Bakemonogatari

Par - publié le 23 Août 2010 à 11h12
0
87

J'en ai profité pour faire un p'tit "shopping" ce week-end et parmi certaines séries, une pour le moment a retenu mon attention tant sa réalisation et son histoire ont été construites de manière pour le moins originale, voire totalement inhabituelle.

Voici un peu la trame pour mieux vous faire comprendre de quoi il s'agit:

L'histoire nous narre le quotidien de Koyomi Araragi, un étudiant de troisième année en partie humain, en partie vampire.

Tout commence un jour quand il voit tomber des escaliers l'une de ses camarades de classe, Hitagi Senjou­gahara. Il la sauve d'une chute périlleuse mais à la plus grande surprise de Koyomi, celle-ci n'a pas de poids (ou presque). Une fois la surprise passée, il essaye d'obtenir plus d'informations auprès de Tsubasa Hanekawa, une autre camarade de classe particulièrement curieuse et cultivée. Alors qu'il a tenté de percer le secret derrière l'absence de poids d'Hitagi, Araragi se retrouve menacé par cette dernière pour qu'il conserve le silence. Araragi, après un face à face tendu, décide de l'aider à résoudre son problème.

L'histoire en elle-même est assez simple: Araragi est confronté à plusieurs phénomènes paranormaux qui frappent son entourage direct, il s'agit dans chaque cas de personnes possédées par des esprits ou des démons. Un acolyte, expert en paranormal et excentrique, appelé Meme Oshino l'épaulera en toute circonstance.


On notera également un concept harem dans l'anime qui lui donne un ton plutôt détendu et comique, surtout quand on suit la relation de dominante/dominé assez tordue qu'entretiennent Hitagi et Araragi. Cela m'a laissé un poil dubitatif, car je m'attendais à un anime un peu plus sombre, à la manière d'un Ghost Hunt, ce qui n'est pas le cas, mis à part quelques scènes assez violentes.

Cet anime est très particulier dans sa réalisation. Outre le fait que le chara-design est réussi et le dessin et les couleurs qui apportent une ambiance tout particulière, certains passages sont marqués tout simplement par un écran fixe de différentes couleurs avec la mention en kanji de la couleur affichée et qui ponctuent une bonne partie des épisodes, soit dans le feu de l'action (ce qui est gênant quand on veut suivre un combat), soit lors de phases discussions/réflexions entre les protagonistes.

Autre point: hormis les quelques détails sur le passé d'Araragi, on ne sait pas exactement ce qui s'est déroulé pour qu'il devienne un demi-vampire. D'autant plus frustrant que le 1er épisode nous montre un flash-back avec plusieurs scènes coupées qui défilent à grande vitesse devant nos yeux et entrecoupées de textes (montage que l'on retrouvera au début de chaque épisode).

Mon avis est assez mitigé sur l'anime, je l'aime bien, mais il aurait gagné plus en profondeur en s'intéressant davantage au passé d'Araragi et d'Oshino.
Les 3 OAV qui font suite à la série ne constituent en fait que la suite de l'histoire de l'esprit du chat possédant le corps de Tsubasa Hanekawa.

Sur le même thème...