Test de Pokémon Noir 2/Blanc 2 (VO)

Genres: 
Par - publié le 08 Octobre 2012 à 23h35
0
324

Alors que Pokémon Noir/Blanc 2 sortait hier chez nos amis d'outre Atlantique et que le jeu sort chez nous dans quelques jours, voici comme Senki l'a promis une petite preview du jeu... en VO ! Servie toute fraîche par votre serviteur et admin préféré.

Tout d'abord, le scénario

En VO, j'ai rien pigé. Next ! 

Quelques remarques cependant : le scénario ne s'arrête plus à la ligue. La ligue n'est plus qu'une étape du scénario, elle n'est plus une finalité en soi, ce qui est un certain progrès rapport aux précédents opus.

Le début est extrêmement expéditif. Contrairement à toutes les versions précédentes où le héros commence son aventure dans sa chambre à l'étage à jouer à la console big N du moment, le protagoniste démarre cette fois-ci au rez-de chaussée, dans une pièce très ouverte sur la cuisine, puis sa mère arrive et la conversation donne quelque chose comme : 
-Tu veux un pokédex ? 
-Oui / Non (si on répond non, elle répète la question.) 
-Tu veux un pokémon ? 
-Oui / Non (cf réponse précédente.) 
Après quoi elle nous jette gentiment à la rue et c'est parti. 
Après avoir fait deux pas, voilà donc notre première rencontre, ce qui m'amène à parler des...

Personnages...

à commencer par le rival. 
Ce dernier est, malgré un thème musical qui roxxe du ponyta (ma musique préférée parmi toutes les nouvelles ziks de cet opus) et une coupe de cheveux à la Yu-gi-oh (Kuriboh entends-je dans l'oreillette), un rival en papier mâché. 
D'une part ce type vous aborde en vous expliquant que la team Plasma est trop méchante d'avoir volé le Chacripan de sa sœur il y a deux ans, c'est-à-dire lors de votre aventure dans Blanc/Noir. C'est bien votre veine, mais à peine n'avez-vous pas eu le temps de l'envoyer paître qu'il décide de se taper l'incruste en vous collant littéralement au train pour aller chercher votre premier pokémon, des fois qu'il en recevrait un lui aussi. Après quoi il choisit le PKMN au type avantagé sur le vôtre, puis passe l'aventure à hurler sur tous les membres Plasma qu'il croisera avant de leur courir après comme un grison en rut. Accessoirement, il ne combat qu'avec trois pokémons une grosse partie de la trame principale, quasiment jusqu'à la ligue.

Qui dit nouveau rival dit aussi nouveaux méchants. 
Vous allez donc pouvoir joyeusement gérer le schisme de la Team Plasma... certains seront vos alliés, dirigés par l'un des 7 sages, d'autres seront vos ennemis, dirigés par l'un des 7 sages. (C'est beau la démocratie.) 
Et pour le reste, je ne spoilerai pas plus, mais j'ai apprécié de pouvoir poutrer certains ennemis innaffrontables dans le premier opus.

À part ça on croise une ou deux fois le personnage du genre que vous aurez laissé de côté, et on recroise pas mal d'anciens personnages des versions précédentes, notamment ce cher Goyah, Bianca, Tcheren, Keteeliria, Oryse, Boletta, et tant d'autres encore.

Ce qui nous conduit à parler des...

Arènes et dresseurs.

Et oui. 
Toujours au nombre de huit, la moitié des arènes est totalement inédite, l'autre moitié a été revisitée. De même que leurs musiques, dont certaines sont assez moch... spéciales. 
Vous écouterez par vous-même les musiques des arènes Poison et Foudre, et jugerez selon votre goût. Les nouveaux puzzles sont pas trop mal cela dit, et j'ai particulièrement apprécié l'arène d'eau qui me faisait penser à Aquaville d'Illusion of Time et sa musique stylée « île tropicale ». 
Je regrette en revanche qu'il n'y ait plus la possibilité de voir son dresseur s'écraser inexorablement et lamentablement contre le mur grâce aux canons de l'arène vol.

On trouve aussi un peu plus de dresseurs que l'on peu affronter à volonté : aux sportifs de Méanville viennent maintenant s'ajouter les dresseurs sur les routes de type éleveur/éleveuse. Ce qui est très pratique pour le level up, l'argent, ou pour obtenir un Ohmassacre en un temps record, mais peut devenir agaçant quand on se ballade sur une route et qu'un clampin (ou une clampine, ne soyons pas sexiste) niveau 16 vient défier pour notre 845eme passage nos pokémons déjà niveau 82.

On trouve également un peu plus de dresseurs pour nous proposer des combats en trio ou en rotatif, et chaque mode de combat n'est plus exclusif à l'une ou l'autre des versions : quand on trouve un dresseur qui nous propose un de ces mode de combat sur une route ou dans une grotte/arène, il y a généralement à côté un autre dresseur de la même catégorie (topdresseur, vénérable) pour nous proposer l'autre mode de combat.

À noter que les CT sont toujours à usage illimité, les CS toujours effaçables seulement grâce au pékin qui fait oublier, et que toujours, ces dernières ne nécessitent plus d'avoir certains badges pour être utilisées. 
Et qui dit arènes et dresseurs dit bien sûr :

Pokémon et capture.

Le pokédex : 
Le niveau du jeu a été revu à la hausse dans ce nouvel épisode, dans le sens où les dresseurs et champions d'arène seront souvent du même niveau que vous, à moins de faire de longues séances de level up, fastidieuses, puisque plus vos bébêtes préférées montent en niveau, moins elles gagnent d'expérience. 
En contrepartie, vous aurez plus de choix pour monter vos monstres de poche en équipe et ce, dès la première arène, à noter surtout qu'on peut désormais capturer des pokémons de toutes les générations puisque le régional dex s'est élargi. 
Exemple : on peut trouver des Riolus sauvages pour aller affronter la première arène qui est justement de type normal. Pour ma part le Riolu s'est fait éjecter en 2 tours et je l'ai fait avec un Larveyette, mais le point principal est que les pokémons proposés à la capture sont plus intéressants que ceux du précédent opus, et sont disponibles plus tôt.
On peut également capturer des Evolis dans la 4eme ville, alors qu'on n'en trouvait pas dans la version précédente.

Deuxième point sur la capture : les trous pokémons, une des nouveautés du jeu. 
On peut trouver sur certaines routes des « trous pokémons » ou « cachettes pokémons », qui ne contiennent la plupart du temps rien de plus intéressant qu'une pokéball... mais elles peuvent parfois contenir des pierres d'évolution, des objets de soin avancé, et bien sûr ! Des pokémons. 
Mais pas n'importe quels pokémons ! 
Ceux-ci ne peuvent être que d'une certaine espèce... mais avec la capacité du Dream World. On peut donc se retrouver avec un Marill ayant la capacité herbivore (absorbe les attaques plantes), ou un Evoli ayant Adaptabilité. Il est intéressant de noter que ces Evolis, en évoluant, gardent la capacité du Dream World. 
En parlant du Dream World, et du heylink, rien de bien nouveau là-dessus, si ce n'est le système de clés dont je parlerai plus tard. 
À part ça, on trouve encore des pokémons fixes, des troupeaux après le national dex, des pokémons offerts avant et après la ligue etc..

Un point qui m'a fait plaisir : contrairement à l'opus précédent où l'on capturait le légendaire contraire à la jaquette (Reshiram dans Noir et Zekrom dans Blanc), cette fois-ci on peut obtenir le légendaire qui est sur la jaquette en plus de Kyurem. Et pour une fois on ne le capture qu'APRÈS la ligue. (Quand je vous disais qu'on progressait pour ne plus avoir la ligue comme finalité).

Dernier point négatif concernant l'élevage de pokémons : la pension. 
Là où le bât blesse, c'est qu'on peut trouver des pokémons très intéressants au cours de l'aventure, mais à haut niveau. Pour ceux qui auraient aimé les intégrer à l'équipe en faisant des œufs (ou avant qu'ils ne soient évolués), ce n'est plus possible de le faire avant la ligue, la pension n'étant disponible qu'APRÈS la ligue. 
En sachant qu'on peut obtenir un Pyrax dès le niveau 35, c'est dommage qu'il arrive aussi tard en niveau, par exemple.

Enfin, pour ceux disposant du matériel adéquat, le Memory Link, permet de récupérer les données de sa version précédente (par échange entre DS), ce qui permet de débloquer des scènes apportant des infos sur les événements entre cette version et la précédente, ainsi qu'une quête « Pokémon de N », consistant à capturer dans la nature des pokémons de N, signalés comme des shiny/chromatiques (mais sans couleur particulière) lors de leur apparition en combat. Ces pokémons ont un numéro et ID de dresseur particulier et la capacité du Dream World (le premier d'entre eux peut être obtenu sans le Memory Link, il s'agit d'un Zorua, mais avec sa capacité spéciale Illusion).

Et pour finir : compléter le pokédex national permettra d'obtenir un objet qui augmentera les chances de rencontre d'un pokémon shiny, de quoi ravir les shiny hunters. On peut également obtenir certains de ces pokémons chromatiques au cours de certains challenges secondaires (finir le régional dex si je me souviens bien, et compléter le building noir/l'arbre blanc).

Enfin, la carte n'est pas doublée comme dans Or et Argent, mais un certain nombre de nouveaux lieux a été ajouté (et quelques autres retirés.) 
Parmi ces lieux, celui qui m'a le plus marqué est la route 22, qui vient remplacer la route 10. 
Ne plus avoir la route 10 et surtout sa belle musique épique et mélancolique a été une déception (même si on peut toujours l'entendre à Flocombe en hiver seulement), mais la route 22 est plus intéressante, plus longue, a une musique sympa, et la nouvelle route victoire a un design vraiment joli, tout en ruines, qui va ravir les explorateurs en herbe (et faire jurer les empêcheurs de tourner en rond ainsi que les allergiques aux CS Coupe et CT Flash). 
La ville-far-west est pas mal quoique potentiellement inutile, même si la Maison Bizarre est intéressante (et qu'à ma grande joie, on peut y capturer des Rapions). 
Ces nouveaux lieux sont également sensibles au climat, puisqu'on peut maintenant trouver des endroits accessibles seulement en automne. (Très peu malheureusement.)

Graphiquement et musicalement, le jeu est donc bien plus varié que ses prédécesseurs. 
(Musicalement, Noir et Blanc est mon préféré dans la Saga, suivit par Or Argent. Subjectivité quand tu nous tiens...) 
De nombreux « donjons » ont été ajoutés, ce qui m'amène à parler...

Des challenges et quêtes secondaires

Et c'est là où le jeu m'a vraiment plus accroché que son prédécesseur, en plus du plus large choix de pokémons et de ses jolies routes 22 et Victoire. 
On retrouve tous les challenges du premier opus, mais d'autres ont été ajoutés :

- La Quête du Vokit Perdu. Enfin une vraie Quête Secondaire ! 
Qui consiste a trouver un objet par terre et à attendre qu'on nous appelle (en marchant sur certaines "cases" sur certaines routes, puis aléatoirement, jusqu'à ce que quelqu'un vienne vous proposer de vous refiler des pokémons impossibles à obtenir autrement (sauf par échange), parmi lesquels des spiritomb, togepi, okéoké, miaouss etc..

- Le pokéwood : le nouveau truc qui remplace ces concours faussement « catch-girl » (et super ennuyeux, mais c'est mon avis) des versions RSE et DPP, le pokéathlon de HGSS, etc.. Il s'agit là de faire du cinéma, qu'on découvre -obligatoirement- après la 2eme arène. Un homme nous kidnappe et nous force à découvrir ce truc, ce qui serait beaucoup moins pénible en VF qu'en VO, je réserve donc mon jugement, mais je n'ai jamais accroché à ces défis secondaires.

- Les nouveaux lieux, dont certains sont purement facultatifs : la « reversed mountain », quelques grottes, quelques routes, quelques donjons, dont certains varient d'une version à l'autre... Ce qui engendre pas mal de légendaires à capturer. On voit donc s'inviter Heatran, Cresselia, Latios/Latias, les trois Regi...

- Le Pokémon World Tournament. 
Disponible à Port Yoneuve à la place de l'usine à glaçon, il offre la possibilité d'affronter les champions des anciennes versions selon divers modes, notamment le mode « combat par type ». Autrement dit : seuls sont autorisés les pokémons ayant un type précis (eau, feu, ténèbres, psy etc.).
Un défi qui ravira les stratèges et les éleveurs.

- Le Building Noir / L'arbre Blanc. Mon préféré : il s'agit d'escalader les 10 étages du bâtiment. Chaque étage est composé d'un certain nombre de pièces toutes identiques, à l'exception des portes ouvertes et des dresseurs s'y trouvant + un dresseur soigneur. Le but est donc de taper le bon dresseur pour ouvrir la porte scellée et poutrer le boss de l'étage pour accéder au suivant. 
En sachant que : chaque dresseur que vous rencontrez n'a que 3 pokémons, à chaque étage le niveau moyen des pokémons adverses grimpe environ de 2 (on commence au niveau 54-60, on finit vers le niveau 76-80). Mais le must c'est que pour une fois on gagne de l'expérience dans chaque combat ! 
Compléter ce défi permet de déverrouiller certaines fonctions de la Ville Noire / Forêt Blanche, d'obtenir un dragon chromatique ainsi qu'une clé.

- Les clés sont des artefacts à obtenir à la fin de certains événements (la ligue, la capture de certains légendaires, compléter le Building Noir / L'arbre Blanc...). Ces clés permettent de déverrouiller des fonctionnalités comme la difficulté du jeu, et d'être échangées afin d'accéder à la Ville Noire dans Blanc et la Forêt Blanche dans Noir, ou d'accéder au légendaire de l'autre version etc..

- Et enfin mon challenge préféré (avec le building/arbre à étages) : les succès. 
Système probablement inspiré des succès Xbox ou PS3, ils apparaissent sous la forme de médailles à collecter. Ils peuvent être très simples, comme « sauvegarder une fois », « faire 100 000 pas », ou plus délicats, « gagner la ligue avec une équipe de pokémons n'ayant que le type XXX », en passant par « faire évoluer tant de pokémons », « finir tel ou tel truc au pokéwood ».


Galerie photos
Les + / Les -
  • Les nouveaux challenges
  • Les nouveaux lieux
  • Plus de choix au début
  • Les mêmes défauts que dans le précédent opus
  • Expéditif
Evaluation
Graphismes
Corrects, quoique des décors plus variés que les précédents. Je n'ai pas été testé avec la 3D.
Musique
On retrouve toutes les musiques du précédent opus, avec de nouvelles bien sympas ou complètement discutables. Quelques soient les goûts, elles sont plus variées dans les styles que précédemment.
Jouabilité
Simple, c'est du Pokémon tout craché.
Scénario
Je ne peux pas juger sur la VO que je ne comprends pas.
En résumé
Un jeu Pokémon sympathique, qui ne révolutionne pas la saga, mais qui apporte des touches appréciables par rapport à l'opus précédent et offre un vrai challenge pour les tacticiens chevronnés.
15 /20 0
Pour le scénario seul : pas beaucoup bien qu'il y ait un certain progrès de fait. Pour les quêtes et le côté collectionite aigüe : autant qu'on veut.
Date de sortie française: 
12/10/2012
Sortie japonaise: 
01/06/2012
Sortie américaine: 
07/10/2012
Éditeur: 
Développeur: 
Plateforme: