Web TV

Stream hors ligne

Nous rejoindre

Poster une candidature

 

Statistiques

Statistiques

20 personnes en ligne

20 invités

2530 membres inscrits

Derniers inscrits

Fab25, speedstar, Fufu

 

Retrouvez-nous

Flux RSS de Square Palace Page Facebook de Square Palace Page Google Plus de Square Palace Page Twitter de Square Palace

Darksiders 2

 
PC
Playstation 3
XBox 360
Wii U

Darksiders 2

Editeur

THQ

Développeur

Vigil Games

Japon 14/08/2012
Japon 21/08/2012
 
Darksiders 2
Test réalisé par
7 commentaires
Le travail de la Mort n'est pas si facile que cela, mais pas question de déléguer le travail à un subalterne !
Qu'il est difficile de faire une suite à un jeu très apprécié ! Le premier épisode de Darksiders avait brillé par sa pâte graphique, sa réalisation digne d'un film hollywoodien et par son gameplay à la Zelda dans un univers plus mature. C'est donc en toute logique qu'un deuxième épisode vit le jour, suivant les enseignements de son grand frère.

Le scénario, un aspect bien travaillé

Le scénario de Darksiders était plutôt simple : War, un des quatre chevaliers de l'apocalypse, est accusé d'avoir provoqué une guerre entre les anges et les démons. Les forces démoniaques triomphant, ceux-ci s'installèrent sur terre, royaume des humains aujourd'hui réduit à l'état de ruines. Le Conseil Ardent, ayant pour rôle de maintenir la paix jusqu'à ce que les humains soient assez forts pour entrer en conflit avec les cieux et les enfers, décide de retirer à War la plupart de ses pouvoirs et de l'envoyer en exil sur terre afin qu'il puisse enquêter sur le vrai responsable.
 
Darksiders 2 se déroule parallèlement au premier. Vous incarnez Death, décidé à laver l'honneur de son frère War et à trouver les responsables. Mais le scénario ne s'arrête pas là : rapidement, un nouvel ennemi fait face : la Corruption. Sorte de maladie démoniaque se propageant partout dans le monde et détruisant tout sur son passage. Bien que l'on progresse dans plusieurs zones similaires au premier opus, d'autres apportent leurs lots de nouveautés, pour notre plus grand plaisir. De plus, on en apprend beaucoup sur l'univers de Darksiders et sur les quatre cavaliers de l'apocalypse, ce qui ravira les fans.
 
Globalement, le scénario est cependant sans réelles surprises. On pourrait penser que jouer la Mort en personne permettrait de prendre les autres créatures de haut et que l'on pourrait abuser de ses pouvoirs mais il n'en est rien. Death semble baladé par les différents personnages du jeu, qui n'ont souvent pas peur de lui, au contraire.

Un jeu prévu pour console

Ce test ayant été fait à partir de la version PC du jeu, ceux qui auront joué au jeu sur console auront sûrement un avis bien différent du mien. Mais voici comment s'est déroulée ma première expérience du jeu. L'intro se lance, parfait. On peut diriger Death, super. Sauf qu'il est impossible de le faire aller en avant et à gauche. Un classique des jeux PC : les touches ZQSD sont paramétrées en anglais : WASD. Je vais donc chercher dans les options pour pouvoir configurer les touches : en effet, il y a moyen de les paramétrer. J'essaie d'assigner une nouvelle touche pour aller à gauche : "Q". Mais le jeu me dit que cette touche est déjà prise, et ne me propose pas d'inverser les commandes. Pire, il me renvoit en haut de la liste et je dois réfaire la recherche de cette fameuse touche "Q". Il faut effectuer l'opération pour le déplacement au sol, à cheval et sur des automates. Une manipulation qui prend plus de dix minutes alors que cela aurait dû être paramétré ainsi de base.
 
Passé cette phase de configuration, les mouvements du personnage ne sont pas très compliqués à assimiler. Du moins jusqu'à ce que vous arriviez à votre premier mur. Death peut sautiller un peu partout et peut grimper à certains murs. Parfois les commandes répondent bien, d'autres fois moins : bien souvent il faudra vous y reprendre à plusieurs fois avant d'arriver à terminer certaines phases d'escalade. La caméra est souvent bien placée mais manque cruellement de liberté, ce qui peut être gênant.
 
Les combats sont quant à eux très dynamiques. Plus rapide mais moins puissant que son frère War, Death peut aussi manier de nombreuses armes en plus de ses petites faux : des griffes, des marteaux, des haches, des poings d'acier, des lances etc.. Il y a une grande variété de combinaisons de coups de base, et il est possible de s'en faire apprendre d'autres en échange de quelques pièces d'or. Il est assez jouissif de foncer dans le tas (surtout en forme de Mort), mais beaucoup d'ennemis vous mettront rapidement à terre si vous y allez comme une brute. Il faut souvent esquiver pour contre-attaquer au bon moment. Le jeu manque légèrement de variété d'ennemis, sans que cela ne soit trop gênant pour autant.
 
Les donjons sont assez vastes et les phases d'énigme et de combat s'enchaînent à un bon rythme. Les donjons reprennent beaucoup d'éléments de gameplay de Zelda mais l'ambiance du jeu est plus adulte, ce qui n'est pas déplaisant.
 
Une grande variété de quêtes annexes et de petits donjons bonus sont disponibles mais beaucoup sont redondants : la plupart des quêtes consistent à récolter diverses pierres/runes/autres babioles disséminées partout dans le monde, et les donjons suivent les mêmes principes que ceux qui sont obligatoires. La durée de vie pour finir le jeu est d'une petite vingtaine d'heures. Les quêtes annexes en ajoutent une bonne quinzaine pourvu que vous comptiez vous acharner à les terminer.
 
La maniabilité et le gameplay ne sont certes pas parfaits, le jeu reste suffisamment plaisant en mode de difficulté normale si bien que le terminer ne pose pas de problème.

Parlons de la réalisation

Le premier chapitre de la saga avait fait sensation, notamment grâce aux designs réalisés par Joe Madureira. Il en est de même pour le second opus : les personnages sont graphiquement très réussis et bien animés. Le jeu possède un doublage en français de bonne qualité et les musiques, bien que discrètes, collent bien à l'ambiance. Le protagoniste, Death, est aussi intéressant que son frère War et on sent une complémentarité entre chacun des quatre cavaliers.
On attend à présent un Darksiders 3, pour pouvoir jouer un des deux cavaliers restant : Strife et Fury. L'éditeur Nordic Games, qui a repris la licence après la faillite de THQ, a promis de faire une suite de qualité. Espérons que ce voeu se réalise !

Points forts / Points faibles

Points forts : 
Contrôler la mort en personne,
Les combats dynamiques,
L'ambiance et l'univers.
Points faibles : 
Les contrôles,
On se sent baladé dans le scénario,
Léger manque de variétés d'ennemis.

Diaporama

Les notes

Graphismes

18
Les graphismes et le design sont très réussis. Un bon point qui va dans la continuité du premier opus.

Jouabilité

9
Les menus sont mauvais, et la jouabilité n'est pas exemplaire au clavier. Le jeu ne reconnaît pas toutes les manettes. C'est le plus gros point négatif du jeu sur sa version PC.

Durée de vie

15
La durée de vie est honnête et le jeu ne manque pas de quêtes secondaires malgré une certaine redondance. Les différents niveaux de difficulté renouvellent l'expérience de jeu.

Musique et son

13
Les doublages sont de très bonne facture. Les musiques sont sympathiques mais discrètes.

Scénario

14
L'histoire est intéressante, mais on sent Death trimballé un peu partout par les autres personnages. On est loin de la Mort classique, crainte de tous.

Note globale

15
20 0
Darksiders 2 est un bon jeu, prenant, une fois passée la phase d'apprentissage des contrôles. On attend à présent la suite !

Commentaires

Portrait de illapa

25/08/2013 à 5h13
illapa

L'ayant testé vite fait sur Xbox360 chez mon frère, je peux dire que la maniabilité est largement meilleure en effet...
Je suppose qu'il souffre du symbrome "jeu développé sur console etsimplement  porté sur PC."

Et c'est clair que graphiquement il claque, de l'apperçu que j'ai eu en HD, c'était magnifique. Death a la mégaclasse (quoique niveau forme évoluée je préfère celle de War avec ses ailes noires bizarres.) et je kiffe vraiment son cheval. 

Après je crois me souvenir de quelques doléances de mon frère : "Bordel mais où c'est que je peux trouver de la vie j'ai plus assez pour taper le boss et cette foutue sauvegarde automatique me permet pas de retourner voir le marchand !"
"Comment ça elle est bugguée c'te quête ? "

Mais dans l'ensemble il l'a beaucoup aimé.

Portrait de Senki

25/08/2013 à 9h23
Senki

C'est bizarre, je n'ai pas eu ces problèmes sur la version PC :

- Quand on meurt, on peut recommencer avec la dernière sauvegarde mais cela remonte la vie à fond
- Aucun bug de quête. J'ai juste traversé le décor à un moment, seul bug rencontré.

Le jeu a-t-il été patché sur PC et non sur console ?

Portrait de IenAnKo

25/08/2013 à 14h43
IenAnKo

La version console a été baclé à ses début (il y a bien eu un patch qui corrige pas moins de 26 bug sur 360/PS3), en sachant que la version PS3 est toujours plus mal loti que sa consoeur. Je l'avais commencé sur PC mais vu la maniabilité en mousse, j'ai vite arrêté.

En tout cas bon test Senki, merci.

Portrait de Brunhild

27/08/2013 à 12h10
Brunhild

Test intéressant, mais j'avoue que je reste un peu sceptique sur l'intérêt du jeu, il me paraît assez peu attractif.

Portrait de hawkeys

28/08/2013 à 16h47
hawkeys

ca m'a donné envie d'y jouer mais j'ai une sainte horreur des maniabilité boiteuse. en tout cas merci  pour ce test qui pourrait me donner des idées afin d'occuper mon temps libre. Le consept a l'air vraiment interressant mais bon, j'ai plus qu'a jouer au premier ^^.

Portrait de Tranxen

31/10/2014 à 12h17
Tranxen

A titre personnel, j'ai au plus de mal à m'immerger dans ce DII que dans DI, au début. Mais force est de constater que le gameplay est plus complet dans ce deuxième opus en permettant bien plus de combinaisons et en s'attachant cette fois à la possibilité de faire un build.

Dailleurs, pour moi, le véritable interêt/challenge du jeu est le tribularium qui comporte 100 niveaux en arène à la difficulté croissante, et qui vous poussera aux extrêmes limites de votre build et de votre équipement. Rien à voir avec le reste du jeu, qui est assez fastoche, et dans lequel on finit par se balader essentiellement pour farmer de l'outillage à découper en NG+.

Autre précision également, oui il n'y a éffectivemnt pas beaucoup de potions de soin à la base. Il faut beaucoup compter sur l'équipement vol de vie pour se soigner. Ce qui nous oblige à ne pas faire n'importe quoi à haut niveau. Un build mal pensé ne vous permettra pas d'arriver au niveau 100 du tribularium par exemple, mais peut suffir pour finir le scénario.

+1 pour la manette (j'ai une manette XBOX sur PC) pour jouer à tous ces jeux prévus pour console à la base. Apparemment, c'est galère avec une manette PS mais pas impossible en passant par un petit programme de reconfiguration.

Portrait de Yomi

14/12/2016 à 15h36
Yomi

Sur PS3, il y a aussi 2 bugs que j'ai remarqué, le 1er, apres actionner des leviers, arrivé en hauteur après une lourde épreuve sur les murs, faut appuyer normalement sur Action (O) mais rien, heureusement ya une sauvegarde automatique arrivé là.
D'après une soluce, il ya bien un bug, j'ai fait Reset, et me rapproche de la hauteur, Action (O) apparaît, le jeu peut donc continuer.

Ensuite 2ème bug rencontré, la statue avec son rayon lumineux d'activé, encore heureusement juste après une sauvegarde automatique, j'oriente la statue comme il faut pour lancer le machin dessus mais pour cela il faut que Action (O) s'affiche, ce qui n'est pas le cas.
Encore Reset ici aussi, replace la statue comme avant le Reset et cette fois Action (O) apparaît enfin, le jeu peut donc continuer.

Obligé de trouver une soluce pour constater ces 2 bugs.

Copyright © 2000-2017 Square Palace - Site sous licence Creative Commons