara est totalement redessinée. Toujours jolie à la silhouette agréable, ses formes sont moins exagérées. Les graphismes sont réussis : c’est un nouveau souffle pour la saga.

 

 

A l’occasion des 10 ans de Tomb Raider en 2007, le jeu de 1996 est totalement remastérisé. Le résultat est sublime et vraiment convainquant. On retrouve dans Tomb Raider Anniversary l’ambiance particulière de Tomb Raider 1. Certaines énigmes sont identiques, d’autres complètement réinventées. Mais la vraie réussite réside principalement dans les graphismes, décors et lieux que nous visitons. L’OST est oppressante, et même angoissante à certains moments. C’est à mes yeux la plus belle réussite tous Tomb Raider confondus d’un point de vue ambiance sonore, particulièrement au début du jeu et en Egypte. Cette nouvelle edition a aussi pour but de relier scénaristiquement les évènements de Tomb Raider Legend.

 

 

Tomb Raider Underworld disponible en 2008 est le dernier épisode du genre, le prochain étant le reboot de 2013, soit 5 ans après. Lara y retrouvera son ennemie du premier jeu, Jacqueline Natla, dans ses recherches portant sur son père et sa mère disparus.

A partir de ce moment-là, le personnage de Lara en devient presque trop humain à mon gout. A force, on commence à en avoir marre de toujours l’entendre parler perpétuellement de son père (c’est un avis personnel).

Comme pour chaque jeu, Lara voyage à travers le monde ce qui offre une variété de décors et de lieux enrichissante.

 

Lara et son sosie diabolique

On s’éloigne donc pas mal de la première Lara insensible, la différence de personnalité est frappante, mais (tout sentiment personnel mis à part), c'est sans doute une bonne chose…

Je publie ici la vidéo de lancement de Tomb Raider Underworld que je trouve particulièrement belle ! La musique, les images et le montage, ils ont mis le paquet ! Les graphismes PS3 sont somptueux Je pense qu'on est face au premier vrai beau Tomb Raider.

 

 

2013 Tomb Raider - A survivor is born : on efface tout et on recommence !

Cette fois plus question de plaisanter et de réécrire un tit truc par ci, un tit truc par la… On refait TOUT ! C’est un véritable redémarrage technique et scénaristique pour la franchise. Lorsqu'en 2003, Eidos confia Tomb Raider à Crystal Dynamics il fallait rendre Lara Croft pertinente aux yeux des joueurs modernes, et il fallait s'assurer de la pérennité de la franchise Tomb Raider. Malgré les progrès techniques incontestables sur les jeux qui sont sortis, Tomb Raider Legend, Anniversary et Underworld n’ont pas atteint le succès commercial souhaité.

C’est donc le 5 mars 2013 que Crystal Dynamics et Square Enix nous présentent leur nouveau Tomb Raider. C’est la claque graphique, nous ne sommes plus du tout dans la même configuration que les précédents jeux. Lara ressemble à… un être humain ! Fini les formes avantageuses, fini les petites tenues sexy et ultra moulantes : ça fait du bien ! Le jeu est classé Survival Horror... C'est vrai qu'il est sacrément gore par moments !

Fini la solitude…  Du moins une partie du jeu ! Lara a des amis, et dès le départ n’est pas toute seule. Etudiante britannique de 21 ans, Lara part pour sa première expédition avec un groupe d'amis et collègues à bord de l’Endurance, un navire d'exploration. Persuadée que le Royaume perdu de Yamatai, autrefois gouverné par la légendaire Reine solaire Himiko , se trouve quelque part dans le "Triangle du Dragon" », une zone au sud du Japon connue pour ses violentes tempêtes. Mais pris dans une de ces fameuses tempêtes, le bateau s'échoue sur une île. Seule, elle utilise les connaissances de survie en milieu naturel de son père et part à la recherche de ses amis…

Décidément, l’image du père est une obsession qui me dépasse complètement et qui, (une nouvelle fois d’un point de vue totalement personnel), m’exaspère. Pourquoi ne pourrait-elle pas être simplement passionnée ? Pourquoi donner obligatoirement une dimension familiale à son périple ?

 

En ce qui me concerne, ce reboot est une réussite. Je suis captivée par le côté RPG du jeu (améliorer ses armes, récupérer des ressources, explorer de grands espaces, débloquer des compétences…) ce qui a pourtant déplu à de nombreux joueurs (surtout puristes). La météo change, c’est une nouveauté (même si parfois il pleuvait dans Underworld, ce n’était que le temps d’un niveau) et les textures sont très réalistes ! Le principe de « secrets » des précédentes aventures est toujours là au grand plaisir des fous d’exploration  et il y a aussi de nombreux défis à accomplir. Le mélange solitude/camps d’ennemis à combattre est selon moi très bien équilibré.

En 2014, une version définitive est proposée, en version HD sur PS4… de toute beauté !

Tomb Raider est relativement bien accueilli par la critique. Beaucoup de sites décrivent ce Tomb Raider comme la « Renaissance de Lara Croft ». Jeuxvideo.com donne au jeu la note de 18/20. Melty décrit le jeu comme « un reboot réussi sur tous les plans » et lui donne la note de 17/20. Le jeu reçoit au total 85 % de bonnes critiques.

 

Rise of the Tomb Raider (2015) est le dernier né de la franchise, et suit les traces du précédent jeu, en en reprenant les principales caractéristiques. Le côté RPG assez poussé, les énigmes, les combats sont toujours les ingrédients principaux de l’aventure.

A travers ces 2 derniers numéros, Lara n’a plus rien à voir avec la Lara des premiers opus. Plus humaine (tant mieux) plus réaliste (c’est une bonne chose) Lara n’en n’est pas moins inexpérimentée ou faible pour autant. Dans Tomb Raider Reboot (2013), nous l’accompagnons à travers des aventures qui l’endurcissent et lui permettent d’évoluer.

Question : Pourquoi une ado ? Pourquoi tant de pleurnicheries et pourquoi toujours encore cette obsession du père, plus que jamais dans Rise of the Tomb Raider ? Ce sont ces derniers points qui me font presque la détester et regretter une Lara totalement insensible, s’il fallait choisir entre les deux… Même si les derniers jeux me plaisent énormément, le personnage et le scénario familial me fatiguent...

Mon souhait pour le prochain jeu : une ADULTE par pitié !   

… que j’attends impatiemment malgré tout

Pour conclure, petite video finale, avec musiques emblémathiques de la série (frissons ... )

 

 

J'espère que mon article vous a plu ; en tout cas il m'a donné envie de m'y remettre, donc je vous laisse !

 

 

Portrait de Ondine
A propos de Ondine

Enfant des années 80 et passionnée par Secret of Mana, Zelda III et Tomb Raider, je suis aujourd'hui emballée par les jeux type A-RPG et open-world, principalement orientés level-up et exploration. Perpétuellement sur les mêmes jeux old-school, je m'ouvre depuis 2-3 ans un peu plus aux jeux actuels, et essaie d'en tester de plus récents, et de me familiariser avec les commandes, surtout en combat... HorizonZD et Tomb Raider sont mes jeux préférés du moment <3

Sur le même thème...

Commentaires

Portrait de cleeem

Coucou Ondine. Pourquoi ? Les graphismes d'un jeu n'ont jamais été un critère de choix pour moi, sans savoir expliquer.

Avec la première console que j'ai eue, la Super Nintendo, j'ai eu la chance d'avoir Terranigma dessus dès sa semaine de sortie au noël 96. J'ai eu la chance aussi d'avoir Seiken Densetsu 3 sur console japonaise peu de temps après sa sortie

C'est grâce à un vendeur passionné à côté de chez moi. Il faisait des dézonages, ce qui m'a permis de voir de mes yeux vus l'introduction de Legend of Mana dès sa première semaine de sortie japonaise sur Playstation !

Malgré ces délires où je voyais toutes ces évolutions techniques, je n'ai jamais plongé vers ces nouveautés et j'ai même préféré récupérer un Soulblazer français plutôt que de me lancer dans les nouvelles consoles.

Ensuite, j'ai choisi de découvrir des vieux jeux beaucoup plus tard (parce que quand on est petit, c'est un ou deux jeux par an). J'ai eu la chance de récupérer une Nes pour 3 fois rien avec Solstice dessus alors que la Nintendo 64 était là. C'est un choix.

Tout est question d'univers pour moi. Sois je suis touché par l'univers du jeu et son ambiance, soit ça ne marche pas. Les graphismes d'un jeu n'ont jamais favorisé mon immersion et mon attraction.

En revanche, la couleur, oui ! Suivant le choix des couleurs, l'ambiance d'un jeu varie beaucoup. Il y en a qui n'aiment pas le cel-shading et moi j'aime beaucoup ! Je crois que j'ai toujours eu un oeil de reviewer et de retro gamer, même enfant !

Portrait de Ondine

Ah oui ? Pourquoi ca ? Ce n'est pas le plus beau pourtant
Contente de t'avoir fait découvrir ça et merci de m'avoir lue

Portrait de cleeem

Merci Ondine !
Je n'ai jamais joué à Tomb Raider mais grâce à ton article et aux vidéos, je sais que si j'avais à en essayer un, ce serait Tomb Raider Legend, sans hésiter.

Portrait de Ondine

Oui c'est un peu ce que je disais dans la dernière partie : on la voit evoluer. C'est plutôt dans les cinématiques qu'elle m'agace

Portrait de DooKie

Je vote pour Lara du premier reboot. Je sais que c'est loin d'être ta préférée Ondine, mais pour ma part, je trouve que c'est elle qui a l'évolution la plus intéressante. On part de rien et on l'aide à se forger son caractère et à devenir courageuse

Portrait de lifeless

Merci pour cet article. J'ai beaucoup aimé le 1er (surtout la version Anniversary parce qu'enfin j'avais le jeu en entier et pas seulement une démo XD)

Je constate avec la vidéo à la toute fin que j'ai manqué pas mal de jeux (les à-côtés).