Web TV

Stream hors ligne

Nous rejoindre

Poster une candidature

 

Statistiques

Statistiques

2 personnes en ligne

2 invités

2522 membres inscrits

Derniers inscrits

Orinotent, Baffy, wattaru

 

Retrouvez-nous

Flux RSS de Square Palace Page Facebook de Square Palace Page Google Plus de Square Palace Page Twitter de Square Palace

Castlevania : Order of Ecclesia

 
Nintendo DS

Castlevania : Order of Ecclesia

Editeur

Konami

Développeur

Konami

Japon 23/10/2008
Japon 21/10/2008
Japon 27/11/2008
 
Castlevania : Order of Ecclesia
Test réalisé par
8 commentaires
Les Castlevania sont considérés comme une licence mythique, à juste titre. Order of Ecclesia en est le dernier opus DS. Sorti le 27 novembre 2008 en France, celui-ci propose une histoire totalement différente de ces prédécesseurs. Que vaut il ? C'est ce que nous allons voir par ce test.

L'histoire, qu'en est il ?

Castlevania Order of Ecclesia se déroule plusieurs siècles après l'abrogation de la famille Belmont. Les hommes, livrés à eux-mêmes, fondent donc l'ordre d'Ecclesia, chargé de les protéger en cas de retour de Dracula. Voilà donc le fondement de la base de cet opus.

L'histoire, quant à elle, ne change pas d'un Castlevania à l'autre. Dracula revient à la vie, notre mission est de le tuer. Fait rare dans un jeu de la série, il y a dans cet opus une histoire de rivalité entre Shanoa, l'héroïne (oui, point de dieu grec au corps d'éphèbe, mais une jeune femme au charisme incroyable et au corps parfait) et Albus, autre prétendant à la lutte contre Dracula, recalé au dernier moment et qui décide de se venger en brisant le Glyphe Dominus (le Glyphe permettant de tuer Dracula) pour empêcher Shanoa de tuer Dracula à sa place.

 

Le gameplay, quels changements ?

Ici, point de fouet. Nous reprenons le gameplay de Aria et Dawn of Sorrow, les opus GBA et DS précédents (il y a eu Portrait of Ruin entre Dawn of Sorrow et Order of Ecclesia, mais y ayant peu joué je n'en parlerais pas). En gros, dans Aria et Dawn, on achetait ou améliorait des armes, et on avait des âmes de monstres qui appliquaient des pouvoirs supplémentaires. Dans Order of Ecclesia, on combine les 2. En battant des monstres, on peut obtenir des Glyphes, que l'on absorbe pour pouvoir ensuite les utiliser comme armes, invocations, ou de manière permanente. Le gameplay est connu, maîtrisé, on a une bonne prise en main, suffisante pour ne pas être perdu dès les premiers pas. 

 

Le Gameplay, retrouve-t-on le même que les précédents ?

On reste dans un monde en 2D, ou l'on joue donc en scrolling horizontal et vertical, composante des Castlevania DS, que l'on retrouve depuis les 1ers Castlevania. Cependant, dans celui-là, on a une carte du monde avec des zones que l'on débloque au fur et à mesure, ce qui est un progrès par rapport à Dawn of Sorrow, où l'on pouvait aussi revenir dans les différentes zones mais dans un périmètre plus petit (le Château de Dracula et ses environs).

De même que dans les Castlevania précédents, on retrouve des composantes de RPG dans celui-là, avec des montées de niveau augmentant les stats, la vie, le mana, et les cœurs permettant de faire des attaques spéciales.

 

La difficulté, point noir des précédents Castlevania. Est-ce le cas de celui-ci aussi ?

Par contre, la où ce Castlevania se distingue de ses prédécesseurs, c'est dans la difficulté globale. Là ou les précédents étaient décriés pour leur relative facilité, Order of Ecclesia propose une difficulté digne des 1ers opus, et vous devrez vous y reprendre à deux ou trois fois pour battre certains boss.

 

Points forts / Points faibles

Points forts : 
Le Gameplay,
La difficulté, plus qu'honorable,
La durée de vie totale.
Points faibles : 
La bande-son, pas mauvaise mais sans morceau marquant.

Diaporama

Les notes

Graphismes

17
Les graphismes sont à l'image de la série. Gothiques, austères, ils n'en restent pas moins fins et sublimes de sobriété.

Jouabilité

18
La jouabilité est à la fois simple à comprendre, et assez complexe pour nous forcer à nous concentrer un minimum. Le système de Glyphes est novateur, mais nécessite un bon timing pour en tirer la pleine puissance.

Durée de vie

17
La durée de vie est plus qu'honorable. 15h pour la première fin, qui est juste la moitié du jeu. Autant pour la deuxième fin. Et pour compléter le jeu à 100% le double de ça. Au total, une soixantaine d'heures bien tassées.

Musique et son

15
La bande son n’est pas mauvaise en soi, mais pas inoubliable non plus. Il manque cruellement d'un thème "référence", qui resterait en tête.

Scénario

15
L'histoire change des précédents opus, pas le même contexte, plus de détails ...on reste sur la même base, mais c'est plus développé

Note globale

16
20 0
En conclusion, Order of Ecclesia est un Castlevania dans la continuité de ses grands frères pour le gameplay notamment, mais il marque une rupture assez importante au niveau de l'histoire. Un très bon Castlevania, que tout fan de la série se doit de posséder.

Commentaires

Portrait de captain_roger

21/10/2015 à 22h20
captain_roger

Pas mal ce test ! Tu t'en tires bien et y'a plein d'explications ! Bravo !

Portrait de Cleska

22/10/2015 à 0h29
Cleska

GOOD JOB!

Portrait de Wolvesrealm

22/10/2015 à 8h18
Wolvesrealm

Captain, j'attendais ton avis. Je sais que tu es un fan de la série, j'avais visé spécifiquement ton avis

Merci vous 2

Portrait de captain_roger

22/10/2015 à 9h18
captain_roger

Ah je suis flatté, mais plus encore que le mien, s'il repasse par ici, celui de Hawkeyes sera important également. Il est un très grand fan de Castlevania lui aussi !
N'hésite pas lors de tests futurs à étoffer encore tes paragraphes !

Portrait de Wolvesrealm

22/10/2015 à 12h43
Wolvesrealm

Oui, je sais pour Hawkeys xD

Mais ...ouais. C'était un 1er test, j'avais peur d'en dire un peu trop.

Ça sera mieux les suivants

Portrait de hawkeys

04/11/2015 à 0h03
hawkeys

Alors il y'a deux petit point que j'aimerais remettre en question:

1: Le scénario se passe bien dans la timeline des autres Castlevania. Si on suit la généalogie des Belmont, une période est  sautée, un Belmont n'a pas pris les armes pour cette génération. D'où la création de l'ordre. Plus tard, c'est Richter qui reprendra le fouet, suivit de Juste et ainsi de suite jusqu'à Julius.

2: Personnellement, je trouve la musique du thème principal (ou surtout celle dans le hall du château de Dracula) très bonne et sans oublier celle qui se joue dans la salle d'entrainement (leur titre, empty tome et lone challenger). 

Voilà, c'était juste deux petite précision d'un amoureux de Castlevania mais je trouve ce test très bon. Très sobre mais qui décrit très bien le jeu.

Très bon choix d'avoir choisi Castlevania pour un premier test. C'est un hommage ?

Portrait de Wolvesrealm

04/11/2015 à 18h26
Wolvesrealm

Wah j'avais pas vu ton commentaire, hawkeys.

Alors, pour le 1) je reconnais ne pas le savoir. Tu me l'apprend, je note

Pour le 2) ouais. Le thème est bon, mais pas inoubliable à mon sens. Et c'est ça le problème de l'OST de ce jeu pour moi. Des bons thèmes, mais que l'on oublie vite je trouve

Quand à avoir choisi ce jeu ...Je suis un grand fan des Czstlevania, et notamment de celui là qui se révèle être mon favori x) donc oui c'un hommage

Portrait de hawkeys

07/11/2015 à 13h21
hawkeys

Moi mon préferé reste le 4. Enfin il contient un grande part de nostalgie et du bonheur que j'ai ressentis gamin quand j'ai découvert le gameplay avec ses huit directions de frappe.

Niveau scénard, je pense que aria et dawn of sorrow seraient en tête de mon classement même si celui de OOE me plait beaucoup de part son ambiance et l'émotion qui s'en dégage (J'ai tellement faillis fondre en larme avec la vraie fin du jeu et l'histoire du sourire). Il y'a trop à dire sur cette série. D'ailleurs je bosse sur un podcast dessus en ce moment. Mais en bref, avant l'époque du reboot, c'est un peu difficile de parler du scénario en sachant que chaque épisode a un lien avec les précedents. Leon dans lament of innocence est le père de Sonia, il reçoit le fouet qu'il fait enchanter par gandolfi (oui paye ton prénom) et est donc le premier Belmont à partir tuer Dracula et à transmettre le tueur de vampire. D'ailleur, Trévor naîtra de l'union de Sonia et Alucard, ils se retrouveront dans le 3, c'est d'ailleur lui le bébé que Sonia tient dans ses bras à la fin de Castlevania legend sur game boy. Je pourrais continuer longtemps comme ça mais tout ça pour dire que c'est vraiment une série qui se tient et que chaque épisode a son importance. Et ce qui est assez drôle, c'est qu'une fois remit dans l'ordre, on arrive a suivre toute l'histoire d'un perso et de créer encore plus de compation envers lui. Alucard par exemple, il est immortel. Il voit Sonia mourrir et aide les Belmont dés qu'il le peut. Il se remariera avec Maria, la petite fille qui accompagne Richter et qui aide Alucard à le délivrer de l'emprise du mage de Dracula dans symphonie of the night.

C'est pour ça que cette serie est épique. Tout relève du génie.

Copyright © 2000-2017 Square Palace - Site sous licence Creative Commons